9 questions sur le coronavirus en France

Dangerosité, risques de contagion, port du masque... On a posé 9 questions sur le coronavirus à Vincent Enouf, virologue à l'Institut Pasteur.

Neuf choses à savoir sur le nouveau coronavirus

Vincent Enouf, virologue à l'Institut Pasteur, répond à neuf questions essentielles.

Meurt-on systématiquement du coronavirus ?

Heureusement, non ! Un grand nombre de personnes parmi les décès étaient déjà malades ou très âgées. Il faut savoir que tous les ans, en France, 10.000 personnes meurent de la grippe. On est donc loin de ces chiffres ! Ce que l'on remarque aussi, c'est que les enfants sont très peu touchés. C'est déjà ce qu'on avait remarqué avec le Sras.

Guérit-on du coronavirus ?

Sur les 20.000 personnes qui ont été infectées par ce coronavirus, un grand nombre sont soignées aujourd'hui. Et même si on regarde les cas en France, personne n'est décédé, tout le monde est suivi à l’hôpital. Si ces personnes sont encore à l'hôpital, c'est pour mieux comprendre et connaître la vie de ce virus, et combien de temps ce virus reste à se multiplier dans ces personnes.

Faut-il à s'inquiéter en France ?

Actuellement, le virus ne se répand pas du tout dans la population française. On a détecté six cas, mais c'étaient soit des personnes qui revenaient de la région de Wuhan, soit des gens qui avaient été à Wuhan.

Comment se propage le coronavirus ?

Quelqu'un de malade tousse. Il va donc expulser des postillons contenant ce virus. Une personne assez proche, à environ un mètre, va respirer, et donc inhaler des particules virales qui vont potentiellement l'infecter. Si vous toussez et que vous êtes malade, vous allez, par exemple, larguer des postillons sur un clavier d’ordinateur. Une personne qui passe derrière et qui tape sur le clavier peut ensuite se toucher le visage, rapprocher ses doigts du nez, et inhaler une particule virale.

Quels sont les symptômes ?

Des personne en bonne santé ont déclaré une toux, une fièvre, et, pendant quelques jours, ne sont pas allées très bien. D’autres ont déclaré une pneumonie, avec une infection pulmonaire plus profonde. D’autres encore ont dû être hospitalisées à cause d’un manque d’oxygène et de difficultés à respirer. Il y a tout un panel de personnes infectées par un virus respiratoire. Ça peut être exactement la même chose avec un virus grippal, par exemple.

Comment s’en prémunir ?

Comme pour tous les virus de l'hiver, il faut adopter les bons gestes qu'on a chaque année à quand débute l'épidémie saisonnière de grippe : lavage de mains fréquent, tousser dans son coude pour éviter d'éjecter un grand nombre de particules virales, aérer chez soi, éviter de se regrouper dans des lieux où il y a beaucoup de monde pour éviter une diffusion facilitée du virus…

Faut-il utiliser un masque ?

Un masque chirurgical évite, de votre part, une grande diffusion. En revanche, si quelqu'un tousse devant vous, vous allez respirer, donc les particules vont rentrer sur les côtés. Un masque chirurgical, c'est juste pour protéger le malade lorsque le chirurgien est en train d'opérer. Aujourd'hui, je le répète, si vous n'avez pas de masque, ce n'est pas quelque chose qui doit vous faire paniquer.

Les produits importés de Chine peuvent-ils véhiculer le virus ?

L'exportation de produits chinois ne comporte aucun risque. Même un carton sur lequel il y aurait une particule virale, dans un transport par bateau, par exemple, dure plusieurs jours, même plusieurs semaines. La particule virale est détruite au bout de quelques heures, donc il n'y a aucun risque. Quant aux colis qui pourraient venir par avion et se retrouver dans les soutes, il fait très froid, et il me semble qu'il y a une dépression importante, donc les particules virales sont tout de suite inactivées.

Quand devons-nous nous inquiéter ?

Si on doit s'inquiéter, c'est à partir du moment - si ça arrive - où le nouveau coronavirus aura une diffusion « communautaire » facilitée. Aujourd'hui, ce n'est pas du tout le cas. On voit une diffusion communautaire à chaque saison d'épidémie grippale, et c'est le cas en ce moment. La grippe est en train de monter en flèche, on n’en est pas du tout au pic, on est vraiment en phase ascendante de l’épidémie. On pourrait très bien se retrouver, si le coronavirus devenait un virus épidémique, avec deux virus épidémiques : un virus grippal et le nouveau coronavirus. Ces deux virus pourraient toucher à la fois les personnes fragiles et les personnes avec des comorbidités, ce que l’on observe fréquemment.

avatar
Brut.