retour

Histoire d'une success-story environnementale

C'est l'histoire d'une prise de conscience mondiale. En 1985, on découvrait un immense trou dans la couche d'ozone. Rapidement, toute la planète s'est mobilisée. 34 ans d'efforts plus tard, les résultats sont là.

Rétablissement de la couche d’ozone : première réussite environnementale de l’histoire

*En 1985 les scientifiques découvrent un immense trou dans la couche d’ozone. Sa taille est alors presque égale à celle de l'Amérique du Nord.Cela est la conséquence de plusieurs gaz, contenus dans les aérosols et les réfrigérateur, comme les CFC. Rapidement, plusieurs scientifiques craignent des conséquences graves sur *l’environnement, mais aussi sur la santé.

En 1987, Darrell Rigel, docteur en dermatologie, déclare que "si la couche d’ozone est détruite, (…) même s’ils évitent le soleil et mettent de la crème, les gens (…) vont recevoir assez de radiations pour développer des cancers de la peau”. Afin de contrer ce problème environnemental, plusieurs pays se réunissent. Ainsi, le 16 septembre 1987, 24 pays se mettent d’accord pour réduire, puis bannir, les CFC. Il s’agit alors du 1er protocole écologique international : le protocole de Montréal. Rapidement, d’autres pays se joignent au protocole. Au total, 196 états se sont engagés. Plusieurs amendements ajoutent des restrictions sur d'autres produits polluants comme le bromure de méthyle ou les HCFC. Le Protocole de Montréal devient alors le premier traité à atteindre la "ratification universelle”. Enfin, en 2010, les CFC sont officiellement interdits dans le monde entier.

“Le changement est possible si il y a une volonté politique pour l’appuyer”

En 2014, Achim Steiner, Directeur général du Programme des Nations unies pour l’environnement, annonce : "La couche d'ozone au-dessus de l'hémisphère nord et des latitudes moyennes devrait complètement se rétablir d'ici 2030, la couche d'ozone au-dessus de l'hémisphère sud dans les années 2050 et celle se trouvant au-dessus des régions polaires d'ici 2060." En effet, à certains endroits, la couche d’ozone s'est rétablie à un rythme de 1 à 3% par décennie depuis l’an 2000. Aujourd'hui encore, le protocole de Montréal est considéré comme une vraie réussite historique.

22/11/2019 11:26
  • 320.1k
  • 257

55 commentaires

  • Guy B.
    26/11/2019 19:27

    Quelle sont les propositions pour affronter la situations

  • Renaldo D.
    25/11/2019 14:17

    Sauf que rien ne nous prouve que le résultat total provient de nos efforts

  • Audrey A.
    24/11/2019 16:41

    bla bla bla !!! mensonge , mensonge tout n'est qu'illusion....

  • Dylan M.
    24/11/2019 14:07

    , je ne vois pas ton commentaire, tu l'as suppr ? Du coup c'est bien CFC et pas HFC, Tu avais raison

  • Reyes O.
    23/11/2019 21:14

    Yes, we can

  • Catherine D.
    23/11/2019 17:55

    Il faut continuer avec les pesticides !

  • Pascale M.
    23/11/2019 13:15

    https://www.liberation.fr/checknews/2018/10/17/les-gouvernements-partenaires-du-giec-ont-ils-un-droit-de-modification-sur-les-conclusions-et-propos_1685715

  • Yassinevic I.
    23/11/2019 09:32

    Vu

  • Steph D.
    23/11/2019 09:16

    C'est une réussite mais on a vu il y a très peu de temps que la Chine continu à emettre ces polluants depuis plusieurs années...🤢🤢🤢

  • Henry C.
    23/11/2019 08:41

    La bonne blague 🤣

  • Elodie C.
    23/11/2019 08:16

    preuve que tout n'est pas perdu

  • Yvan D.
    23/11/2019 08:14

    Genre,si ça a marché avec l'ozone...ça marchera avec le CO2 !!! Peuvent nous raconter des bobards on ira pas vérifier sur place si c'est vrai,on est obligés de les croire sur parole...pareil pour le rechauffement climatique qu'ils appellent dérèglement maintenant,aucune publication ne prouve le rôle du CO2 dans l'effet de serre...sinon produisez la.

  • Mi C.
    23/11/2019 08:07

    quels efforts ?

  • Simon C.
    23/11/2019 07:28

    sauf qu'il y a juste s'agit en gros pour les industriels de remplacer un produit par un autre. Un peu de R&D et le tour est joué; limite les industries ont peut être même eu des aides publiques (en se gavant au passage) pour le faire. Tant mieux que ça ait marché, mais la situation d'aujourd'hui est différente. Ce n'est pas seulement changer les industries qu'il faut, c'est les ralentir voire arrêter un grand nombre. Et ça le monde capitaliste et libéral ne voudra pas l'entendre

  • Yves P.
    23/11/2019 05:13

    Il n'y a pas 1 trou il y'a des trou...certe le fait de limiter industriellement certain produit cela a un effet, mais attention cela ne résout rien, les trous fluctuent en fonction du climat, à ce jour ils s'equilibre entre eux et demain peut être grandiront ils encore. Une prise de conscience de l'évolution de notre climat planétaire est tout à fait souhaitable, mais jamais on ne pourra revenir en arrière, cherchons plutôt à limiter nos excès pour laisser au générations futur un meilleur avenir.

  • Talyn N.
    22/11/2019 23:54

    Bizarre que les états ne veulent pas renouveler cette collaboration et préfèrent les demis mesures et le déni pour favoriser une économie éphémère....

  • Anca R.
    22/11/2019 23:49

    Les nations ont mis 27 ans quand-même pour être toutes d'accord! Comme que on reste à la vitesse des escargots pour les grandes décisions.

  • Rémi S.
    22/11/2019 23:12

    Quand l'on veut, l'on PEUT !!!

  • Fanny P.
    22/11/2019 23:05

    Oui mais ça ne remet pas du tout en question le mode de production. On a juste trouvé d’autres moyens de construire des aérosols et des frigos. La crise écologique quant à elle est causée par le mode de production capitaliste. Or aucun dirigeant ne veut remettre en question l’économie mondiale. Mais c’est bien la course au profit qui cause l’extinction des espèces et le dérèglement climatique.

  • Gwénaël P.
    22/11/2019 22:59

    C'est pour ça que dans les années 80 jusqu'au milieu des années 90, le trou d'ozone était un peu la marotte dans l'histroire des films/BD SF (pas forcément bons, mais ça, c'est une autre histoire). Aujourd'hui, ce n'est bien évidemment plus dans l'air du temps ^^