L'étude derrière le #FruitSnackChallenge

Pour tester leur patience, ces parents filment leurs enfants laissés seuls face à des friandises. Mais derrière le #FruitSnackChallenge, il existe une véritable étude : le "test de la guimauve"…

Le #FruitSnackChallenge, dernier défi viral sur les réseaux sociaux

Présenter une friandise à un enfant, lui dire de patienter avant de la manger et observer sa réaction… Un challenge inspiré d’un test psychologique controversé.

La maîtrise de soi : c’est le thème du dernier challenge viral. Lancé à l’origine sur TikTok, le #FruitSnackChallenge a très vite envahi toutes les plateformes, avec la participation de célébrités comme Kylie Jenner et Gabrielle Union. On y voit des enfants en bas âge attendre désespérément de pouvoir manger une friandise placée devant eux…

Un test psychologique de 1972

Le challenge trouve ses origines dans le « test de la guimauve ». En 1972, un groupe de psychologues de l'université de Stanford, à San Francisco, a mené une étude sur la capacité des enfants à différer une récompense. Ils ont placé une guimauve devant des enfants âgés de 4 à 6 ans et leur ont dit que s’ils attendent 15 minutes, ils seraient récompensés de deux guimauves supplémentaires.

Des décennies plus tard, les chercheurs ont affirmé que les enfants qui avaient tenu bon avaient mieux réussi à l'école. Toutefois, des découvertes plus récentes remettent en cause certains de ces résultats. En 2018, Tyler Watts, professeur de psychologie à l’université de Colombia, dirigé une équipe de recherche qui a reproduit l'étude. « Je ne ferais pas de pronostics hâtifs sur le parcours de vie de mon enfant en me basant sur ses performances au test », en a-t-il conclu.

Une étude qui exclut les facteurs environnement et économiques

Et pour cause : il est impossible d’affirmer que la réussite d’un enfant au test de la guimauve est la seule résultante de sa capacité à différer une récompense. Car d’autres facteurs, comme l'environnement familial, jouent beaucoup. « Une fois que nous avons pris en compte le statut socio-économique d'un enfant ou sa capacité cognitive précoce, la capacité de retarder la gratification en début de vie n'était pas si prédictive de la réussite ultérieure », détaille Tyler Watts.

Les enfants de 4 ans qui ont attendu plus longtemps étaient en effet plus susceptibles de venir de familles plus privilégiées sur le plan économique. « Les performances au test de la guimauve ont donc été en corrélation avec tous ces autres éléments qui sont de puissants indicateurs de la réussite dans la vie future », conclut le professeur en psychologie.

avatar
Brut.
24 mai 2020 12:02