retour

Visite de la ferme du Bec-Hellouin en Normandie

C'est l'une des références de l'agriculture durable en France. Brut nature FR vous emmène faire la visite de la ferme avant-gardiste du Bec-Hellouin en Normandie.

Visite de la ferme du Bec-Hellouin en Normandie

C'est l'une des références de l'agriculture durable en France. Brut nature FR vous emmène faire la visite de la ferme avant-gardiste du Bec-Hellouin en Normandie.

La ferme du Bec-Hellouin est une petite ferme normande qui pratique la permaculture et l'écoculture. Elle est composée d’une « mini forêt-jardin ». Une forêt-jardin, c'est un système étagé, comme une forêt naturelle, sauf que quasiment tous les végétaux sont comestibles. On y trouve une canopée, formée de petits arbres fruitiers et taillés pour qu'ils conservent leur petite taille. Il y a aussi une strate intermédiaire de buissons avec par exemple des framboisiers, groseilliers et cassissiers. Et enfin, au sol, se trouvent des plantes aromatiques.

« C’est un système très efficace d'un point de vue énergétique, parce que la lumière est captée un peu à tous les niveaux » explique Charles Hervé-Gruyer, cofondateur de la ferme du Bec-Hellouin. « Au Bec-Hellouin, on cherche à redevenir des chasseurs-cueilleurs-paysans. C'est-à-dire, on ne laboure pas le sol, on le travaille de moins en moins et comme on a planté des milliers d'arbres et de plantes pérennes, on devient de plus en plus des cueilleurs » ajoute Charles Hervé-Gruyer, cofondateur de la ferme du Bec-Hellouin.

La ferme du Bec-Hellouin est conçue sur le modèle d’un système bio-inspiré : « C’est un système qui prend la nature pour modèle » explique Charles Hervé-Gruyer, cofondateur de la ferme du Bec-Hellouin. Et pour Charles Hervé-Gruyer, c’était un bon pari : « Les résultats des trois premières années ont été au-delà de nos espérances en terme de productivité. La forêt-jardin pose beaucoup moins de contraintes que le maraîchage, où il faut vraiment y être 7J/7 en saison. Elle vit sa vie largement, mais elle nous donne une abondance de bonnes choses » assure Charles Hervé-Gruyer, cofondateur de la ferme du Bec-Hellouin.

La ferme du Bec-Hellouin cultive également des cultures légumières. Dès les premières années, Charles Hervé-Gruyer, cofondateur de la ferme du Bec-Hellouin, découvre que « contre toute attente, travailler entièrement à la main nous permettait de gagner beaucoup en productivité ». Charles Hervé-Gruyer, assure produire autant, en terme de productivité horaire, que ses confrères qui utilisent des tracteurs.

Une étude, menée dans la ferme du Bec-Hellouin par l'INRA et AgroParisTech, a montré qu’ « en travaillant complètement à la main, avec des outils très simples, on produisait 55 euros de légumes par m2 cultivé » assure Charles Hervé-Gruyer, cofondateur de la ferme du Bec-Hellouin. Comme les cultures prennent moins de place, Charles Hervé-Gruyer a pu planter de nombreux arbres tout autour de la ferme du Bec-Hellouin : « On a planté des milliers et des milliers d'arbres. Et pour nous, ce sont les arbres qui vont sauver la planète, du coup on est plus des arboriculteurs que des maraîchers » assure Charles Hervé-Gruyer, cofondateur de la ferme du Bec-Hellouin.

Dans les serres, des mini-jardins créoles ont été plantés, avec des figuiers, des agrumes, et des plantes aromatiques, des fleurs qui attirent les pollinisateurs ainsi que des mares qui permettent de créer un microclimat et d'assurer la présence de pollinisateurs. « On pratique également beaucoup d'associations de cultures » ajoute Charles Hervé-Gruyer, cofondateur de la ferme du Bec-Hellouin. Les différents végétaux se protègent mutuellement et s’entraident.

Divers animaux vivent également à la ferme du Bec-Hellouin. Le poulailler est « une sorte de centrale de compostage des déchets organiques de la serre in situ » raconte Charles Hervé-Gruyer, cofondateur de la ferme du Bec-Hellouin. Lorsqu’ils taillent ou désherbent, ils donnent ces déchets végétaux aux poules qui en font « un super compost ». On trouve aussi une jument de trait, pour remplacer le travail moderne des moissonneuses-batteuses.

« On s'aperçoit que plus on complexifie, plus on se facilite la vie. Et ça, c'est une des grandes leçons que la nature nous donne : la nature va toujours vers des systèmes plus complexes et l'agriculture moderne, elle fait exactement l'inverse. (…) Nous, on cherche à associer étroitement les arbres, les animaux, les plantes cultivées et cette complexité permet aux services écosystémiques de s'exprimer et on intervient de moins en moins » décrit Charles Hervé-Gruyer, cofondateur de la ferme du Bec-Hellouin. Plus besoin donc de fertiliser les sols par exemple. La ferme du Bec-Hellouin s’efforce aussi d’utiliser le moins de matériel fonctionnant au pétrole possible.

À la ferme du Bec-Hellouin, il y a également 25 mares dont un étang. « C'est pour nous un peu un lieu de ressourcement et pour notre équipe aussi et nos stagiaires. Parce que je dirais qu'une ferme comme ça, c'est beaucoup plus qu'un outil de production » explique Charles Hervé-Gruyer, cofondateur de la ferme du Bec-Hellouin. Pour Charles Hervé-Gruyer, la ferme du Bec-Hellouin est avant tout un lieu de reconnexion à la nature, une véritable oasis de biodiversité.

« Tous les jours, on est émerveillés par ce spectacle de la vie qui se déploie et on a l'impression du coup que notre petite vie trouve un sens, c'est-à-dire qu'on peut contribuer à faire du bien à la planète. Ce type de ferme produit de la nourriture, elle produit du lien social, elle produit de la joie, elle produit des connaissances et elle produit aussi du sens quelque part » conclut Charles Hervé-Gruyer, cofondateur de la ferme du Bec-Hellouin. Il aimerait que leur ferme donne « à des milliers de gens l'envie de créer leur propre lieu (…) partout, il y aura des fermes, des jardins, des forêts-jardins et par petits points, par petites touches, on va peut-être arriver à guérir la Terre. C'est mon rêve » lance Charles Hervé-Gruyer.

31/07/2019 06:57
  • 3.7m
  • 2.0k

1059 commentaires

  • Gregoire F.
    31/07/2019 06:21

    C'est pas très loin, tu connais?

  • Marie T.
    31/07/2019 06:26

    😮😍

  • Clement J.
    31/07/2019 06:26

    on en parlait dimanche

  • Adeline C.
    31/07/2019 06:26

    la vie

  • Amandine C.
    31/07/2019 06:27

    c'est génial...

  • Lisa S.
    31/07/2019 06:27

    il nous faut un jardin 😍😍

  • Nadia A.
    31/07/2019 06:29

    y’a votre équivalent normand 🙂

  • Léonore G.
    31/07/2019 06:30

    on fera quelque chose comme ça plus tard ? 🥰

  • Emma M.
    31/07/2019 06:30

    c’est ton jardin

  • Etienne M.
    31/07/2019 06:31

    C’est du boulot 😉

  • Pierre V.
    31/07/2019 06:32

    Tu ne m'en a pas déjà parlé ?

  • Gene L.
    31/07/2019 06:33

    ça devrait t intéresser 😉

  • Gwladys B.
    31/07/2019 06:35

    y a de quoi s'inspirer pour un terrain à la campagne ; ))

  • Thess P.
    31/07/2019 06:36

    suis cette page Brut nature fr elle et génial

  • Nicolas P.
    31/07/2019 06:36

    La rentabilité de cette exploitation repose sur des formations, du bénévolat et de la communication sur Internet. Ce n’est absolument pas un modèle qu’on peut étendre à l’ensemble de l’industrie agroalimentaire. Ceci dit ils font des vidéos sympa pour ceux qui souhaitent apprendre à gérer un potager familial. #ctellementsimple #yakafokon #lespolitiquesnefontrienacausedeslobbys Faire du putaclic et de la simplification à outrance c’est bien, ca fait du chiffre, mais ca a des conséquences sur notre société via les individus les plus influençables et/ou les moins informés.

  • Zoé Z.
    31/07/2019 06:37

    faut qu'on agrandisse...

  • Seb A.
    31/07/2019 06:37

    tu kifferai ça !!

  • Charlotte S.
    31/07/2019 06:37

    C'est toi dans 10 ans 😊

  • Maxime F.
    31/07/2019 06:38

    ... t’es pas très loin !! 😁

  • Kelly B.
    31/07/2019 06:38

    super intéressant !