retour

Julie Neveux : ce que les anglicismes disent de nous

"Like", "call", "date"… De nombreux anglicismes entrent dans la langue française, et certains s'en inquiètent. Mais pour la linguiste Julie Neveux, ils apportent un sens nouveau.

Les anglicismes, par la linguiste Julie Neveux

Julie Neveux a écrit le livre « Je parle comme je suis ». Elle y explique les mots qu’on emploie aujourd’hui, notamment les anglicismes.

Call, crush, date… tous ces mots anglais qu’on utilise au quotidien sont des anglicismes. La linguiste Julie Neveux, autrice du livre Je parle comme je suis, explique pourquoi on les emploie.

Anglais et français : des langues cousines 

Julie Neveux nous apprend que certains anglicismes comme le mot « call » pour parler d’un appel sont utilisés dans un contexte particulier. Ils sont aussi attribués à une pratique précise. En l’occurrence, il s’agit seulement d’un appel professionnel.

Par ailleurs, « la langue française et la langue anglaise sont des langues cousines », indique-t-elle. Elles partagent la même famille linguistique : celle des langues indo-européennes. Cela engendre donc des échanges culturels et linguistiques. « Il y a les origines latines qu'on a en commun. C'est comme si à une réunion de famille, vous étiez furieux de vous apercevoir que vos cousins vous ressemblent. »

Des mots français devenus anglais

La linguiste prend également l’exemple des mots « date » et « crush ». Selon elle, ils représentent très bien les échanges anglo-saxons. Aujourd’hui, on reprend le mot « date » du vocabulaire américain.

« Figurez-vous qu'il vient de notre mot français que les États-Unis nous empruntent à la fin du XIXe siècle. Commence à se pratiquer une sorte de libération des mœurs pour la main d'œuvre ouvrière qui arrive dans les grandes villes et qui emprunte, comme d'autres mots français, estimés très chics et glamour à l'époque, "fiancée", "je ne sais quoi", etc. Ils empruntent "date", qui est donc un mot français. »

24/09/2020 16:31
  • 1.4M
  • 1.8K

1045 commentaires

  • Sébastien F.
    20 heures

    En France, on parle français. Et l'anglais, c'est quand on a des interlocuteurs étrangers. On a la chance d'avoir une langue riche, autant l'utiliser.

  • Sylvain R.
    4 jours

    Elle, elle essaye de nous vendre un truc que personne ne lui demande de vendre !!! Ce n’est pas les anglicismes qui dérangent certains, c’est la culture qu’ils portent. La question n’est pas les mots en soi. « J’ai un call », ça dit juste que la langue du professionnalisme serait anglaise, ce qui est d’une bêtise confondante ! On peut très bien dire « j’ai un appel » et à la limite que ce soit là Grand-mère ou un appel pro, on ne voit pas en quoi ça regarde la personne à qui s’adresse cette annonce. C’est finalement une façon de se prendre au sérieux en tout cas dans l’exemple qu’elle donne. « J’ai une date », « j’ai un rdv galant », c’est quasi pareil, si ce n’est que le mot « date » insiste sur la planification et le mot « galant » précise la nature de la rencontre d’emblée. On voit bien que ce n’est pas une question d’aimer ou de ne pas aimer les mots anglais que de ne pas y adhérer, ils induisent une autre définition du réel, plus « rigide », « froide », « puritaine » peut-être… réduire le refus des anglicismes a tous crins, a un simple caprice stupide de coq français est carrément exagéré…

  • Lucas H.
    6 jours

    On voit bien la qualité de ces échanges, surtout quand ils nous coulent un contrat de sous-marins... Quand est-ce que les Français vont comprendre l'importance du "softpower".

  • Michel M.
    18/09/2021 06:14

    J'aime bien ce "'reportage" mais pourquoi répétérr plusieurs fois en 4 minutes cette vilaine expression "en fait" ?

  • Anaïs C.
    17/09/2021 05:30

    Le français a été la langue officielle de la cour en Angleterre pendant 300 ans alors on peut bien leur empreinter 2/3 mots..

  • Cyril G.
    16/09/2021 13:22

    Chouette! Chions sur la langue française puisqu'il n'est plus question de demander au peuple qui la parle et l'écrit le moindre effort... Acceptons ces anglicismes de plus en plus utilisés dans la plupart des langues, le monde entier parlera anglais et la culture régionale et nationale deviendra une notion obsolète...

  • Camille H.
    15/09/2021 10:21

    j'ai pensé à toi en voyant la vidéo et du coup je me suis dit que ça t'intéresserait et que je te verrait bien travailler sur ce topic, l'étude des langues, les pourquoi du comment 😉

  • Alex D.
    12/09/2021 09:53

    Par contre les mots arabes et le grand remplacement ça vous inquiète pas? Ah oui brut est un média d'extrême gauche fait pour les pré ados j'oubliais

  • Caroline D.
    07/09/2021 21:08

    vu qu'on en parlait 😌

  • Frédérique S.
    07/09/2021 09:05

    , c'est intéressant, je trouve :-)

  • Amandine P.
    06/09/2021 20:02

    question de point de vue ;)

  • Isabelle N.
    06/09/2021 18:34

    🤔

  • Capucine D.
    06/09/2021 17:04

    la fourbe

  • Guillaume M.
    06/09/2021 16:44

    oui, you are ridicule.

  • Joe M.
    06/09/2021 14:12

    Je préfère largement les mots utilisés par les jeunes comme"boloss" plutôt que d'emprunter constamment les mots anglais

  • Guillaume R.
    06/09/2021 12:15

    Décidément j'essaye(de comprendre et de trouver un sens à ces interventions (surprenantes... c'est un euphémisme naturellement) ... mais vraiment "Brut" n'est que le néant... et rien qu'une chaîne (?) pour l'entre soi (confortable) et les bobos des grandes villes... Les vrais gens s'en foutent !

  • Damien H.
    06/09/2021 11:04

    ''attends j'ai un call'' --> bourre-pif💥

  • Benoit P.
    05/09/2021 22:15

    WHAT? 😜 https://alainborer.fr/wp-content/uploads/2021/04/NOTES-SPEAK-WHITE-.pdf

  • Said T.
    05/09/2021 20:46

    Toutes les langues naissent, évoluent, et meurent, comme un cycle de vie de l'être humain. C'est le même cas pour la langue française qui vit ses derniers jours, elle va disparaitre au fur et à mesure avec la disparition de son vocabulaire qui ne cesse de vieillir. D'ailleurs ces anglicismes qui envahissent les dictionnaires prouvent que la communauté francophone commence à s'intéresser davantage à l'anglais. Donc il est temps de faire des adieux à la langue de Voltaire.

  • Christophe M.
    05/09/2021 20:37

    Cette nullité n’aime pas notre drapeau Message reçu