retour

Les risques d'inondations augmentent dans le monde

Ces images d’inondations pourraient-elles se multiplier à l’avenir ? C’est en tout cas ce que prévoient les experts du GIEC.

Les risques d’inondation dans le monde inquiètent le GIEC

Avec le réchauffement climatique, les inondations se multiplient, sans aucune mesure d’adaptation mise en place. Un dérèglement climatique qui risque de s’amplifier à l’avenir. Pourtant, les experts du GIEC l’avaient prévu…

Selon Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du Giec, de nombreuses villes côtières et petites îles ainsi que des deltas seront exposés aux risques d’inondation et de submersion chaque année à partir de 2050. “Sans les investissements et aménagements adéquats, ils seront exposés à une augmentation de risques d’inondation”, explique l’experte. En effet, combinée aux mouvements naturels des océans, une montée du niveau de la mer, de 20 à 30 cm, multiplierait par 2 les inondations côtières dans les tropiques. Selon une étude de 2019 menée par Climate Central, si les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter, 300 millions de personnes risquent d’être inondées au moins une fois par an d’ici 2050. C’est 3,7 fois plus que les précédentes estimations. Même avec des réductions modérées des gaz à effet de serre, plusieurs pays d’Asie devraient être durement touchés dès 2050. Par exemple, en Chine, 93 millions de personnes sont menacées d’inondations annuelles.

“Penser autrement l’occupation du littoral c’est vraiment une question vitale”

D’après le dernier rapport du GIEC, cette augmentation des inondations pourrait entraîner d’importantes migrations. Rien qu’au Bangladesh, 900 000 personnes devraient migrer d’ici 2050 et 2,1 millions d’ici 2100. Tandis que dans le sud de la Floride, c’est 2 millions de personnes qui seraient déplacées d’ici 2100 si niveau de la mer augmentait de 1,8 mètres. La question de l’aménagement devient donc une question vitale. Pour se protéger des risques inévitables, le GIEC met en avant plusieurs mesures d’adaptation, comme par exemple construire des digues, surélever les bâtiments, construire des maisons flottantes et mieux réguler la construction dans les zones sensibles. L’autre mesure urgente serait de réduire fortement les gaz à effet de serre d’origine humaine. “Plus on réduit les gaz à effet de serre, plus on gagne du temps (…) pour s’adapter à des changements plus graduels et qui se stabiliseraient”, conclue Valérie Masson-Delmotte.

02/12/2019 17:52
  • 160.8k
  • 177

77 commentaires

  • Richard N.
    15 heures

    ils parlent de 2050 alors qu on subit deja toutes ces catas....chaque annee..on ne peut pas lutter contre la nature...c est a nous de nous adapter a elle...ça nous evitera de depenser des milliards pour rien..il va fallior abandonner les villes cotieres pour s installer sur les hauteur....

  • Axel B.
    un jour

    Changement climatique de mes couilles. Bandes de moutons vous me faites marrer 😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

  • Alex (.
    2 jours

    cette video rejoint tout à fait ce que tu peine à expliquer aux gens...

  • Jean T.
    2 jours

    De la même façon qu'il ya les climatosceptiques, il yaura ceux qu'on pourra envoyer se taper dessus, pour une bonne grosse guerre. On pourra ainsi les manger, une fois décédés, même si nous deviendrons alors cannibales. fort heureusement, les nouveaux hamburgers seront accompagnés d'un ketchup irréprochable de la marque heinze monsanto

  • Laurine B.
    3 jours

    😊

  • Eric l.
    3 jours

    il va falloir ,soit avoir des bottes caoutchouc et une bouée canard,habiter sur un bateau,mais cela va devenir très (TRES) fréquent !!!!

  • Adrien R.
    3 jours

    mise à part ca, tout va bien. j'en ai marre d'avoir raison -_-

  • Julien-Henri L.
    4 jours

    C'est bien de faire des conférences... Et surtout de continuer une consommation de masse toujours plus importante, une betonisation grandissante, un état d'esprit de merde. Tout ça c'est de l'hypocrisie pure et dur...

  • Iracoubo R.
    4 jours

    On sait depuis des lustres que Venise s’enfonce inexorablement dans la vase de son propre poids.

  • Isa T.
    4 jours

    Les inondations ds le sud et les tsunamis ne datent pas d aujourd hui, n est ce pas. Il y a des releves sur les deux derniers siècles de ce type de catastrophes et que je sache il n y avait pas de problème avec le CO2. Merci au GIEC de nous faire peur. Mais merci ça ira

  • Martine G.
    4 jours

    Je ne suis pas une grande experte, mais si on arrêtait la déforestation peut-être que ça aiderait... 🤔

  • Martine L.
    4 jours

    Et si on arrêtait de construire à tout va n'importe comment, de déboiser à outrance. ....

  • Fanchon J.
    4 jours

    😲😒

  • Froid Y.
    4 jours

    Oui a force de niquer la planete pour les thunes i spasse sa pleurer pas mtn

  • Mykie K.
    4 jours

    Ça va notre époque n'est pas trop anxiogène... 😔

  • Gilles S.
    4 jours

    jusque ou iront les assurances et la solidaritée pour aider ces gens qui ont construit en bord de riviére,de lac,de montagne,de marai,de mer et c..?

  • Pierre F.
    4 jours

    t'en dis quoi ? 😅

  • Elena L.
    4 jours

    Ce n'est pas ce que pense Mr TRUMP !!!!!!!

  • Mohammed B.
    4 jours

    Il y a une volume d eau de plus qu il faut gérer, l idée est simple c'est d aider l eau à retrouver ces origines, qui n est tout simplement les grand déserts...

  • Gérard T.
    4 jours

    Changeons nos modes de vie et de mobilité. Chiche !