retour

Expédition au Svalbard avec Dirty Biology, Balade Mentale et Mister Geopolitix

"Il est important d'être ici pour comprendre ce qu'il se passe." Situé à seulement 1300 kilomètres du pôle Nord, cet archipel sert de laboratoire aux scientifiques du monde entier pour étudier les effets du dérèglement climatique. Brut s'est rendu au Svalbard avec les vidéastes Dirtybiology, Balade Mentale et Mister Geopolitix.

Salut tout le monde, je suis Léo de Dirty Biology Léo Grasset Dirty Biology Gildas Leprince et je suis ici avec Mister Geopolitix et Théo, de Balade Mentale, Mister Geopolitix Balade Mentale et on est dans l'archipel norvégien du Svalbard, à 1300 km du pôle Nord. ce petit bout de territoire - Et on est ici pour vous faire découvrir qui sert de laboratoire aux scientifiques du monde entier le dérèglement climatique. Svalbard Longyearbyens SVALBARD A la découverte d'un territoire en danger À la découverte L'archipel du Svalbard a été découvert en 1596 par l'explorateur néerlandais Willem Barentsz. Entre le 17ème siècle et le 18ème, il a servi de camp de base international et le commerce de peaux. pour la chasse à la baleine Ce n'est qu'au début du 20ème siècle que John Munro Longyear, homme d'affaires américain, décide d'exploiter les sols et les montagnes de l'archipel qui sont très riches en charbon. -En 1906, il crée la première société des mines de l'Arctique - En 1906, il crée la première société et il passe 10 ans à investir pour développer cette petite ville qui servira de camp de base pour l'exploitation du charbon, qui porte d'ailleurs son nom: Longyearbyen. - Là, on va monter dans une mine désaffectée, pour tenter d'explorer un peu ce qu'il y a. - Donc là, elles sont fermées, elles sont condamnées, on va essayer de voir quand même si on peut y rentrer, c'est un peu déconseillé d'y aller parce qu'avec le temps, il y a des risques d'éboulements et des risques d'effondrement du bâtiment. Donc on va être prudents et on va voir ce qu'on trouve. - Allez, c'est parti ! - Chaque année, environ 200 mineurs, suédois et norvégiens principalement, venaient travailler dans les conditions extrêmes de l'île, dans les conditions extrêmes de l'ile, attirés par la promesse de bons salaires. - Là, on vient de monter, je ne sais pas… 200 mètres de dénivelé peut-être. Ici, il y a 22 millions de tonnes de charbon qui ont été extraites de la couche carbonifère. Toutes les installations, toutes les infrastructures sont des infrastructures minières. C'est juste un passé "houillé" en fait, on est dans le Roubaix de l'Arctique. On est dans un décor qui est pratiquement intemporel. En fait, la mine a été fermée dans les années 1980 et on pourrait très bien être au fin fond idu Kansas ou de l'Arkansas en 1830, il y a quelque chose d'un peu surréel, quoi. Moi, là, je me verrais bien avec un colt, un petit chapeau, ne pas m'être lavé depuis quelques semaines et avoir traversé un désert. Allez ! - Allez! Souplesse ! Waaah! - Là, on a des bancs, il y a des sacs de charbon, quelques trucs qui ont été laissés en l'état. Ça a pris cher aussi, parce qu'après 40 ans minimum d'inoccupation, le temps fait son travail. - Le sol n'est pas très stable, donc s'il y en a un qui passe au travers… Visiblement, ils entreposaient pas mal de matériel ici, plein de pièces métalliques de type "rouages" pour faire de la maintenance, on suppose. Et donc ça, je n'ai strictement aucune idée de ce que c'est. Du coup, on va peut-être éviter de le toucher. des belles réactions chimiques à la base et puis en haut, c'est tout blanc. Là, tu as des systèmes de poids… 3000 4000 C'est une balance! - C'est une balance, ouais ? - Ouais, c'est sûr. - Elle est complètement prise dans la glace, il y a des stalactites sur la moitié de l'appareil. - Il y a encore les touches de la calculatrice qui sont fonctionnelles ! Non mais c'est incroyable, vraiment incroyable. - Oh, le tableau électrique ! Oh là là, ça continue, beaucoup ! Je ne pense pas qu'on soit sur le sol en fait, à mon avis, on est sur une dalle qui est sur des poutres. - Eh bien, je crois qu'on vient de trouver l'entrée de la mine. La mine 2B, qui était opérationnelle de 1937 à 1968. Et strictement interdit d'y entrer, comme l'atteste cette belle tête de mort. Les galeries ne sont pas ventilées qui sont pleines de méthane et donc, il y a probablement des galeries qui peut exploser et il n'y a pas du tout d'oxygène dans la plupart des galeries. Donc, tu peux t'étouffer, enfin… même t'endormir sans t'en rendre compte et ça fait un très bon rappel des conditions de travail des mineurs… C'était un métier très dangereux, c'est un métier très dangereux parce que tu peux tomber sur une poche de gaz et ça explose et tout le monde meurt dans la galerie quoi. Plancher qui craque - Il faut toujours faire gaffe dans ce genre de situation parce que ce n'est pas anodin de visiter ce genre de lieux abandonnés. Plancher qui craque fortement - Ça doit être hyper dur de bosser en hiver, dans des températures abominables, Ca doit être hyper dur de bosser en hiver, rentrer sous terre, creuser le permafrost, extraire le charbon, sortir… il fait nuit… il fait tout le temps nuit en hiver. De toute façon, Au total, 125 mineurs sont morts dans les mines entre 1916 et 2016. Aujourd'hui, la plupart des mines ont fermé à cause de la chute du prix du charbon à la fin des années 2000 et celle qui est encore en activité, sert principalement à alimenter la ville de Longyearbyen en chauffage. L'économie locale se tourne désormais vers le tourisme, l'éducation et la recherche. Pour vous montrer à quoi ressemble une région polaire, on est partis explorer l'île de Spitsbergen. L'archipel du Svalbard fait environ 61 000 km carrés. La température annuelle moyenne est de -5,6°C et le thermomètre peut même descendre jusqu'à -20°C. très hostiles Des conditions climatiques qui font qu'il n'y a que très peu d'espèces animales dans la région, la plus emblématique d'entre elles étant, Même si leur nombre est très difficile à recenser, il y aurait entre 1900 et 3400 individus au Svalbard. qui est très curieux, - L'ours, c'est un animal donc il faut qu'on se protège. C'est un très grand prédateur. Dès qu'on sort de la ville, Guilhem Leprince Étudiant en aérospatial la police ne peut plus assurer notre protection ATOMIC et donc, il faut absolument qu'on s'équipe d'un fusil et d'un "flare gun". Je vais vous expliquer un peu le principe, pourquoi je les porte. - Même si elles sont très rares, il y a eu 5 attaques mortelles d'ours polaires durant ces 40 dernières années et les autorités sont extrêmement vigilantes vis-à-vis des règles de sécurité concernant l'animal. Donc si on voit un ours au loin, la première chose à faire, c'est de les effrayer, souvent, ça suffit. Siffler, faire du bruit et s'enfuir, surtout. Si l'ours nous a repérés et qu'il est un peu trop intéressé, on se servira du "flare gun" pour tirer soit des cartouches de détresse rouges, uniquement pour effrayer l'ours, soit carrément des "flashs bang" qui font une grosse explosion lumineuse et sonore et souvent, ça suffit pour effrayer l'ours. - Et est-ce que tu sais, en moyenne, - Et est-ce que tu sais, en moyenne, combien il y a d'ours qui se font tuer comme ça de personnes hors de la ville ? il y a entre un et deux ours qui sont tués par an uniquement pour la protection des hommes. Il faut bien savoir que personne n'a envie de tuer l'ours. Malheureusement, ici, on habite sur un de ses territoires. Il y a souvent de la banquise qui se forme dans les fjords donc les phoques viennent s'y reproduire et les ours viennent manger les phoques donc, il est assez courant de croiser des ours ici. les gens ici en ont suffisamment peur pour éviter l'ours au maximum. Et moi, je ne croise personne en dehors de la ville qui n'a pas un fusil. Voilà, le fusil est à demi-chargé, on va pouvoir y aller. - On vient de trouver un cadavre de renne, très, très, très dispersé. Les rennes, ici, ils n'ont pas de prédateur. Ils ont du mal à trouver de la nourriture l'hiver. Quand ils deviennent trop vieux, à force de chercher l'herbe au milieu des rochers, parce que l'herbe affleure à peine, ils usent leurs dents qui ne repoussent pas comme les rongeurs. Du coup, ils finissent par ne plus arriver à se nourrir quand ils sont trop vieux et ils meurent. probablement manger Et donc là, ils vont se faire par les renards polaires. Donc ça, il ne faut pas toucher, il y a des virus qui se baladent et des trucs qu'on n'a pas trop envie d'avoir, notamment la rage. Bon là, ça va commencer à être un peu raide jusqu'au plateau. Là, c'est le printemps, tu entends les oiseaux. Nous, en hiver, on n'entendait rien du tout. Il y avait : lagopèdes, rennes, renards et ours. Il n'y a rien d'autre. - Ouais, il n'y a que dalle en fait. - C'est assez simple de reconnaître les traces parce qu'il n'y a que quatre animaux dans le coin. C'est désert en fait, on est dans un désert. - Alors que les eaux sont hyper riches, le territoire est complètement vide. Tu comprends que finalement l'ours soit considéré parce que lui, il ne bouffe que ce qu'il y a dans la mer. Il a raison, c'est là où il y a la richesse et l'énergie. NINAVARDEN C'est une stèle en mémoire de celle qui s'est fait manger par un ours ici. de ces 20 dernières années. Ça fait partie des rares accidents Elles étaient deux femmes qui étaient montées sur le plateau et elles n'avaient aucun fusil, aucun "flare gun", donc ça, c'est la triste conséquence de quand on ne s'équipe pas comme il faut. et un jour, ça casse. Ça passe, ça passe Voilà. Là, les gars, je crois que le ressenti est aux alentours de -20°C. - Ouais, il y a moyen. - On est impressionné de voir que ça peut être aussi hostile. Encore là, on a de la chance, on est à une période où ce n'est pas le plus froid mais en deux minutes, on peut avoir les doigts complètement frigorifiés. Ce qui peut arriver quand on ne fait pas gaffe, physiquement, c'est les engelures, donc les bouts des doigts, les bouts des pieds. On fait des checks régulièrement, il faut les bouger très régulièrement. Si la situation dégénère, ce genre d'engelures, ce n'est pas quelque chose qui va se résorber en quelques mois. Il y a vraiment un risque que ce soit à vie et que ça mène même parfois à des amputations. H On essaie souvent de comparer avec un désert de sable ou de la jungle pour savoir si c'est un milieu dans lequel on pourrait survivre juste quelques semaines, voire quelques jours et c'est vrai qu'ici, il n'y a rien qui pousse, il n'y a pas d'alimentation, il n'y a pas d'abri… On ne tiendrait vraiment, vraiment pas longtemps. - Depuis les années 1970, la température en Arctique a augmenté de 2°C Arctique +2°C + 2°C alors qu'elle a augmenté de 0,6°C dans le reste du monde. Monde La communauté scientifique a donc les yeux rivés sur l'archipel car il sert de laboratoire pour mieux comprendre les changements climatiques mondiaux. Greenpeace vient de lancer une expédition qui part de l'Arctique pour aller en Antarctique pour préserver la biodiversité des océans du changement climatique. et sensibiliser au sujet On va sur l'Esperanza, de Greenpeace. qui est un des bateaux tout ce que vous savez Pouvez-vous nous dire a propos du phénomène de fonte des glaces sur les océans et du réchauffement climatique ? - Le changement climatique est plus rapide dans cette région Halvard Raavand Activiste de Greenpeace Hal ard Raavand qu'ailleurs dans le monde. Lorsque la banquise fond, elle part de la neige des glaciers vers les océans, ce qui renforce le changement climatique parce que moins de lumière du soleil est réfléchie. parce que moins de lumière A Normalement, les glaciers réfléchissent les radiations solaires qui arrivent et les renvoient, alors que les océans absorbent plus de cette chaleur et se réchauffent donc de plus en plus. - Selon un rapport de l'Agence environnementale norvégienne qui a été publié en 2019, les températures à Svalbard pourraient augmenter de 7 à 10 degrés d'ici 2100. est basé sur les glaciers. L'écosystème ici, en Arctique, Tout dépend au moins directement, parfois indirectement, des glaciers. Docteure en biologie marine est une algue La base de la chaîne alimentaire ici, qui pousse et vit sous la glace en hiver. Entre le Svalbard et le Groenland, se trouve le détroit de Fram, Groenland Détroit de Fram où il y a des glaciers toute l'année. L'océan Atlantique se dirige vers le nord à travers le détroit de Fram et les eaux polaires de l'océan Arctique vers le sud, donc ce mélange et l'augmentation des températures au printemps, provoquent la fonte de ces glaciers et les nutriments des algues sont relâchés. Les phytoplanctons peuvent accéder à ces nutriments et grandissent avec la lumière, ils deviennent de la nourriture pour de plus grands planctons qu'on appelle zooplanctons. Et puis les baleines, les oiseaux et les poissons mangent ces zooplanctons. Donc, en fondant, la glace libère à court terme des nutriments pour les animaux ici. Mais il est important de rappeler que sans les glaciers, tout le système sera en danger. S'il n'y a pas de glace pendant l'hiver, ou moins de glace, or, c'est la base de la chaîne alimentaire ici. ça veut dire qu'il y a moins d'algues, C'est pour cela qu'il est important d'être ici, pour comprendre ce qu'il se passe. - L'ONG veut faire pression sur les gouvernements ont eu lieu cette année à New York parce que des négociations et l'année prochaine, en 2020, pour la signature d'un traité sur la haute mer. L'objectif est d'obtenir la création d'un vaste réseau d'aires marines protégées qui pourrait couvrir jusqu'à 30 % de la surface des eaux internationales. 30% de la surface des eaux internationales. Objectif 30% Les enjeux de ce traité, sont très importants Les enjeux de ce traité et représentent un espoir énorme pour la communauté scientifique et les associations environnementales. - Comment créer plus d'aires protégées aidera à réduire le réchauffement climatique ? - Le "cycle marin du carbone" dans l'océan permet de capturer plus de CO2 et sans ce phénomène essentiel fourni par les océans, il y aurait 50 % de CO2 en plus dans l'atmosphère. sont des zones où l'activité industrielle est interdite, Les sanctuaires océaniques comme la pêche, l'exploitation minière sous-marine ou l'extraction pétrolière. maintenir la vie dans les océans C'est important pour pouvoir et les préserver pour le futur. Les modèles climatiques qui sont utilisés par les scientifiques prédisent que la fonte de la banquise va se poursuivre au cours des prochaines décennies et que celle-ci pourrait même disparaître à l'été 2040. -C'est quand même fou de se dire qu'on a acquise que la puissance, quelque part, est démesurée au point de pouvoir effacer, d'ici quelques décennies, ces paysages-là où en fait, il n'y a pratiquement - C'est très triste de se dire qu'un jour peut-être, ici, ça sera du lichen et de la mousse et qu'il n'y aura plus cette beauté sauvage, vu qu'on sera dans quelque chose de tempéré… De nombreux changements ont déjà eu lieu. Mais je pense qu'il y a encore de la place pour l'espoir. UNCI Les gens vont devoir changer certains de leurs comportements et nous devons apprendre comment ces différents écosystèmes fonctionnent. Montage Eric Gayot

01/06/2019 18:49
  • 141.3k
  • 29

24 commentaires

  • Jean-andré D.
    17/06/2019 12:02

    quand tu vas faire de l'urbex en arctique pour sensibiliser au changement climatique, ce genre de bon plan

  • Cha H.
    04/06/2019 13:03

    C'est pas lui qui disait que l' agriculture nous avait rendu con et qui s'est fait dégommer par la sphère scientifique ?

  • Hugo V.
    04/06/2019 09:49

    Nous on explorait les usines désaffectées de Dreux, eux ils explorent une mine de charbon en Arctique. 2 salles 2 ambiances 😂😂😂

  • Eric L.
    04/06/2019 08:13

    la suite ici sur @mblive tv : https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FMBLiveTV%2Fvideos%2F2511539315545231%2F&show_text=0&width=476

  • Sarah B.
    03/06/2019 15:44

    bravo les gars , mais vous vous fatiguez pour rien car la vraie pollution , celle qui nous détruira tous c'est le système économique LA MONDIALISATION .explication : environ 90.000 navires 7000 porte-conteneurs On estime surtout que les 15 plus gros porte-conteneurs au monde, pour ne rien dire des autres, ont relâché en 2009 autant de produits chimiques (notamment du sulfure) que les sept cent soixante millions de véhicules alors en circulation sur la planète. Un gros porte-conteneur émettrait ainsi autant de produits et autres gaz susceptibles de causer cancer ou asthme que 50 millions de voitures ; ces mêmes polluants seraient responsables de plusieurs dizaines de milliers de morts chaque année. donc votre combat se situe au mauvais endroit il faut choper les politiques par les burnes et leur vider les poches remplies par les multinationales et tout reprendre à zéro !!!

  • Victor K.
    02/06/2019 13:52

    paye tes touristes...

  • Mcd A.
    02/06/2019 10:22

    https://www.ourplanet.com/fr/

  • Anne D.
    02/06/2019 08:34

    Ne pourrait-on pas tirer sur les ours avec des flèches qui anesthésient, le temps de mettre les voiles?

  • Marc R.
    02/06/2019 07:36

    Look at this vidéo

  • Olivier V.
    02/06/2019 07:24

    Souvenirs souvenirs 😜

  • Julie D.
    02/06/2019 06:07

    !

  • Ziane D.
    02/06/2019 04:41

    Allons tous au pôle nord étudier le dérèglement climatique!

  • Dadou B.
    02/06/2019 01:45

    Venez télécharger l'application et trouver toutes les marques pas cher https://rr.lovevova.com/MzI4OTIwOTM=

  • Lebreton P.
    01/06/2019 23:24

    Le réchauffement climatique c'est vous avec l'avion, vos ski, le scoot et vos petites geules de bobo en quête de sensations forte.

  • Dominique M.
    01/06/2019 21:01

    Il semble qu’il y ait une très nette prise de conscience du dérèglement climatique dans la nouvelle génération... et le phénomène prendra de l’ampleur au fur et à mesure de la disparition des personnes sceptiques, notamment nous les baby-boomers... dont je fais hélas partie. L’instinct de survie est là, les techniques progressent, les bonnes volontés se propagent. Et la NATURE veille au grain, enfin j’y crois.

  • Jean-Philippe F.
    01/06/2019 20:43

    Trop c'est trop. Ça tourne au bourrage de crâne, ces publications écolo

  • Amina H.
    01/06/2019 19:51

    Qu es ci qu il y a à étudier scientifiquement de la fonte des glaces et le dérèglement climatique ? Franchement on sait tous qu à force de puiser toutes les ressources naturelles, à force de faire des déforestation, à force d émettre des gaz hautement toxique dans l air, à force d utiliser des pesticides sur nos terre, à force de jeter nos ordures plastique et autres cochonneries dans les rivières, dans les mers, les océans et dans la nature, à force de consommer des produits chimiques dans nos bagnoles, dans nos alimentations transformer par les industries alimentaire etc... Que tout cela à des répercussions triste mais réel sur notre planète. La couche d ozone est trouvée à cause de la pollution, les glissements de terrains à cause de la déforestation en masse, l extinction des animaux dans leurs milieu naturel etc... Que la planete est devenue faible et se dérègle. L heure actuelle est grave, notre planète meurt ainsi que les animaux, la flore, la végétation luxuriante, nos réserves naturelle s épuisent, nous devons impérativement faire attention à notre consommation de bien matériel et nutrionnel. Nous devons protéger nos mers et nos océans de la sur pêche et de ce que nous jetons comme ordures dans nos eaux . Nous devons arrêter de polluer cette planète par nos voitures, nos usines, nos ondes radioactives etc... Si il n y a plus de glacier à cause du réchauffement climatique, si nos rivières mers et océans dessèchent nous auront plus d eau pour nous abreuver or l eau c est la vie. Si nous polluons et prenons toutes la nourriture que mère nature nous offre, nous n auront plus rien à manger. Et la se sera la fin de l humanité.

  • Florence D.
    01/06/2019 19:23

    Je sens déjà la jubilation des climato-sceptiques qui vont s'en donner à coeur joie en commentaires rageux... J'espère me tromper, cela dit...

  • Rita C.
    01/06/2019 19:20

    Ademiro muito vocês não é pra qualquer um nota mil

  • Julia S.
    01/06/2019 19:18

    Je vais là-haut à la fin du mois ... 🤩