retour

Ces volontaires nettoient les plages d'Acapulco

Ces plongeurs mexicains ont une mission : nettoyer la mer et les plages d'Acapulco. Batteries de voiture, pneus, mégots... Voilà ce qu'ils y trouvent à chacune de leurs opérations.

Des plongeurs volontaires nettoient le bord de mer d'Acapulco

« Le problème de pollution à Acapulco est lié au manque d'éducation et de prise de conscience des habitants et touristes à qui on demande de ne pas laisser traîner leurs déchets, mais qui continuent de le faire » estime José Juan Cejudo Flores, plongeur écologiste volontaire à Acapulco. La mission de ces plongeurs mexicains : nettoyer la mer des déchets et garder une plage propre.

Ce groupe de plongeurs volontaires mexicain nettoie les fonds marins. Par le biais de leur page Facebook « Plongeurs écolos volontaires », ils invitent d’autres personnes à venir les aider. Leur activité principale : extraire les déchets solides des fonds marins, mais aussi retirer ce qui peut être incrusté ou collé sur les déchets. Les plongeurs volontaires d’Acapulco notent, pèsent et trient ensuite les déchets. Ils extraient en moyenne entre 200 et 400 kg de déchets après chaque nettoyage.

« Concernant les types de déchets, nous trouvons du PET (plastique), mais également des réchauds, des batteries de voiture, des bouteilles en verre, beaucoup de morceaux de fibre de verre… » témoigne José Juan Cejudo Flores, plongeur écologiste volontaire à Acapulco. En plus des microplastiques, les déchets qui endommagent le plus la vie marine sont les mégots de cigarettes et les combustibles des bateaux : l'huile, le diesel, l’essence… Les résidus de ces produits sont très difficiles à nettoyer pour les plongeurs et les mettent en danger : « Ils salissent nos masques et se glissent dans notre tuba. Nous sommes donc contraints d'arrêter, car c'est impossible de continuer » explique José Juan Cejudo Flores.

Acapulco : une ville très visitée, mais aussi très polluée

Acapulco est l'une des villes les plus visitées au Mexique. Mais ses plages sont sérieusement polluées. Des analyses ont même montré des taux de bactéries dépassant le seuil autorisé de plus de 1 800 %. « Les touristes ont aussi leur part de responsabilité car ils consomment des produits en polystyrène, des gobelets, de la bière, sans penser à les ramasser » déclare José Juan Cejudo Flores, plongeur écologiste volontaire à Acapulco.

Avec le vent, les déchets arrivent dans l’océan. Pour José Juan Cejudo Flores, « le moyen le plus efficace d'éveiller les consciences est de les faire participer aux nettoyages pour qu'ils voient les dégâts causés par leurs déchets ». En plus, Acapulco vit beaucoup du tourisme et « si nous continuons de polluer notre baie, nous n'aurons plus rien à offrir » alerte José Juan Cejudo Flores.

Les plongeurs volontaires espèrent changer les mentalités de chacun. « Nous espérons que, grâce à nos efforts pour avoir un espace marin propre, les gens mesureront l'ampleur des dégâts qu'ils causent et qu'ils changeront leurs habitudes de consommation et leur façon de se débarrasser de leurs déchets. En fin de compte, c'est le travail de tous » conclut José Juan Cejudo Flores, plongeur écologiste volontaire à Acapulco.

29/08/2019 06:56
  • 104.9k
  • 157

1 commentaire

  • Luis Vanucci
    07/07/2020 02:56

    “C’est le travail de tous...”

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.