retour

Burning Man : un festival écologique ?

"Ne laisser aucune trace" est l'un des ses principes fondateurs. Pourtant, l'impact environnemental du festival Burning Man fait régulièrement débat. Incinération de sculptures, détritus abandonnés... Voilà ce qu'il s'y passe vraiment.

Le Burning Man est-il un festival écolo ?

70 000 festivaliers, une ville éphémèreen plein désert , une utopie sociale… c'est le Burning Man. L'un de ses principes fondateurs : "Leave no trace" ("Ne laisser aucune trace") pour préserver ce site naturel. Pourtant, son impact environnemental fait régulièrement débat…

Chaque année, à la fin du mois d'août, le festival s'installe dans le désert de Black Rock, au nord-ouest du Nevada. Pendant environ une semaine, ce site se transforme en gigantesque ville éphémère. Celle-ci accueillait 10 000 festivaliers en 1997, 25 000 en 2001 et 70 000 en 2018, plafond fixé par les autorités.

En théorie, les participants ne doivent laisser aucun déchet sur place. Après l’événement, une équipe ratisse le site pendant 2 semaines pour ramasser les déchets restants et nettoyer les traces de feu.

Malgré ces mesures, certains habitants de villes voisines se plaignent de détritus abandonnés dans leur commune. Mais un autre problème est souvent pointé du doigt : l'impact climatique du festival.

En 2006, avec 40 000 participants, le Burning Man a rejeté plus de 27 000 tonnes de gaz à effet de serre. Parmi les causes, l'un des piliers du festival : l'incinération de nombreuses sculptures. En 2007, pour brûler cette tour de forage en bois de plus 30 m plus de 3000 litres de kérosène et 7000 litres de propane ont été utilisé.

Mais 87 % du bilan carbone du festival vient d'une autre source : les transports. Si le vélo est privilégié sur le site, des milliers de véhicules à moteur sont utilisés pour s'y rendre, occasionnant d'importants embouteillages en plein désert. Le site accueille même une piste d'aéroport temporaire et certains participants s'y rendent en jet privé. Pour tenter de réduire cet impact, les organisateurs encouragent le covoiturage.

Au total, selon une estimation de 2014 du journal LA Weekly, chaque festivalier produit en moyenne 2 fois plus de CO2 qu'un américain moyen.

29/06/2019 08:34
  • 562.9k
  • 995

321 commentaires

  • Frederic D.
    18/07/2019 13:43

    Combien consomme un touriste sur un bateau de croisière?

  • Stéphane W.
    15/07/2019 06:30

    😎🤪

  • Frédéric C.
    10/07/2019 15:37

    Une utopie sociale, attention

  • Sandra P.
    08/07/2019 09:07

    Les gens qui commente "c'est trop beau, je rêve d'y aller ect.." vous n'avez absolument rien compris à la vidéo.

  • Adrien F.
    07/07/2019 20:05

    😕

  • Julie F.
    07/07/2019 19:46

    c’est ça dont je te parlais

  • Gillot G.
    07/07/2019 18:48

    la prochaine etape

  • Pierre K.
    07/07/2019 12:07

    Ils ne faisaient pas déjà ça sur l’île de Pâques ?

  • Amélie D.
    07/07/2019 11:56

    😍😍😍😍

  • Sylviane L.
    07/07/2019 09:03

    "" Pour une fois, Antoine de Maximy ne part pas sur les routes du monde dormir chez l'habitant mais réalise un incroyable voyage au «Burning Man», un gigantesque rassemblement de plusieurs dizaines de milliers de personnes qui se déroule aux Etats-Unis, à Black Rock City, une ville éphémère en plein coeur du désert du Nevada. Burning Man est indéfinissable : une concentration d'artistes mâtinée de rave-party, avec un soupçon de camp naturiste. Durant une semaine de folie, l'argent disparaît, les conventions sociales sont abolies et toutes les barrières tombent. Antoine de Maximy plante sa tente, ou plutôt son mobil-home pour vivre une expérience bien différente de celles connues jusqu'alors à travers une quarantaine de pays. "" https://youtu.be/ZNCkhOkauow

  • Marion A.
    07/07/2019 08:42

    70 000 festivalier tu peux être sûr que l'impact carbone est la, mais quand tu vois les industries agricoles aux états-unis unies, l'extraction du gaz de schistes et la culture du drive, laissez ce festival en paix.

  • Zakaria C.
    07/07/2019 08:21

    Ils se croivent dans Madmax ou quoi ?

  • Sabarde B.
    07/07/2019 08:09

    alors là je rêve... pointer du doigt une semaine de festival par an.. à côté des élevages americains, ( dont on sait qu'ils ne sont pas polluants hein!!! mdr!), l'extraction des gaz de schiste dans tout le pays et le nombre de vols d'avions, les bagnoles qu'ils prennent juste pour aller au fast food qui se trouve à 50 metres de chez eux.. et j'en passe.. bref c'est sùr que le festival pollue plus que tout le reste...🐑🐑🐑 bêêêêhhhh :-)

  • Zakaria M.
    07/07/2019 07:03

    « Burniiiiiing Man »

  • Martine M.
    07/07/2019 05:19

    novlang

  • Amelie B.
    07/07/2019 04:08

    c'est drôle on en parlait hier !

  • Killian P.
    06/07/2019 18:49

    Meilleures festival du monde mais bon dommage que ce soit brut qui en parle

  • Pascal N.
    06/07/2019 16:21

    BURNER EXPRESS !! Most eco way to bring yur ass to BRC.

  • Georges B.
    06/07/2019 14:00

    Première et très importante chose à noter, il ne s'agit pas d'un reportage, mais d'une compilation d'extraits de vidéos de plusieurs années différentes récupérés sur internet et agencés de façon à coller au propos volontairement moralisateur.Manifestement, aucun reporter ne s'est rendu sur place, et n'importe qui avec un logiciel vidéo peut produire ce type de travail confortablement chez lui sur un coin de bureau. Il s'agit de chiffres bruts, qui ne sont pas mis en rapport avec d'autres chiffres portant sur l'activité humaine de tous les jours et ne permettent donc pas de faire de comparaison. Un fait à prendre en considération: Le Bureau of Land Management a de nouveau octroyé un permis pour organiser l'évènement cette année. Si l'impact écologique était si mauvais que cela, cette agence gouvernementale qui gère, entre autre, le Black Rock Desert ne l'aurait certainement pas fait.

  • Marion G.
    06/07/2019 10:49

    ah ben bravo...

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.