retour

Une vie : Spike Lee

Il sera le premier cinéaste noir à présider le jury du Festival de Cannes. Voici l'histoire du réalisateur Spike Lee, qui se bat depuis plus de 30 ans pour plus de diversité au cinéma.

Spike Lee, l’une des figures les plus engagées du cinéma

Il se bat depuis plus de 30 ans pour l’inclusivité au cinéma et les droits des Noirs : voici Spike Lee, réalisateur culte et militant.

Do the Right Thing, La 25ème heure, BlacKkKlansman… autant de titres de films cultes qui ont défrayé la chronique au cours des 30 dernières années. Tous sont réalisés par Shelton Jackson Lee, plus connu sous le nom de Spike Lee. Cette année, il sera la première personnalité noire  présidente du jury du Festival de Cannes.

Une des principales motivations de Spike Lee a été de représenter les Noirs à l’écran. « Ça me choquait de ne jamais voir des noirs s’embrasser à l’écran. Ils ne faisaient jamais l’amour ! », expliquait-il en 1991. Spike Lee naît en 1957 à Atlanta. Dès son plus jeune âge, sa mère, une professeure, l’initie à l’art et à la littérature africaine-américaine.

« J’étais uniquement là pour remplir un quota ! »

   À 25 ans, il entre à l’école de cinéma de l’Université de New York grâce à l’argent économisé par sa grand-mère. « Je pensais me trouver à ma place. Mais on me regardait comme si j’étais uniquement là pour remplir un quota ! » rageait-il en 1991. En 1986, son premier long métrage Nola Darling n’en fait qu’à sa tête remporte le Prix de la Jeunesse de la Quinzaine des réalisateurs.    À 32 ans, son troisième long métrage, Do the Right Thing, met en scène les violences policières contre la communauté noire dans le New York des années 80. À 35 ans, il sort un biopic de l’activiste controversé Malcolm X. En 1993, il épouse la productrice engagée pour les droits des femmes Tonya Lewis. Ensemble, ils auront deux enfants. 

« Bush et les Républicains n’ont rien à faire des gens pauvres »

  En 2006, Spike Lee réalise un documentaire dans les ruines de la Nouvelle-Orléans après le passage de l’ouragan Katrina.  « Bush et les Républicains n’ont rien à faire des gens pauvres. Et selon moi, l’autre histoire que raconte Katrina, c’est que beaucoup de personnes blanches ont réalisé qu’il ne se préoccupe pas d’eux non plus. Il n’en a rien à faire des personnes blanches pauvres » analysait-il en 2006.    En 2015, il organise à New York une marche contre les armes à feu, qu’il combat depuis de nombreuses années. « Nous devons nous sortir de la tyrannie de la NRA et des fabricants d’armes. C’est ce vers quoi nous devons aller. Et ne pas voter pour des politiciens qui acceptent de l’argent de leur part. »

Il boycotte les Oscars

  À 58 ans, il refuse de se rendre à la cérémonie des Oscars pour protester contre l’absence de réalisateurs et d’acteurs noirs dans les nominations. Il milite également pour l’instauration de quotas.  « Si nous n’avions pas fait tout ce raffut, je pense que l’Académie n’aurait pas fait ces changements », affirme-t-il.   En 2018, dans son film BlacKkKlansman, il raconte l’histoire vraie d’un policier noir infiltré dans le Ku Klux Klan… « Nous avons voulu faire une connexion entre un film sur une époque précise, le début des années 1970, avec ce qu’il se passe aujourd’hui dans le monde. C’était ça, notre boulot, en tant que raconteurs d’histoires, de faire cette connexion pour le public. Trop de gens sont restés silencieux sur ce qu’il se passe, et j’espère que ce film, BlacKkKlansman créera davantage de conversations sur ce qu’il se passe dans ce pays. »

Si certains critiquent un scénario trop politiquement correct, le film lui permet de remporter  le Grand Prix du Festival de Cannes et son premier Oscar pour le Meilleur scénario adapté.  

14/01/2020 20:13mise à jour : 14/01/2020 20:14
  • 1.0m
  • 763

323 commentaires

  • Angel I.
    3 jours

    Nola Darling n'en fait qu'à sa tête. Le tout premier film de S. Lee que j'ai vu https://youtu.be/Pd9oTGr_1DA

  • Henry R.
    01/09/2020 13:22

    Respect frère continuer à lutter félicitations

  • Madacool M.
    29/08/2020 09:20

    Mr spike lee grand réalisateur noir de film talentueux et se bat pour la communauté noir pour d'amérique.👊j'adore ces films.

  • Fabrice C.
    26/08/2020 13:02

    Je reviens à la surface je le décide pas

  • Mélanie K.
    23/08/2020 22:52

    😍😍😍😍😍🤗

  • Sylvère L.
    22/08/2020 09:45

    Je ne comprends pas qu’il n’y est pas un mot sur son film « jungle fever » mon préféré..

  • Lola D.
    21/08/2020 21:22

    JUSTE BRAVO ET CHAPEAU BAS POUR SON COURAGE SA PATIENCE ET SON PARCOURS POUR Y ARRIVER À SON BUT 🙏🙏🙏💯🙏🙏🙏

  • Chinchin R.
    21/08/2020 10:47

    Love this man !!!!

  • Micheline A.
    05/08/2020 13:32

    Felicitations

  • Dez B.
    05/08/2020 09:13

    Courageux d’être noir dans une Amerique blanche raciste !

  • Rose M.
    04/08/2020 15:24

    Et merci canne depuis des décennies invité spick Lee qu elle hypocrisie tout se monde bien pensent marion l actrice de la mõme à prie un rdv avec Macron pour le climat la nana va à des défilés de mode grand pollueurs l industrie de la mode à tour ces gens à vomir ......

  • Marie-Françoise H.
    30/07/2020 23:43

    J❤️ Spike !! Bravo ! Un cinéaste d exception ! Excellente nouvelle pour le festival de Cannes !

  • Myriam D.
    26/07/2020 19:07

    racist code of Hollywood no Kissing no sex bitwin black asian or colored people in general Mr Spike I admire you I studied cinéma at la Sorbonne university of Paris because few people knows what is cinéma américain rules codes or Blum Byrnes agréments 1936 KKK!! I saw "Do the right thing" I was a metisse poor student in a top privilege college. My english teacher was black and foxy she knew my condition she gave us an électrochoc We would succeed no matter what. For the first time in my life I thought may be education is a way to be Someone. Thx Mr Spike Lee. We are what we can .I would say like Michael jackson : "i m not going to spend my time Being a color"

  • Isabelle O.
    25/07/2020 08:03

    https://chevrel.pagesperso-orange.fr/dossiers/langlais.htm

  • Isabelle O.
    25/07/2020 07:44

    https://www.brain-magazine.fr/article/reportages/37080-Camera-Cliche-2-quand-le-cinema-francais-renforce-les-stereotypes

  • Isabelle O.
    25/07/2020 07:36

    JADOOORE CE QU'A FAIT CE RÉALISATEUR et c'est un honneur qu'il mérite ! 👏🏽 MAIS... Je me demande juste comment un homme noir américain est nommé alors qu'on a des noirs français (et les autres minorités françaises) qui sont coincés dans les rôles stéréotypés ? LE PARADOXE FRANÇAIS... Extrait d'articles ou liens sur les stereotypes dans le cinéma français : http://www.lallab.org/top-8-des-stereotypes-de-femmes-racisees-dans-le-cinema-francais/ "Pourtant, ce n’est pas faute de disposer d’alternatives à proposer, mais il semblerait que les personnages sortant des clichés ne correspondent pas tout-à-fait aux attentes du milieu. Amandine Gay, réalisatrice d’Ouvrir la voix, explique dans une interview que, lorsqu’en tant que scénariste, elle proposait des personnages de femmes noires non-stéréotypés, on lui répondait que ces personnages n’étaient pas réalistes. "..... Heu là je dis" no comment "

  • François C.
    24/07/2020 11:20

    Vous nous rappellez combien de personnes issues de la diversité travaillent chez brut ?!

  • Isab C.
    24/07/2020 06:05

    to be

  • Ludo T.
    23/07/2020 04:36

    Toujours aussi peu engagés les artistes asiatiques?

  • Juan R.
    22/07/2020 17:23

    Dommage que les autres minorités us n'aient pas accès à autant de médiatisation.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.