retour

Documentaire : le retour des loups inquiète les bergers

500 : c'est le nombre de loups recensés cette année en France. Cyrus North et Tanguy Toopet ont suivi le berger Joseph Boussion et son troupeau de brebis dans les Alpes.

Pourquoi le retour des loups inquiète les bergers (avec Cyrus North et Tanguy Toopet)

500 : c'est le nombre de loups recensés cette année en France. Cyrus North et Tanguy Toopet ont suivi le berger Joseph Boussion et son troupeau de brebis dans les Alpes, en Haute-Savoie pour comprendre son quotidien et pourquoi le retour du loup l'inquiète.

« Le métier de berger, c'est vraiment un triptyque relationnel entre le troupeau, le berger et les chèvres » explique le berger Joseph Boussion. Avec son chien de berger, Nahiko, un berger basque d’un an et demi, il s’occupe de son troupeau de brebis dans les Alpes, en Haute-Savoie. Les chiens sont avec le troupeau toute l’année. Il y a ceux qui guident le troupeau, mais aussi les « patous », les chiens de protection. Ils sont là pour écarter tout danger du troupeau et alertent le berger quand il y a un souci. « Ça limite un peu les attaques, on perd beaucoup de chiens tous les ans qui se font tuer par les loups » raconte Joseph Boussion.

Souvent, les loups se cachent et leur pelage se confond un peu avec la roche. « Ce qui nous fait remarquer qu'il y a le loup qui est présent, souvent, c'est que le troupeau va s'affoler d'un coup, va partir dans tous les sens » raconte Joseph Boussion. Dans les Alpes, il y a aussi des chevreuils, des chamois… Mais le loup préfère s’attaquer aux brebis. « C'est bien plus facile » lance Joseph Boussion : le loup « va calculer la dépense d'énergie par rapport à son gain » ajoute le berger.

En plus des chiens, les bergers tiennent les loups éloignés de leurs troupeaux grâce à des carabines, des pièges photo, des caméras thermiques…. Malgré tout, 12.500 brebis sont mortes en France l'an passé, mangées par des loups.

Pour les bergers, cette situation est épuisante, physiquement et mentalement : « Il blesse tes brebis, ton troupeau, il te blesse toi » explique Joseph Boussion. « L'an passé, à cause de la fatigue, je suis tombé. Je me suis cassé le coude. Je cherchais mes bêtes partout. J'avais les larmes aux yeux parce que j'ai perdu mes chèvres, je ne savais pas où elles étaient. Et puis je n'en pouvais plus » raconte le berger. Joseph Boussion s’occupe de ses brebis 15 heures par jour : « qu’il neige, qu'il vente, sous la pluie, j'y suis ».

Historiquement, le loup était présent sur environ 90 % du territoire de la France. À l’époque, l'imaginaire français associe le loup à un animal dangereux pour l'Homme. Traqué et chassé dans tout le pays, il disparaît complètement dans les années 1930. Les loups réapparaissent en France en 1992, dans le parc du Mercantour.

En 1989, la France ratifie la Convention de Berne qui interdit de chasser le loup sans autorisation. Pour réguler la population de loups, des tirs de prélèvements, c’est-à-dire la possibilité de tuer l'animal, sont autorisés chaque année entre septembre et décembre.

En 2019, le gouvernement a donné son feu vert pour que 17 % des loups soient abattus contre 10 % auparavant, les années précédentes. « Si on chasse en dehors de ces quotas, on fait ce qu'on appelle du braconnage donc ça peut coûter très cher » explique Lionel Raimbault, lieutenant de louveterie qui travaille de manière bénévole auprès des bergers.

« Tout le monde parle du loup, personne sait comment il se comporte » déplore Joseph Boussion. « Tous ceux qui t'expliquent que ça attaque la nuit, que ce n'est pas possible que ça s'approche de l’homme, etc. C'est des gens qui ne connaissent rien, ils ont juste vu le loup dans les livres » ajoute le berger. Pour lui, il faudrait mettre en place une organisation gouvernementale qui s'occupe du suivi des loups. « Aujourd'hui, on a des environnementalistes qui ne veulent absolument pas qu'on puce les loups ou les meutes pour savoir où elles sont. Parce qu'elles pensent que, grâce au puçage, on va aller les tuer. Il y a une espèce de paranoïa schizophrène où tout le monde se méfie de tout le monde et du coup il ne se passe plus rien et personne n'est content » déplore le berger Joseph Boussion.

« Nous, ce qu'on voudrait, ce n'est pas qu'il y ait plus de loups, c'est qu'il y ait zéro brebis tuées » conclut le berger.

• Pour suivre les vidéos de Cyrus North, sa chaîne YouTube : ▶︎ https://www.youtube.com/user/LeCoupdePhil

• Pour suivre les vidéos de Tanguy Toopet, sa chaîne YouTube : ▶︎ https://www.youtube.com/channel/UCxGJgYyHiYkRyuUWjgShOTQ

• Pour suivre l’activité de Joseph Boussion, ses pages Facebook et Instagram : ▶︎ https://www.facebook.com/CarnetdeBerger/ ▶︎ https://www.instagram.com/carnetdeberger/

• Comment le loup a fait son retour en France (Le Monde) : ▶︎ https://www.youtube.com/watch?v=lMMEMxdU7n0

• Situation et démographie du loup en France (Office National de la Chasse et de la Faune sauvage) : ▶︎ https://www.loupfrance.fr/suivi-du-loup/situation-du-loup-en-france

• La population de loup en France dépasse les 500 individus : ▶︎ https://www.nationalgeographic.fr/animaux/2019/06/la-population-de-loups-en-france-augmente-de-facon-exponentielle

• Farid Benhammou est géographe et l’un des spécialistes des relations et de la cohabitation entre l’homme et les grands prédateurs d’Europe, il s’est notamment intéressé au retour du loup dans les Pyrénées : ▶︎ http://www.loup.org/spip/Analyse-strategique-et,456.html

07/07/2019 19:14
  • 912.4k
  • 2.3k

756 commentaires

  • Corentin B.
    08/11/2019 13:11

    On signe ou pour faire lieutenant de louveterie ?

  • Greuhh N.
    16/10/2019 19:08

    C est pas possible d entendre autant de conneries.... aretez de vous plaindre et allez prendre des cours avec les autre pays eux savent vivre avec les loups. Y en a marre

  • César T.
    16/10/2019 14:02

    Sujet de reportage interressant ! Vous abordez un sujet délicat. Le métier de berger, est un métier, dur, magnifique et de passion ! Je comprends, ou en tout cas essaye humblement d'imaginer la détresse des bergers quant à la pression effectué par le loup. Je ne suis en revanche pas d'accord avec le berger quand il dit : ce que je souhaite c'est 0 perte "... C'est avec une tel façon de penser que l'on en est là en agriculture : monoculture, pesticides, insecticides, intrants... Ce n'est pas comme cela que fonctionne la Nature. Si on veut un "jardin" productif, il faut que celui-ci soit diversifié tant au niveau végétal qu'animal ! Si l'on part du principe qu'avec une tel organisation, notre rendement augmente , c'est par ce qu'on le doit aux divers êtres vivants, dont L'homme qui y ont participé ! On ne peut après se dire :" je prend 100 % de mes récoltes, je n'en perdrais pas 1 gramme ! " Non ! Tout le monde y a bossé : insectes, verres, oiseaux, rongeurs... Tout le monde à le droit à sa part ! C'était à titre d'exemple ! Je pourrais prendre d'autres exemples dans des métiers de l'industrie, ou du tertiaire ! Avec des problèmatiques de rendement, de productivité, d'inégalités de revenus aberrant, d'actionnaires gloutons... La folie de notre monde, de notre structure sociale, de notre civilisation ! Là dans le cas présent on parle d'élevage ! Soit le mode d'élevage n'est pas bon, soit il faut accepter la perte "naturelle" de 10-20 % ... Le vrai problème n'est pas dans les pertes... ou dans le loup ! Le véritable problème est humain, d'ordre social, économique, dans les valeurs humaines. Le problème est que ce métier et ses "fruits" ne sont pas suffisamment valorisé ! Le problème est systèmique, dans les mentalités ! L'Homme a oublié le partage entre ses semblables, au niveau intra-spécifique, mais aussi au niveau inter-spécifique ! Le problème est bien plus global qu'une "perte de 12 500 brebis/an" ou "d'une poigné de loup" . En achetant tel viande, ou tel fromage,ou tel légume, ou tel produit, l'on devrait prendre en compte a sa juste valeur le travail : dans l'ensemble des ses problèmatiques ! Il faut en grande partie tout remodeler, refaçonner, réecrire, restructurer... Tendre vers la juste valeur des choses ! Le partage. La magnanimité, la bonté, l'honneteté, l'équilibre, l'équité... Devraient être des mots d'ordre ! Le problème, les causes sont bien plus profondes que l'on le pense !

  • Hippolyte D.
    12/10/2019 11:23

    ah les brebis, les patous et les loups 😉

  • Arthur L.
    11/10/2019 09:41

    je veux aller là-bas

  • Da M.
    10/10/2019 12:49

    Tuer les loups pck il mangent vos bêtes !! Alors que les loups vous tuent pck vous empiéter sur leur territoire !

  • Charlotte F.
    10/10/2019 11:15

    La seul question a ce poser devrait être est-il normal de fair disparaître un animal de sont milieu naturel uniquement pour la production d'un autres...

  • Maellys L.
    10/10/2019 09:04

    Sebastien faut bien qui mange ce loup !!

  • Julien D.
    10/10/2019 05:30

    on pourrait devenir berger dans les Alpes aussi

  • Clem A.
    10/10/2019 00:40

    le premier qui passe c'est à Chamonix 😘

  • Stephane C.
    09/10/2019 17:12

    Donc une petite rectification. Il y a 12500 bêtes tués, cela ne veut pas dire loup pour autant. En corse nous n'avons pas de loups et nous subissons des attaques. Chiens de chasse qui passe et font peur aux animaux, chien errants qui souvent appartiennent à des gens et qui tu les bêtes.. deuxième chose, sur le documentaire je n'ai vue qu un patou. Donc j'aimerais savoir combien de chiens patou ce monsieur possède. Et troisième point qu'il ne doit pas connaître vu son âge, dans les années fin 80 ,les humains ont accusé une femelle lynx d'avoir tué et manger 1000 brebis en une année chose impossible. Ils ont trouvés cette excuse pour la tuer, d'où la peur de puce les animaux. Et pour info la façon de vivre des loups et connus . Et sur la dangerosité du loup envers l'homme, un petit conseil, je vous invite à regarder les loups de l ile d d'ellesmere. Et au passage pour couper l herbe à certains qui seraient tentés de me parler du métier d d'éleveur, j'avais un troupeau de chèvres.

  • Fabio R.
    08/10/2019 16:09

    La montagne appartient aux loups, à la faune et à la flore sauvage. Pas aux bergers, pas aux animaux d'élevage. Donc déjà que vous prenez la montagne, à minima respectez-la elle et ce qui la constitue !

  • Kathleen D.
    08/10/2019 09:13

    Et bien sûr on parle pas des chiens de chasse perdus dans les battus qui s’attaquent aux bêtes hein 😉 chutttttt fait tout mettre sur le dos du loup 😉

  • Ju L.
    07/10/2019 18:22

    tu vas reconnaître !

  • Daï A.
    06/10/2019 18:19

    Foutez la paix aux pauvres malheureux loups qui restent et demerdez vous pour protéger les animaux que vous exploitez

  • Sébastien D.
    06/10/2019 08:12

    Il paraît que les loups utilisent leur cris pour marquer leur territoire la solution est donc de porter un baffle sur soi qui émet des cris de loups ça éloigne les meutes car le loup se bat jusqu’au dernier individu lorsque les meutes se rencontrent.. ils évitent donc de se rencontrer...

  • Gzav F.
    06/10/2019 07:11

    Beau reportage.

  • Laurent L.
    06/10/2019 05:36

    Et les chiens dans tout ça il mange quoi??? C'est un chien robuste mais vegan??? 😡😠

  • Iskka R.
    06/10/2019 02:50

    Faut pas confondre prédateur et nature... vous pouvez me dire depuis combien de temps les loups se soucient de compter les moutons ou de la perte d'argent de ca engendre???? 🤣🤣🤣 sur ce coup la brut vous n'y êtes pas...

  • Marie L.
    05/10/2019 15:16

    Il n’y a qu en France ou il y’a des problèmes ... graaaaveuuu

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.