retour

Des coraux résistants au changement climatique ?

La résilience des coraux face au changement climatique. C'est ce qu'étudient ces scientifiques en Nouvelle-Calédonie, avec l'aide de l'Aquarium Des Lagons Nouvelle-Calédonie. Et ils ont peut-être une solution pour repeupler les récifs…

Bientôt des coraux plus résistants au changement climatique ?

En Nouvelle-Calédonie, l'Institut de recherche pour le développement teste la résilience des coraux face aux changements que devrait connaître l'océan. Reportage.

L’avenir des récifs coralliens est peu radieux. Et pour cause : « Si on arrive à 2°C en plus et à une acidification des océans à moins de 7,7 de pH, le Giec prévoit une perte pouvant aller jusqu’à 90 % des récifs coralliens », alerte Riccardo Rodolfo-Metalpa, chargé de Recherche à l'Institut de recherche pour le développement (IRD).

À l’heure actuelle, on pourraait avoir déjà perdu jusqu’à 50 % des récifs sur la Grande Barrière de corail. Brut s’est rendu en Nouvelle-Calédonie pour suivre le travail de l’IRD.

Trois scénarios

Clément Tanvet, doctorant en Écologie marine à l’IRD, étudie l’acidité des bassins. Il envisage trois scénarios possibles pour les années à venir : « On a le pH prévu à la fin du siècle, le pH actuel et le pH prévu dans 30 ans. Et on a fait une dernière manipulation, c'est un pH variable : un pH qu'on va faire varier quotidiennement pour voir si de toutes petites variations ont une influence. » Plus le pH est bas, plus l’eau est acide.

L’IRD analyse trois types de coraux et les compare. « On a des espèces qui viennent d'un site particulier, qui présente des conditions qu'on aura à la fin du siècle. On aimerait vraiment comprendre pourquoi ces coraux arrivent à se développer, tandis que d'autres n'arrivent pas à le faire dans des conditions aussi extrêmes », explique Clément Tanvet.

Comprendre les mécanismes de calcification

Ces coraux plus résistants viennent du site de Bouraké, à 60 km au nord de Nouméa. Ils résistent à des conditions extrêmes en températures, en acidité et en pourcentage d’oxygène. « Notre but, c’est de comprendre le mécanisme qu’ils ont utilisé pour résister et calcifier », développe Clément Tanvet. On appelle calcification le processus par lequel le corail construit le récif corallien, « en utilisant des briques, des ions carbonates, avec du calcium ».

La Grande Barrière de corail possède l’une des biodiversités les plus riches de la planète. La calcification y est très importante : non seulement elle sert d'abri aux espèces, mais elle peut servir nourriture. « Ce qu'on regarde, c'est cette possibilité du corail de faire une calcification plus au moins variée en fonction du pH qui l'entoure », résume Clément Tanvet.

Comprendre la résistance des coraux

Les scientifiques sur place cherchent par ailleurs à savoir si la résistance de ces coraux est due à une adaptation lente à leur environnement depuis des générations, ou s’ils peuvent s'acclimater rapidement à des changements extrêmes. « Le fait d'avoir découvert des coraux qui résistent à des conditions dans la nature nous donne de l’espoir. Bien sûr, on n’est pas naïfs. Il y a des conditions particulières dans ce site », rappelle Clément Tanvet.

Un autre espoir pour l’IRD : une pratique appelée « assisted evolution » – « évolution assistée » en français – ou le fait d’utiliser des souches de coraux pour repeupler des récifs abîmés par le réchauffement. Mais pour le moment, cela relève encore de l’utopie. « Vous imaginez, par exemple, la Grande Barrière de corail en Australie, c’est long comme l’Italie. » Pour l’heure, les scientifiques essaient donc de trouver des souches résistantes pour peut-être, dans 20 ans, les utiliser pour repeupler de petites zones des grands récifs.

16/05/2020 08:31
  • 351K
  • 122

20 commentaires

  • Marine G.
    31/05/2020 19:58

    tu as vu ça 😮?

  • Karine O.
    20/05/2020 18:28

    Lauranne Sarribouette

  • Brut nature FR
    20/05/2020 09:56

    Pour ce projet, L'IRD travaille en collaboration avec l'.

  • Salam N.
    20/05/2020 02:02

    La polution la ou se trouve la merde on trouve la polution derriere et l étre humain la cause 😡

  • Losang N.
    19/05/2020 15:55

    Ces niches écologiques sont primordiales pour la terre.,. notamment la barrière d Australie..Ces recherches sont nécessaires pour sensibiliser les gens.consernes et faire évoluer le comportement humain.

  • Milva L.
    18/05/2020 08:30

    ça me rappelle le TPE aha

  • Cléa B.
    17/05/2020 14:20

    🙏🏼❤️

  • Arthur V.
    17/05/2020 03:44

    voilà un stage intéressant

  • Souzaline E.
    16/05/2020 18:55

    J'ai confiance !

  • Antoine A.
    16/05/2020 13:35

    quand est-ce qu'on lâche tout pour aller sauver la biodiversité ?

  • Vincent A.
    16/05/2020 12:47

    tu me dis si tu veux des références ahah

  • Thibaud D.
    16/05/2020 11:53

    memories

  • Kevin D.
    16/05/2020 11:30

    😁

  • Alexandra V.
    16/05/2020 11:01

    Beau travail 👊 ❤

  • Lisa I.
    16/05/2020 10:34

    Comme ça l'humain touriste pourra continuer à les massacrer la conscience tranquille !!! 😂😂

  • Pedron A.
    16/05/2020 10:29

    https://youtu.be/JxJOlnDHTJA(royaume des fourmis ❤️❤️❤️des meilleures instant

  • Maxime D.
    16/05/2020 09:35

    toi dans 5 ans

  • Gerard G.
    16/05/2020 09:26

    Si les émissions de CO2 continuent d’augmenter au même rythme, les projections montrent qu’il pourrait y avoir une augmentation de l’acidité de 120 % d’ici à 2060. Dans le monde des océans, où les différents écosystèmes sont liés et interdépendants, ces prévisions sont pour le moins alarmantes. La seule solution, c’est donc d’émettre moins de CO2.La bonne nouvelle: bUnited est prête à payer pour nous rassembler. Très innovant. Pour voir, il suffit de cliquer. Je suis fan! https://bUnited.com/inviter/BDYY-6129/35/

  • Blandine B.
    16/05/2020 09:10

    Tout à fait d'accord avec vous ! Notre société a perdu le simple bon sens ....il faut couper le mal à la racine, au lieu de chercher des palliatifs coûteux ....

  • Chams L.
    16/05/2020 08:50

    La solution et de mettre fin aux pollueurs qui polluent les océans et non pas perdre son temps et son argent a vouloir trouver des solutions et vouloir savoir le pourquoi. Oui, c est important d essayer d en trouver des solutions et savoir le pourquoi mais ça sert a quoi si rien n est fait pour stopper la pollution de la planète. Ce genre de vidéo ce n est que occuper l esprit des gens et dire "ça etudie"

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.