retour

"La Haine" : 25 ans après, Mathieu Kassovitz raconte

"Il y aura toujours des bavures policières, et on est le film qui a représenté ce problème-là." Ce film, c'est "La Haine", qui revient en salle le 5 août, 25 ans après sa sortie. Et pour son réalisateur Mathieu Kassovitz, il est malheureusement toujours d'actualité…

« La Haine » est sorti il y a 25 ans : Mathieu Kassovitz raconte

« Il y aura toujours des bavures policières et on est le film qui a représenté ce problème-là, qui est un des problèmes majeurs de notre société », estime le réalisateur.

En 1995, Mathieu Kassovitz réalisait La Haine, avec Hubert Koundé, Saïd Taghmaoui et Vincent Cassel. Pour la première fois en France, un film mettait en scène des violences policières. Pour Brut, le cinéaste revient sur cette œuvre majeure.

« Les jeunes de 17 ans ont le même problème que leurs parents à 17 ans »

J’aurais adoré que le film règle tous les problèmes et qu’aujourd’hui, il n’y ait plus de bavures policières et que plus personne ne se souvienne de La Haine. Ça aurait été vraiment le but. Malheureusement, la société ne fonctionne pas comme ça. Il y aura toujours des bavures policières et on est le film qui a représenté ce problème-là, qui est un des problèmes majeurs de notre société. Si on n’a pas de problèmes avec la police, si on n’a pas de problèmes, nous, en tant que citoyen, avec le gouvernement qui est représenté par la police, la vie change. La vie change. 

On a tapé là-dedans et tous les jeunes aujourd’hui de 17 ans ont le même problème que leurs parents à 17 ans, il y a 25 ans. Donc les parents montrent le film aux enfants et les enfants, ils le chopent d’une manière tout à fait naturelle, parce qu’ils n’arrivent pas à déterminer dans quelle époque il a été, et le sujet est toujours là. 

« Tout le monde disait ‘’les banlieusards’’, ‘’les kaïras’’, ‘’les racailles’’ » »

  Aujourd’hui, tu peux refaire La Haine, mais je ne pense pas qu’il aurait le même impact qu’à l’époque. Tu vas sur Instagram et tu auras toutes les brutalités policières que tu peux avoir avec les commentaires qui vont avec et l’explication de texte qui va avec. Tu n’as plus besoin d’un film pour te rendre compte de ce que ça peut être. Tu peux te faire ta propre approche du sujet. À l’époque, tu ne pouvais pas. Donc le cinéma servait à ça.    À l’époque, il y avait six chaînes de télé, il y avait cinq quotidiens, il n’y avait pas grand-chose pour avoir des informations. Tout le monde disait « les banlieusards », « les kaïras », « les racailles », la violence, la drogue. Personne ne disait : « Ils sont drôles, ils sont intelligents, ils ont du talent. »

Les films ne changent pas… Les films changent les mentalités des gens petit à petit. Génération après génération. Si l’œuvre est assez importante, les gens vont la voir avec le temps, et ça va imprimer quelque chose dans leur cortex. Ils vont éduquer leurs enfants d’une manière différente. C’est un travail de longue haleine, ce n’est pas un truc qui se change instantanément. 

01/08/2020 09:04
  • 422.7k
  • 409

332 commentaires

  • Frandzy L.
    20 heures

    https://youtu.be/4SFsWZayJps

  • Yann D.
    un jour

    Mythomane. Tu t'es approprié la culture urbaine pour te faire du fric. Toi et cassel les bourgeois très malins...

  • David A.
    2 jours

    Tu te trompes , ceux qui sont représenter dans ton film sont des criminels. C'est ce sujet qu'il faut aborder. Pourquoi ces gens commettent ces crimes????

  • Danielle D.
    2 jours

    Il est magnifique et intemporel ce film

  • Laurent J.
    3 jours

    La position de Kassovitz est criante de subjectivité. Non, les violences policières, indispensables face aux agissements ULTRA violents de leurs clients, n'est de loin pas le sujet le plus important de notre Société, ne lui en déplaise. L'emploi des jeunes, l'accès au logement des plus démunis, le déséquilibre des systèmes de retraite, la scolarité des décrocheurs, la faim des sans-abris, la faiblesse de l'industrie française, les incivilités dans les transports, le déclin de la culture chez les jeunes, la défense de l'environnement, la censure sur les réseaux sociaux, la bioéthique, la réglementation sur le tabac, la position des langues étrangères dans le cursus scolaire français, le télétravail, ... etc, etc. J'en passe et des meilleurs ! Ce sont là des sujet bien plus importants que les marginales violences policières. Ces cas de dérapages, sur dix ans, se comptent sur les doigts d'une main, contre plus de 60.000 contrôles par an. Kassovitz aurait été, cette fois-ci, bien inspiré (... ! ? ! ...) de réagir avec une telle éloquence et de grands gestes des bras pour appuyer ses fragiles argument lorsqu'une gendarme a, une fois de plus, été récemment tuée par un gentil criminel, lui-même victime de la Société... Là, bien-sûr, Kassovitz était aux abonnés absents, comme bon nombre des ces prétendus artistes prompts, surtout pour que les projecteurs soient braqués sur eux, à nourrir un débat stéril. Là, bien-sûr, leur assourdissant silence a résonné très fort dans les oreilles et le cœur des parents de Mélanie Lemée.

  • Pierre D.
    3 jours

    Malheureusement ce film a fait plus de mal que de bien. Depuis les jeunes des cités se comportent comme s’il n’y avait plus de règles , plus de limites , plus de civilité.

  • Serge W.
    3 jours

    Kassovitz le bon bobo parisien .

  • Philippe L.
    3 jours

    Ils restent que ma merde perdure aussi depuis 25 ans. Aujourd'hui on est plus à passer le karcher il faut tirer la chasse

  • Tyson P.
    3 jours

    25 ans après rien à changé c même pire !!!!!! Bravo à toute la classe politique !!!!!

  • Jean L.
    3 jours

    KASSOVITZ donneur de leçon,issu de la gauche caviar

  • Jose l.
    4 jours

    Lol alors que c'est ce chère Matthieu lui même qui disait il y a quelques semaines qu'il n'y avait pas d'armes dans les banlieues,

  • Nico G.
    4 jours

    Film de merde réaliser par un toxicomane

  • Gildo C.
    4 jours

    Pas de délinquant égal pas de bavure c'est facile de mettre la faute sur les policiers bravo Monsieur le réalisateur bravo d'attiser la haine anti-flic bravo bravo bravo vous méritez même pas de faire de films en France

  • Marie A.
    4 jours

    Vive Vincent Cassel

  • Marie A.
    4 jours

    Il représente bien l'actualité de tjr c'est pas nouveau tt ça mais bien en vrai je me rappelle jetait jeune quand je l'avais vu ça m'avais touché déjà

  • Constance J.
    4 jours

    ca doit être stylé sur grand écran ;)

  • Sylvie N.
    4 jours

    Encore un bobo prétentieux et donneur de leçons

  • Anthony N.
    4 jours

    🤢🤢🤢🤮🤮🤮🤮🤮

  • David E.
    4 jours

    Lundi 3 août 2020, 16h26. On ne change pas le coeur des gens, même avec le temps, malheureusement...

  • Ludovic P.
    4 jours

    J’ai déjà vu un nombre incalculable de fois un petit blanc se faire fracasser pour une clope par 10 mecs de cité ... Mais le ptit blanc de la campagne a tort ..il aurait dû donner une cigarette .. Mais quand eux se prennent une balayette et une tarte! Alerte général!! Peut-être que ce petit blanc est devenu flic depuis, pour se venger de la raclée qu il a prit 10 ans avant..et que lui aussi, il a la haine!!

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.