retour

Des collants recyclés !

Pendant ce temps-là à Bordeaux, Aurore et Laetitia se sont lancé un défi : créer les premiers collants recyclés de déchets textiles en France.

Des collants en fibres recyclées

Pour lutter contre le gaspillage, Aurore et Læticia ont créé REV Society, une marque de collants fabriqués à partir de déchets industriels.

Saviez-vous que chaque année, plus de 7.000 tonnes de collants sont jetés ? C’est l’équivalent du poids de la Tour Eiffel. Pour lutter contre ce gaspillage, à Bordeaux, Aurore et Lætitia se sont lancé un défi : créer les premiers collants recyclés de France. Elles ont ainsi créé la marque REV Society.

« Les collants sont devenus un produit à usage unique »

« On a fait nos premières expériences professionnelles dans le monde de la mode et du luxe. On s’est dit, si vraiment on veut apporter un changement, il faut qu’on crée quelque chose nous-mêmes », raconte Aurore, cofondatrice de REV Society. Lætitia abonde : « Notre génération a grandi avec toutes les alertes sur le climat, l’environnement. Depuis qu’on est petites, on se demande pourquoi ça bouge pas plus vite. »

Leurs collants sont fabriqués à partir de déchets textiles. « Les collants sont devenus un produit à usage unique, constate Aurore. Les personnes qui portent des collants se sont un peu résignées à ça. À partir de là, peut-être que les marques n’ont pas ressenti le besoin de changer quelque chose. »

L’impact environnemental est considérablement réduit

Ces collants sont faits en fibres recyclées de déchets industriels qui auparavant n’étaient pas utilisés parce qu’ils ne pouvaient pas être recyclés. Mais aujourd’hui, il existe une technologie pour les récupérer et les refondre dans de petites billes, qui sont réutilisées pour refaire du fil. La transformation en collants se fait dans l’une des seules usines en Europe à mêmes d’utiliser cette technologie.

La mode est l’une des industries les plus polluantes du monde. Toutefois, grâce la technique de production de REV Society, l’impact environnemental est considérablement réduit. « Le fait d’utiliser de la matière recyclée, ça nous permet déjà de réduire notre dépendance aux hydrocarbures, parce que le polyamide utilisé pour faire le collant, c’est de la matière synthétique. Ça nous permet aussi d’utiliser moins d’eau et d’émettre beaucoup moins de gaz carbonique », développe Aurore.

Deux modèles, à 24 et 27 euros

Aurore et Laetita réfléchissent maintenant à réutiliser les collantes usés qu’elles fabriquent. Ils pourraient par exemple devenir des éponges, des accessoires pour les cheveux ou des chiffons. Aujourd’hui, les 104 millions de collants jetés chaque année en France finissent pour la plupart incinérés.

Les collants de REV Society coûtent en moyenne trois fois plus cher que ceux de la grande distribution. Laeticia explique ces prix : « On a deux produits. Un collant léger presque transparent et un autre beaucoup plus épais. On les vend à respectivement 24 et 27 euros. Pourquoi ces prix-là ? On a réuni les meilleures techniques disponibles pour faire le collant idéal. Ensuite, la fabrication est européenne, en Italie, avec un partenaire reconnu pour son savoir-faire et sa qualité de fabrication. Enfin, on a un design presque unique, parce qu’on l’a vraiment étudié pour être le plus confortable possible. La ceinture est très large, et il n’y a pas de coutures. »

21/02/2020 08:44mise à jour : 21/02/2020 16:49
  • 1.1M
  • 518
Brut - Le livre

361 commentaires

  • Rose L.
    11/08/2020 16:36

    Génial les filles, chapeau bas

  • Nicolas D.
    11/08/2020 15:08

    et 😍La révolution est en marche

  • Maryse D.
    11/08/2020 11:57

    Y a du bla-bla mais j'arrive pas à savoir s'il file ou pas. 🤷

  • Joffrey L.
    11/08/2020 11:31

    25€ la paire recyclée ? 😂 Demain on va nous sortir un slip recyclé à 80 euros, parce que c'est français.

  • Eden S.
    11/08/2020 05:26

    Beau projet !! Plein de réussite pour l’avenir 💕

  • Delphine D.
    10/08/2020 09:08

    Un seul mot: bravo!

  • MA G.
    10/08/2020 07:50

    C'est quoi le truc en plus ? Tissé en Italie alors que Weel ou Gerbé tissent en France . Ce qu'elles appellent un handicap est en fait leur atout . Nous sommes deux jeunes femmes... car leur produit existait et en France . Je dis ca je dis rien

  • Matt N.
    10/08/2020 07:32

    beau storytelling

  • Myrance E.
    10/08/2020 07:09

    Bon vue le prix et surtout la durée de vie du produit.... Autant ne pas en porter tout simplement 😩😩😩😩😩

  • Henrique M.
    09/08/2020 23:41

    Rien ne se créée, rien ne se perd, tout ce transforme . Super .

  • Tetsuo O.
    09/08/2020 22:52

    L'une des nanas est presque en train de dire : "bah vi c'est un peu la faute du consommateur qui s'est habitué à des produits de merde, pourquoi le fabricant essaierait de faire mieux ?" Alors qu'en fait c'est l'inverse, on nous a imposé des produits de merde. Ceux qui ont les moyens d'acheter des produits de luxe ne se sentiront pas concernés évidemment ! C'est bien gentil de recycler de la merde mais personne n'a l'idée d'arrêter de produire de la merde plutôt ? Allô, l'obsolescence programmée ça vous parle ? Les collants en sont justement un exemple flagrant, ça ne date pas d'hier et pas un mot là-dessus

  • Lamelie F.
    09/08/2020 20:45

    C'est quoi le nom de la marque du coup ? Comment les acheter ?

  • Flora B.
    09/08/2020 19:39

    juste pour les premières 20 secondes 😂

  • Lydie K.
    09/08/2020 19:04

    Bravo

  • Marie N.
    09/08/2020 17:52

    Bravo 🎈

  • Thérèse R.
    09/08/2020 15:18

    Bravo les filles,une bonne idée...

  • Paula B.
    09/08/2020 12:58

    est ce qu'au moins ils durent plus longtemps et "filent" moins facilement ????

  • Mauro O.
    09/08/2020 10:22

    C'est cool , Simplement des collants à 24 , 27 euros cela représente combien de collants jetables et de gamme inférieure ? 🙂🙂🙂

  • Hélène V.
    09/08/2020 10:10

    Bravo !!

  • Virginie R.
    09/08/2020 07:59

    Très bien les filles.. j’achète !

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.