retour

6 éco-gardes tués dans le parc national des Virunga

Ils protégeaient l'un des derniers refuges des gorilles des montagnes. 6 éco-gardes ont été tués par un groupe armé dans le parc national des Virunga. En République démocratique du Congo…

6 rangers tués lors d’une embuscade au parc des Virunga, en RDC

Dimanche 10 janvier 2021, 6 rangers ont perdu la vie lors d’une embuscade au parc des Virunga, en RDC. Depuis la création du parc, des groupes armés s’imposent sur le territoire et génèrent la violence.

Plus de 200 rangers tués depuis la création du parc en 1925

Situé en RDC, le parc des Virunga est le plus ancien parc national du continent africain et est un refuge notamment pour les gorilles des montagnes.

Alexis Kamate avait 25 ans. Il faisait partie des 689 rangers chargés de surveiller le parc et sa biodiversité, il y travaillait depuis 4 ans. Ce dimanche 10 janvier à 07h du matin, alors qu’il patrouillait à pied avec d’autres éco-gardes, Alexis Kamate est tombé sur une embuscade tendue par des hommes armés d’une milice. Lui et au moins cinq autres rangers vont trouver la mort.

Depuis la création du parc en 1925, plus de 200 rangers ont été tués dans l’exercice de leur fonction.

Empêcher les groupes armés d’exploiter et de se réfugier au sein du parc

La première mission des rangers est la protection des ressources du parc notamment la faune et la flore parce qu’il y a des activités illicites qui peuvent viser ces ressources, notamment les animaux, les arbres, le bois”, détaille Fiston Mahamba Larousse, journaliste.

L’attaque du 10 janvier est attribuée selon le parc à des “Maï-Maï”, c’est un terme générique pour désigner les groupes armés rebelles de cette région de la République démocratique du Congo. “Ils doivent récupérer certaines terres qui ont été envahies par l’aire protégée. Les rangers sont vus par ces groupes armés comme une force qui veut les déloger de leur milieu mais aussi comme une force qui vient couper leurs sources de ravitaillement", explique Fiston Mahamba Larousse. "C’est autour des activités illégales dans le parc que ces groupes armés trouvent leurs ressources”, ajoute-t-il.

En avril 2020, une autre embuscade avait eu lieu et avait tué 12 rangers, ainsi qu’un chauffeur.

La violence est malheureusement courante dans cette partie du Congo. Mais ces deux épisodes-là ont largement dépassé ce qu’on avait vu par le passé”, explique Pierre Boisselet, coordinateur du baromètre sécuritaire de la région du Kivu.

12/01/2021 19:01
  • 538.2K
  • 653

0 commentaire

    Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

    Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

    switch-check
    switch-x
    En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.