retour

Après de 2 ans de vie dans les bois, ils font le bilan

Depuis 2 ans, Caroline et Jonathan vivent et élèvent leurs enfants dans les bois, au plus près de cette nature qu'ils souhaitent préserver. Et pour eux, la Désobéissance fertile, ça a tout changé.

La désobéissance civile, deux ans après

En mai 2019, Brut avait rencontré Jonathan, Caroline et leurs deux filles, qui ont choisi de vivre en pleine forêt et avec un mode de vie en parfaite harmonie avec la nature. Ils sont en dehors du système et appellent leur philosophie la “ désobéissance civile”. Où en sont-ils deux ans après ?

Un mode de vie en dehors du système

Leur philosophie : recréer des sociétés respectueuses du vivant, pour qu’elles deviennent les gardiennes des écosystèmes.

Leur habitat ainsi que ceux des autres familles vivant dans cette zone sont construits sur un terrain non-constructible. Ils sont dits compostables car ils peuvent se dégrader naturellement. Ils sont composés de bois, de bottes de pailles, d’argile. La communauté recense les animaux sauvages afin de démontrer que cette zone est un refuge pour la faune et la flore, et qu’ils vivent en harmonie avec cette population animale.

Les bienfaits d’une vie en forêt

Jonathan et Caroline se disent impressionnés des capacités qu’ont pu développer leurs deux filles, dont la plus jeune Mani, qui vient de passer ses deux premières années dans la forêt. “À deux ans, elle sait reconnaître de la consoude, de l’ortie, du fenouil !” sourit Caroline.

Ils ressentent également des bienfaits physiques, comme le décrit Jonathan : “On se sent pleinement vivants, à la fois dans nos renforcements musculaires puisque j'ai l'impression qu'on s'est endurcis, également à l'intérieur de nous.

“Vivre dans la nature crée un attachement viscéral et une volonté d’agir”

Le fait d'être confrontés aux problématiques écologiques, telles que les pénuries d'eau et les assèchements précoces, ou la diminutation de la superficie de forêt sauvage dans leur région concrétise à leurs yeux la cause environnementale.

Face à ces constats quotidiens, Jonathan et Caroline décident de s'extraire des institutions et des lois "classiques", qui selon eux ne permettent pas de répondre suffisamment à l'urgence climatique. Ils proposent un mode de vie alternatif, la désobéissance civile.

Avant, on voyait beaucoup de statistiques, beaucoup de chiffres qui montraient ces extinctions potentielles d'espèces, tous ces dérèglements auxquels on doit faire face, mais le fait d'y être et le fait de pouvoir le vivre, eh bien, ça fait qu'on a un attachement beaucoup plus viscéral et une volonté d'agir qui est beaucoup plus forte que depuis la ville”, conclut Jonathan.

08/02/2021 07:24
  • 2.6M
  • 1.6K

1016 commentaires

  • Lucie P.
    2 jours

    👍

  • Bruno V.
    2 jours

    Ça marche pour une famille. Mais pour 67 millions d’habitants il va y avoir comme un problème d’espace disponible ... et je donne 1 heure au gentil chevreuil avant d’être bouffé !

  • Claudine L.
    4 jours

    Je vous trouve épanouis et vos enfants se sentent tellement bien ....vous êtes les pionniers j espère que beaucoup feront le pas car notre terre est en danger et c est grâce à vous que les autres générations continueront car l heure est grave ....merci pour votre témoignage......continuez 😁😁😷😷♥️♥️

  • Laura D.
    4 jours

    🤔

  • Nathalie B.
    4 jours

    Est-ce qu'on a besoin de vivre dans une cabane ? Je suis dans un hameau entourée de voisins qui cultivent leur potager, se chauffent à la cuisinière à bois et vivent chichement par choix. Pas besoin de toute cette agitation. J'ajouterai que la campagne n'est pas une zone de non droit. On demande des permis (même si personne ne le fait...)

  • Jose N.
    5 jours

    Avec quel budget ????

  • Marjorie M.
    5 jours

    jadorerais vivre comme eux

  • Marie-Charlotte D.
    5 jours

    💚💚💚

  • Francois L.
    5 jours

    génial simple , bravo

  • Sylvie C.
    6 jours

    Je t ai trouvé ton lieu de vie pour ta retraite 😘💕

  • Marie M.
    6 jours

    Ça me rappelle trop les gens qui partaient vivre en communauté et élever des chèvres dans les années 70 et qui ont peu à peu regagné la "société de consommation " comme ils disaient, et qui sont devenus de bons petits bourgeois.

  • Nat D.
    6 jours

    bravo, vous êtes beaux, nous sommes leurs avenir ! 👏👍😉

  • Nat D.
    6 jours

    C'est ce mode de vie endurcis c'est sur, la santé et la force c'est normal, la vie facile c'est dégénérescence !

  • Nat D.
    6 jours

    Pareil mon fils reconnaît les plantes depuis très longtemps ! Il a neuf ans maintenant

  • Emilie M.
    6 jours

    😉

  • Sarah L.
    7 jours

    Laissons les animaux vivrent loin des humains... Un chevreuil doit rester sauvage et vivre loin des hommes.. D une première cabane ils en sont à plusieurs cet bientôt ils formeront un village dans le territoire des animaux? Puis une ville ? Il y a en France suffisamment de villages abandonnés à faire renaître sans aller s installer en forêt pour y construire un village !

  • Amélie C.
    22/02/2021 20:08

    Viens, on va vivre dans une cabane ?

  • Angelique D.
    22/02/2021 08:06

    Ils sont magnifiques tous les 4. Belle vie à eux.

  • Chak's L.
    21/02/2021 23:12

    va les rejoindre 🙃

  • Aline T.
    21/02/2021 15:56

    🥰🥰🥰

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.