En Israël, une grève pour dénoncer les violences sexuelles envers les femmes

Des milliers de femmes et d'hommes ont participé ce dimanche à une grève pour dénoncer les violences sexuelles contre les femmes dans leur pays, après la plainte d'une adolescente de 16 ans qui affirme avoir été violée par une trentaine d'hommes.

Israël : une grève pour dénoncer les violences sexuelles envers les femmes

Une adolescente affirme avoir été violée par une trentaine d’hommes dans un hôtel. Dans les grandes villes du pays, dimanche dernier, des milliers de femmes et d’hommes ont fait grève pour protester contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes.

« Pourquoi diable ceux qui nous attaquent, qui nous violent, qui nous rendent misérables, qui nous abîment… Pourquoi ont-ils des peines plus légères que nous ? Pourquoi ne sommes-nous pas en sécurité ? » demande à la foule la journaliste Maayan Adam, avant de fondre en larmes. En Israël, comme elle, des milliers de femmes et d’hommes ont participé ce dimanche à une grève pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles envers les femmes.

Les hommes faisaient la queue devant la chambre pour violer la jeune femme

« Le système judiciaire devrait être jugé maintenant, et pas seulement les violeurs », a conclu Maayan Adam. Ce mouvement est né après la plainte d'une adolescente de 16 ans à Eilat, une station balnéaire du sud du pays. Dans cet hôtel, elle affirme avoir été violée par une trentaine d'hommes. La presse locale raconte que ces hommes faisaient la queue devant une chambre pour violer la jeune femme, en état d'ébriété.

« Je crois que c'est l'une des premières fois que je vois le pays réagir si fortement après une telle actualité », réagit Morgane Koresh, membre du collectif féministe israélien HaStickeriot. Elle poursuit : « Ces deux dernières années, nous avons constaté une augmentation des violences conjugales. Je pense que depuis 2017, avec le mouvement #MeToo, les femmes ont commencé à parler, à parler plus. J'espère que l'augmentation des cas de femmes qui vont à la police ou qui parlent aux services sociaux n'est pas le résultat d'une augmentation des violences conjugales, mais parce que les femmes ressentent que c'est plus simple pour elles de se faire entendre. »

Une société militaire et religieuse

Pour elle, en Israël, le concept du service militaire influe grandement sur la vision sexiste de la société. « C’est une institution respectée qui, en tant que telle, tend à normaliser certains comportements qu'il n'y a probablement pas dans d'autres pays européens ou occidentaux. Le service militaire obligatoire fait également la promotion de l'homme idéal, le soldat, fort, hétérosexuel, puissant. C'est probablement plus fort que dans les pays occidentaux. »

Autre facteur qui pèse sur les violences faites aux femmes selon elle : l’influence de la religion. « Nous avons des communautés religieuses plus fortes et plus importantes. Non pas que cela arrive seulement dans ces communautés, cela arrive dans les milieux laïcs également. Mais le tabou autour de ces choses dans un environnement religieux ou militaire est probablement plus fort que dans les autres pays occidentaux », estime Morgane Koresh.

Après la plainte de la jeune femme, la police israélienne a annoncé avoir arrêté plusieurs hommes. « Pour le moment, la police israélienne a arrêté 10 suspects, dont un certain nombre de mineurs, qui, selon nous, sont entrés dans l'hôtel et l’ont violée pendant un week-end », a déclaré Micky Rosenfeld, porte-parole de la police israélienne.

avatar
Brut.