retour

Au Malawi, des ONG combattent le braconnage dans le parc national de Kasungu

Cette réserve naturelle du Malawi a longtemps été la cible de braconniers. Mais aujourd'hui, la criminalité dans cette zone a pratiquement cessé. Formation de rangers, réintroduction d'animaux… Voilà comment des acteurs comme l'ifaw tentent de préserver cet écosystème.

Au Malawi, le combat contre le braconnage

Le parc national de Kasungu, une réserve naturelle, a longtemps été la cible de braconniers. Mais aujourd'hui, la criminalité dans cette zone a pratiquement cessé.

« Si vous regardez ce que l’on trouvait dans les huit parcs et réserves naturelles du Malawi dans les années 1970 et qu’on le compare à aujourd’hui, le parc de Kasungu est sans doute celui qui a subi le plus de pertes », affirme Mike Labuschagne, responsable de la sécurité au parc national de Kasungu. Entre 1990 et 2015 en effet, dans cette zone, le nombre de zèbres est passé de 500 individus à seulement six. Les cobes à croissant, eux, ont totalement disparu.

« Le degré de souffrance de ces animaux, le degré de cruauté, c’est accablant »

Dans cette réserve naturelle de 2.400 km2, le braconnage a longtemps été un fléau. « Si, du point de vue des animaux, l’on prend en compte la perte de valeur touristique, on s’aperçoit de l’énorme coût nécessaire au rétablissement de ce que l’on a perdu. Et pour le Malawi, l’un des pays le plus pauvres au monde, ce type de perte est gravissime. Et ça, c’est uniquement du point de vue économique. Si vous regardez le degré de souffrance de ces animaux, le degré de cruauté, c’est accablant », déplore Mike Labuschagne.

L'Ifaw a pour projet de relâcher 12 zèbres et 14 cobes à croissant

Mais grâce à des acteurs comme l'Ifaw, le Fonds international pour la protection des animaux, le braconnage dans le parc de Kasungu a quasiment cessé. Depuis 2015, cette ONG travaille à la reconstruction d'infrastructures et à la formation de rangers. Et les populations de plusieurs espèces, comme les éléphants, sont aujourd'hui en augmentation. Par ailleurs, d’autres animaux, comme les lycaons, les lions ou les léopards, sont régulièrement observés.

Fort de ce constat, l'Ifaw, en collaboration avec le service des parcs nationaux du Malawi, a pour projet de relâcher 12 zèbres et 14 cobes à croissant. Ces réintroductions devraient permettre à ces espèces de progressivement recoloniser la zone et de rééquilibrer l'écosystème local, privé de ces grands herbivores depuis plusieurs années.

20/07/2020 06:42
  • 364.3k
  • 156

119 commentaires

  • Michele H.
    29/07/2020 15:43

    ils comprennent que sais leur richesses qu ils sauvent

  • Joseph V.
    29/07/2020 14:16

    Bien!! ... mais pendant ce temps-là des psychopathes comme Constant Boulard et son "Constant Boulard international adventure", continue de proposer de la chasse aux trophées pour faire joujou! Abjecte !! https://www.facebook.com/constant.boulard

  • Helene F.
    28/07/2020 10:20

    🙏🏼👏👏merci à eux😍

  • Marie C.
    26/07/2020 17:43

    un exemple positif 😉

  • Sandra D.
    26/07/2020 09:01

    BRAVO

  • Elise C.
    26/07/2020 08:55

    ! Interessant

  • Céline R.
    25/07/2020 17:45

    Genial merci pour ces magnifiques animaux sauvages

  • Sylviane K.
    25/07/2020 15:16

    Il faut engager Barbara Pompili, elle aime les animaux en liberté !!!!!!!!!!!

  • Mick K.
    25/07/2020 14:57

    On devrai leur couper la tête au braconneur ! Des gros fils de putain ceux là

  • Daniel R.
    25/07/2020 14:53

    Les hommes deviennent chasseurs et braconniers pour nourrir leurs familles. Si tu offre un travail aux chasseurs pour protéger les animaux, ils vont arrêter de chasser. Les animaux deviennent sa source de revenu et la conservation de l'espèce son futur économique. Toutes les espèces qui vivent sur terre et dans la mer ne cherchent qu'à se nourrir ou à nourrir leurs petits. Les hommes ne font pas exception. Si vous voulez sauvé encore plus d'espèces, empêcher les chinois de tuer tous ce qui vit sur notre terre pour des pénis de ceci, ou des foie de cela, des cervelles de singe ou des ongles de lamantin.

  • Tania G.
    25/07/2020 10:37

    La faune et la flore sont leur plus grande richesse. Pour les préserver il faut bien sûr de la pédagogie et montrer aux locaux qu'ils peuvent gagner leur vie avec le tourisme (tourisme raisonné bien sûr afin d'éviter les dérives des masses).

  • Aurelie A.
    25/07/2020 09:12

    Bravo à ces hommes

  • San D.
    25/07/2020 08:53

    Si vous aimez les animaux et vous êtes contre la cruauté et la maltraitance, soutenez www.referendumpourlesanimaux.fr Merci pour eux ! ❤

  • Anick M.
    25/07/2020 06:53

    Bravo Merci pour eux 👍🐱

  • Véronique B.
    24/07/2020 19:51

    👏👏👏👏

  • Graton M.
    24/07/2020 18:11

    Belles âmes

  • Stéphanie L.
    24/07/2020 17:17

    C super

  • Dominique P.
    24/07/2020 13:19

    bravo messieurs et surtout bon courage dans votre volonté de sauver ces animaux de leur habitat naturel Malheureusement il y a toujours des trophées demandés par de sales personnes

  • Julien L.
    24/07/2020 10:30

    Abattez à vue les braconniers, et exhibez leurs têtes sur une pique à l'entrée des reserves. Les restes aux fauves.ca va peut être en dissuader

  • José M.
    24/07/2020 03:05

    Un peu de lueur d espoir, pour tous ces animaux en voie d extinction, redevenir un lieu de reserves, ou tu peux se jouer en positif pour l avenir..., mais reste a voir ??! ....

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.