retour

Confinés en bidonvilles : l'extrême précarité

En France, 19 000 personnes vivent dans des squats ou des bidonvilles. Et le confinement rend leurs conditions de vie encore plus précaires…

Le confinement dans les bidonvilles

En France, 19.000 personnes sont confinées dans des squats ou des bidonvilles. Depuis le confinement, leurs conditions de vie sont devenues encore plus précaires.

Andreï a 17 ans. Il a grandi dans un bidonville Chemin de la Flambère, à Toulouse. Ses parents y habitent toujours là-bas, comme 250 autres personnes. « Ce sont des Roms roumains. Il y a quelques robinets et quelques toilettes sèches. Il n’y a pas de douche », témoigne Andreï.

En France, 77 % des bidonvilles sont privés d’un point d’accès à l’eau

En France, 19.000 personnes sont actuellement confinées dans des squats ou des bidonvilles. Depuis le confinement, leurs conditions de vie sont encore plus précaires. « Toutes les personnes en situation de précarité – qui vivent en bidonville, en squat, en hôtel social ou à la rue – se retrouvent sans aucune source de revenus. Leurs revenus sont en fait des revenus de survie, des revenus informels : la mendicité, le glanage, la ferraille ou le travail au noir », détaille Anina Ciuciu, avocate et autrice.

Elle poursuit : « Aujourd'hui, les Roms se retrouvent dans une situation d’extrême difficulté parce qu’ils n’ont plus de ressources pour se nourrir, pour acheter des produits de nécessité pour leurs enfants en bas âge, couches, lait, produits d'entretien et d'hygiène. » L'accès à l'eau pose aussi problème. En France, 77 % des bidonvilles sont privés d’un point d’accès à l’eau.

« Ces personnes se retrouvent sans aucune ressource »

« D’habitude, pour avoir accès à l'eau, les habitants des bidonvilles font des trajets très longs, soit pour avoir accès à une borne d'incendie, soit près d'un cimetière, ou ils vont acheter de l'eau en bouteille. Ce qui n’est plus possible aujourd’hui. Pour respecter les gestes barrières ou aussi pour cuisiner, c’est devenu très compliqué », explique Anina Ciuciu. « Ces personnes se retrouvent sans aucune ressource. Elles sont très vulnérables et dépendantes de la solidarité des autres pour se nourrir, pour subvenir à leurs besoins les plus primaires. »

Depuis le confinement, Andreï distribue chaque semaine des produits de première nécessité. La distribution est assurée par la mairie et des associations locales. Il fait aussi de l’accompagnement scolaire. Car dans ce bidonville, seuls 47 enfants sur 92 sont scolarisés. « C’est dur pour eux pour faire les devoirs parce que leurs parents ne savent pas forcément lire ou parler le français », développe Andreï.

Un difficile lien avec l’école

« L’un des problèmes majeurs, c’est qu’il y a aussi le lien avec l’école : quand on vit dans un bidonville, dans un hôtel social ou dans un squat, on n’a pas accès à Internet. Suivre les cours, c’est extrêmement difficile. Et la grande majorité des enfants ne n’ont pas de lieu calme pour travailler, car très souvent, la famille vit dans une seule pièce », ajoute Anina Ciuciu.

L’association Rencont'roms fait le lien entre les écoles et les enfants du terrain. « On a accepté de faire la navette entre le collège Clémence Isaure et les écoles du secteur en leur apportant des enveloppes nominatives. On remet les enveloppes aux élèves et ils font les devoirs, puis on remet les enveloppes aux écoles. On fait des navettes permanentes pour assurer la continuité pédagogique », détaille Nathanaël, président de Rencont'roms nous.

L’autre objectif de l’association, c’est pallier les inégalités sociales. « Les inégalités se révélent encore plus pendant la crise qu'en temps normal. Il est important de garder le lien avec les jeunes gens pour n'oublier personne, car la crise sanitaire, c’est une chose, mais il ne faut pas qu’une crise sociale se rajoute à cette crise sanitaire. »

30/04/2020 16:16
  • 846.1K
  • 1.2K
Brut - Le livre

368 commentaires

  • Jean M.
    19/05/2020 06:59

    La mondialisation et ses méfaits et que pourrait t'on faire pour ces gens alors que nous ne somme pas capable de gérer nos propres crises

  • Ragnvald S.
    15/05/2020 06:43

    T’as rien à faire ici déjà. vous vivez dans cette merde et vous roulez en Mercedes

  • Frandzy L.
    14/05/2020 08:10

    https://youtu.be/LBKwoSyhNuo

  • Ali A.
    13/05/2020 15:02

    Franchement ces associations devrais être attaqué en justice et mis en prison eu et ces roms expulsé je ne parle pas des voyageurs français qui sont des gens très corrects et propre je parle de ces roms qui refuse de travaillé moi même j’ai souvent besoin d’ouvriers je vais les voir des fois pour les faire travailler une journée ou deux et ils refusent ils préfèrent mendier

  • Helene I.
    12/05/2020 07:37

    j’ai travaillé toute ma vie j’ai une Peugeot partenaire

  • David M.
    11/05/2020 18:42

    Gagnez en pouvoir d achats !!!! Plus d info👇👇👇 https://www.facebook.com/groups/547819452629552/

  • Silvia B.
    11/05/2020 17:10

    Marsi bucu

  • Quentin F.
    10/05/2020 00:30

    Le gouvernement devrait être attaqué en justice, c'est de la non assistance à personne en danger. Et ceux qui peuvent tenir des propos racistes vous êtes quand même un peux en retard les pays développés sont la cause de cette situation à la base.. Et encore une fois au lieu de racheter cette dette ils pensent à comment reprendre le capitalisme à pleine puissance alors que nous savons ce que la planète va devenir dans quelques temps ce qui fera sûrement de vous des réfugiés climatiques.

  • Teddy R.
    08/05/2020 10:04

    La France c'est pas un bidonville on fait ses valiseset on rentre gentiment au pays

  • Najjar N.
    07/05/2020 17:04

    C est la cerise sur le gâteau les roumains leur pays n est pas en guerre je me demande se qui foutent en France a par mendier volé et faire chier le monde !!!

  • Chrystelle A.
    07/05/2020 07:19

    Ils vivent comme des misérables en France, ils retournent en Roumanie 1 par an et là.....on découvre qu'ils possèdent des maisons qu'ils construisent avec l'argent récolté en France. Des maisons qui n'ont rien à envier aux notres. Tout en vivant de rapine chez nous, ils y arrivent...pas tous les français.

  • Sandie G.
    06/05/2020 20:39

    Ils ont le droit a la santé quelques soit leur origine

  • Samuel T.
    06/05/2020 14:16

    c'est triste pour eux ce qui arrive dans leur pays et qui les oblige à le quitter, je vais peut-être passer pour un mechant en disant ça mes ces pas en france qui vont avoir la belle vie, nous-même on a besoin d'aide comment voulez-vous aider les autres dans un cas comme ça? Je me demande qui leur fait miroiter que ça ira mieux en France.

  • Gilbert S.
    06/05/2020 12:25

    Voleur rentre en Roumanie ton pays

  • Rosemonde L.
    06/05/2020 12:18

    Qu'elle horreur

  • Cyril F.
    06/05/2020 09:31

    Comment peut on être une grande puissance comme la France et accepter même l'idée d'avoir des bidonvilles sur son sol?

  • Whitman W.
    06/05/2020 07:18

    Et les sdf qui on même pas une voiture et ou caravane. Eux il sont pas en situation de précarité ? ??????

  • Lud J.
    05/05/2020 11:43

    Apres faut comprendre la politique...si vous donnez tout le confort et argent ....d ici peut de temps une exode de masse sera sur le territoire francais... On va toujours ou l herbe est plus verte...ca deviendra ingerable...

  • Marc M.
    05/05/2020 09:56

    La France n'a pas besoin de tels parasites qui vivent de la vive CMU, du RSA et autres, nous n'avons plus les moyens financiers de les accueillir.

  • Michel D.
    05/05/2020 05:34

    rentrer chez vous sait simple

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.