Coronavirus : 5 questions très simples au professeur Éric Caumes

Pourquoi on parlait au début de simple grippe, réalité des chiffres et ce qu'on sait vraiment du Covid-19… 5 questions très simples au Pr. Éric Caumes.

Covid-19 : le Pr Éric Caumes répond à vos questions

Durée du confinement, symptômes… Le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de la Pitié-Salpêtrière répond à six questions simples.

Pourquoi, au début, vous ne sembliez pas trouver l’épidémie si dangereuse ?

On a tous minimisé l’importance et la gravité de cette épidémie. D’abord, il y a eu la Chine. C’était un peu lointain, on avait des avis divergents. Ensuite, on a été trompés par ce qu’il s’est passé dans les quatre pays d’Asie, les quatre premiers pays affectés par l’épidémie : Singapour, Taïwan, le Japon et la Corée du Sud. Là, l’épidémie ne s’est pas développée. On n’a compris que rétrospectivement pourquoi elle ne s’était pas développée : ces pays, du fait de leur culture et de l’efficacité de leur système de prévention et de leur système de santé, ont été très efficaces pour prévenir l’épidémie. Ça nous a trompés !

Ensuite, les premiers cas sont apparus en France. Ils n’étaient pas particulièrement sévères à deux exceptions près : on a été faussement rassurés. Et puis il y a eu l’épidémie d’Italie. Là, on a tous compris qu’on allait vivre la même chose.

Combien de personnes sont atteintes en France aujourd’hui ?

On ne connaît pas le nombre de personnes infectées. Les chiffres sont faux : si on comptabilise les entrées en réanimation pour estimer la gravité de la maladie, ce ne sont pas les bons chiffres. Parce que tout le monde ne rentre pas en réanimation ! Si on estime le nombre de cas recensés comme des personnes infectées, c’est faux également. Évidemment, les personnes testées positives sont infectées, mais on ne connaît pas l’immense majorité des personnes infectées, qui sont quasiment asymptomatiques ou très peu symptomatiques. Cette maladie est quand même bénigne chez plus de 80 % des personnes.

Il se transmet dans l’air ou pas, le Covid-19 ?

À l’extérieur, il n’y a quasiment aucun risque. Le virus ne flotte pas dans l’air, c’est clair ! Le risque, il est dans les lieux clos, les lieux confinés. Là, la maladie peut se transmettre beaucoup plus facilement. Mais à l’extérieur, non, la maladie ne se transmettra pas facilement.

On peut l’attraper deux fois, le Covid-19 ?

On a un manque de recul par rapport au début de l’épidémie. Elle a commencé il y a trois mois, donc c’est très difficile de répondre correctement à cette question. Ce qu’on se dit, c’est que de toute façon, même si on l’attrapait de nouveau, ce serait probablement beaucoup moins grave.

Il pourrait y avoir une deuxième vague de Covid-19 ?

J’aimerais bien pouvoir répondre à cette question. Mais malheureusement, je ne le sais pas. Je pense que personne ne le sait vraiment. On devrait avoir le courage de dire qu’on navigue un peu à vue. Bien évidemment, l’expérience chinoise va être fondamentale, car ils sont en train de lever le confinement. Donc on va déjà voir si les cas repartent chez eux. Après, je pense qu’il ne faut pas non plus se faire trop d’illusions : même si nous, on pouvait le faire, malheureusement, les pays d’Afrique, par exemple, ne pourront pas le faire. Il y aura donc toujours des cas qui pourront revenir d’ailleurs. Un nouveau monde va apparaître. Il y aura l’avant-Covid-19 et l’après-Covid-19.

avatar
Brut.
27 mars 2020 17:30