Aux États-Unis, les Noirs ont plus de risques de mourir du Covid-19

Aux États-Unis, les Noirs courent un plus grand risque de mourir du Covid-19 que le reste de la population. Voilà pourquoi.

Aux États-Unis, les Noirs sont les premières victimes du Covid-19

Rien qu’à Chicago, 72 % des personnes décédées du Covid-19 sont noires, alors qu’elles ne représentent que 30 % de la population.

« En Amérique, les inégalités raciales en matière de santé existent à tous les niveaux. Qu’il s’agisse de mortalité maternelle ou de mortalité due aux cancers, aux maladies cardiovasculaires ou neuro-vasculaires, les Afro-Américains ont des taux de mortalité plus élevés dans 8 des 13 principales causes de décès », affirme la Dre Ebony Jade Hilton, médecin anesthésiste-réanimatrice.

Plus de comorbidités

Ces inégalités raciales sont exacerbées par l’épidémie de Covid-19. En effet, depuis le début de la crise, on constate que les Afro-Américains courent un plus grand risque de mourir de ce coronavirus. Car cette population souffre davantage de diabète, d’asthme et de problèmes cardiaques, ce qui les rend plus fragiles face à la maladie.

Comment expliquer cette inégalité ? « On ne peut parler pas de comorbidités sans parler du racisme systémique qui mène à ces comorbidités, assure la Dre Ebony Jade Hilton. Ce que je veux dire, c’est qu’on ne peut parler de maladies respiratoires, d’asthme, de bronchites chroniques sans parler des polluants dans l’environnement et d’où nous choisissons de mettre des usines qui polluent l’air et l’eau dans certaines régions. »

Plus de pauvreté

Autre facteur de comorbidités soulevé par la praticienne : les déserts alimentaires. « On ne peut pas parler de diabète et d'obésité si on ne parle pas d’apartheid alimentaire. Dans certaines zones, il n'y a pas une cantine bio ni un primeur de produits frais ou naturels à moins de 30 kilomètres à la ronde. »

Par ailleurs, les travailleurs noirs sont les plus pauvres. « On ne peut parler du manque d’assurance santé ni même de nos travailleurs essentiels qui parfois cumulent deux, trois boulots sans parler du ravage économique dans les communautés, sans parler de la discrimination financière des années 30 et de comment certaines communautés étaient ciblées par ce genre de secteurs et n’avaient pas droit à la croissance », conclut la Dre Ebony Jade Hilton.

Les employés noirs – et hispaniques – sont en outre les moins susceptibles de pouvoir faire du télétravail, nombre d’entre eux occupant des emplois jugés essentiels pour maintenir le pays, comme dans le ménage ou le paramédical.

Plus de déserts médicaux

Enfin, la rareté des soins est un facteur clé dans la vulnérabilité des Afro-Américains face au Covid-19. Ceux-ci sont en effet plus nombreux à vivre dans des déserts médicaux. À ce jour, 10 comtés sur 46 n’ont pas un seul hôpital. Cela représente 1 comté sur 5. Les malades se rendent donc dans les hôpitaux voisins.

Une situation de crise, souligne la Dre Ebony Jade Hilton : « Le système de santé n'est pas fait pour prendre tant de patients à la fois. Si on croit qu’on a vu le pire à New York, qui a 62 hôpitaux pour une seule ville, attendez que ça frappe le Sud profond, où la pauvreté fait son nid et plante ses racines. »

Une crise reconnue par le conseiller Covid-19 de la Maison-Blanche

Ce schéma alarmant se retrouve à travers tous les États-Unis. Même le Dr Anthony Fauci, le conseiller la Maison-Blanche sur la crise du Covid-19, quotidiennement au contact de Donald Trump, reconnaît que les Noirs sont en première ligne. « Les inégalités en matière de santé ont toujours existé dans la communauté afro-américaine. Mais la crise du Covid-19 met en lumière à quel point c'est inacceptable : ils souffrent de façon disproportionnée », déplore-t-il.

Force est de reconnaître que les chiffres officiels sont durs à contredire : rien qu’à Chicago, 72 % des personnes décédées du Covid-19 sont noires, alors qu’elles ne représentent que 30 % de la population. En Louisiane, 70 % contre 32 %. Dans le Michigan, 40 % contre 14 %.

avatar
Brut.