Des rats pour détecter les mines antipersonnel

Pendant ce temps-là, ces rats sauvent des vies. Leur mission : détecter des mines antipersonnel en Afrique subsaharienne. Voici les HeroRATs.

Des rats pour détecter les mines antipersonnel

Pour sauver des vies, l’ONG Apopo utilise des rats. Leur rôle : détecter les mines antipersonnel dans des pays d’Afrique ou d’Asie touchés par des conflits depuis le siècle dernier.

Les mines tuent encore huit personnes chaque jour dans le monde en moyenne, d’après l’Observatoire des mines. C’est toujours un problème pour plus de 60 pays dans le monde. Parmi les 6.897 personnes tuées ou blessées par des mines et des restes d’explosifs en 2018, plus de de la moitié étaient des enfants.

« Ce sont des héros »

Pour détecter les mines antipersonnel, l’ONG Apopo a mis au point une technique bien particulière : faire travailler des rats. « Ce sont des héros. Ils travaillent pour l’intérêt général, ils travaillent pour protéger les civils, pour protéger les enfants, pour protéger des gens dont la vie est mise en danger. Car que pouvez-vous faire si vous avez des mines sur votre territoire ? Vous ne pouvez rien cultiver, pas avoir de bétail, même envoyer vos enfants à l’école vous fait peur », déplore Anna Bouchier, directrice d’Apopo Suisse.

Une convention internationale interdit les mines depuis 1997, et des campagnes de déminage existent dans plusieurs pays. Mais elles sont le plus souvent réalisées par des humains avec des détecteurs de métaux. « L’idée d’utiliser des rats est apparue au milieu des années 1990, 1995. C’est à ce moment-là que notre fondateur, Bart Weetjens, cherchait des solutions au problème mondial des mines, car il était confronté à ces technologies inefficaces, chères et lentes », développe Anna Bouchier.

« Une mine explose avec 4 ou 5 kg, donc c’est sans danger pour eux »

Apopo utilise des rats géants d’Afrique, ou Cricetomys ansorgei. Ces rats possèdent un odorat très développé et peuvent détecter l’odeur des explosifs. Cette pratique est sans danger pour l’animal. Anna Bouchier explique : « Ils sont trop légers pour faire exploser les mines. Ils vont faire 1 kg, 1,4 kg ou 1,5 kg. Une mine explose avec 4 ou 5 kg, donc c’est sans danger pour eux. Ils sont disponibles localement. Ils sont très intelligents, très faciles à entraîner. Ils sont petits, donc c’est facile de prendre soin d’eux et de les transporter. »

L’ONG a créé un centre de reproduction en Tanzanie, où les rats sont entraînés pour détecter les mines. Une fois que le rat a fini sa formation, le rat est placé entre deux formateurs. « Il va faire des allers et retours entre ces deux formateurs. Une fois que le rat sent quelque chose – en l’occurrence l’odeur du TNT, car c’est la seule chose pour laquelle il s'arrête – il gratte le sol. Cela veut dire qu’il y a quelque chose là. Le démineur manuel va venir et vérifier cet endroit », détaille Anna Bouchier.

Ces rats sont très rapides : ils peuvent fouiller l’équivalent d’un terrain de tennis en 30 minutes. Pour un démineur humain, cela prendrait un à quatre jours. Depuis la création du programme par Apopo, ces rats ont permis de détruire plus de 100.000 mines et de libérer plus de 25 million de m² de terres.

avatar
Brut.
10 septembre 2020 17:27