Le porno se réinvente autour du consentement

Bree Mills, réalisatrice américaine pour Adult Time, place la notion de consentement au centre de l’industrie du porno. Voilà comment.

“Pour nous, le consentement, c’est le système nerveux central de la production”

“Pour nous, le consentement, ce n’est pas une checklist, un truc à vérifier le jour du tournage. Pour nous, c’est le système nerveux central de tout notre processus de production.” Bree Mills est une réalisatrice américaine de films porno. Elle a décidé de placer la notion de consentement au cœur de son travail. Brut America a suivi la réalisatrice lors d’un tournage de porno pour Adult Time, une plateforme de streaming sur abonnement qui se décrit comme “le Netflix du porno”. Nikita Bellucci et Doryann Marguet racontent l'envers du décor de l'industrie porno

“Quand j’appelle un talent pour un projet, le consentement commence déjà. Je leur explique directement le scénario. Ils ne vont pas arriver sur le plateau sans savoir exactement ce qu’il vont y faire, avec qui et sans être à l’aise avec ce choix” précise la réalisatrice. Comme beaucoup de secteurs du divertissement, l’industrie du porno a dû rendre des comptes, quand de nombreuses actrices se sont plaintes de violences et ont critiqué leurs conditions de travail. Ces critiques existent toujours. La priorité de Bree Mills est d’introduire le consentement et la transparence dans son travail, mais elle pense aussi que ses films peuvent véhiculer une approche plus saine du sexe. Découvrez comment cela se retranscrit dans son travail. Le porno féministe selon la réalisatrice Anoushka

avatar
Brut.