retour

L'eusko, première monnaie locale d'Europe

"C'est pour soutenir une économie solidaire et faire un petit contre-pouvoir aux pratiques industrielles". Elle est écolo, solidaire et basque. C’est l’eusko, la monnaie locale la plus utilisée en Europe.

Écolo. Solidaire. Basque. Ecolo. C'est la monnaie locale la plus importante d'Europe : l'eusko.

Créé en 2013, il est complémentaire de l'euro. La monnaie est un outil. Ce n'est pas un outil qui est uniquement au service de l'économie, c'est un outil qui est aussi au service de la société et des gens et ça, je trouve qu'on le trouve bien avec l'eusko. Localisé au Pays Basque, il y en a plus d'1 million en circulation. Quand par exemple, je vais dans une ville ou un village, que je ne connais pas et que je rentre dans un commerce, Dante Edme-Sanjurjo Co-fondateur de l'Euskal Moneta qu'il prend l'eusko, que je ne connais pas parce je ne sais pas ce qu'il partage avec moi, le commerce de proximité, si c'est l'envie de défendre si c'est l'envie de lutter contre le réchauffement climatique en relocalisant l'économie, si c'est la défense de l'emploi local, si c'est la défense de la langue basque… En tout cas, c'est quelqu'un de bonne volonté, c'est quelqu'un qui a envie d'agir ici et maintenant. Cette monnaie a un but écologique. Elle encourage en effet la consommation locale et met en valeur la culture paysanne. Ça ouvre les yeux, aux gens, aux consommateurs sur la façon dont sont produites les choses les choses. et où sont produites L'eusko promeut aussi la langue basque: utiliser l'eusko dans un commerce, c'est savoir que l'on peut y parler basque librement. dugu. se veut aussi solidaire 23,80 € en favorisant l'emploi local. Pour qu'une monnaie à titre sur papier puisse exister, il faut que les gens qui l'utilisent soient membres de l'association qui gère la monnaie, il faut une adhésion. Et ensuite, il faut que quand la monnaie circule, les particuliers qui prennent de la monnaie locale ne puissent pas les reconvertir en euros et la deuxième condition, c'est comme les chèques déjeuner, c'est que quand on fait un paiement, il n'y a pas de rendu en euros sur un paiement en monnaie locale donc il faut faire l'appoint. Pour utiliser l'eusko, il suffit de se rendre dans un des 32 points de change situés chez des commerçants. Je vais te faire du change, il me faudrait 100 euskos. Par mois, j'utilise 500, 600 euskos en moyenne pour les courses de la famille, l'ostéo, la pharmacie, pas mal de choses, même le carrelage quand j'ai fait les travaux. C'est une monnaie complémentaire, on ne peut pas payer au supermarché avec, c'est qu'on défend c'est ça l'intérêt, le commerce de proximité. Aujourd'hui, 3000 particuliers utilisent l'eusko pour leurs achats. C'est pour soutenir une économie solidaire et faire un petit contre-pouvoir aux pratiques industrielles et soutenir les producteurs d'ici qui travaillent comme il faut. 792 entreprises et ommerces utilisent aussi cette monnaie. Pour cela, ils doivent s'engager à respecter certains objectifs écologiques Hemen, euskoa erabiltzen et à promouvoir la langue basque.kalmoneta.org Parler en basque, on le parlait déjà les panneaux de signalisation mais inscrire en bilingue sur le marché et après travailler sur le recyclage des produits que nous avons. Donc, je suis passé au paillage biodégradable alors que j'utilisais beaucoup de plastique avant. Cette monnaie circule avec des billets mais aussi, depuis 2017, de manière numérique avec une Il y a toujours eu des monnaies locales et des monnaies pour les échanges entre territoires. pour le développement local, C'est un outil formidable pour l'environnement, pour la transition écologique, pour créer du lien entre les gens, renforcer le commerce de proximité, il n'y a aucune raison de s'en passer.

19/11/2018 12:09mise à jour : 04/03/2019 14:59
  • 620.3k
  • 684

279 commentaires

  • Mikel I.
    23/05/2020 19:02

    😁

  • Le S.
    28/05/2019 10:06

    L'exemple de l'énorme succès de l'Eusko au Pays Basque, qui dans un contexte un peu différent, nous a inspiré pour

  • Devon P.
    22/03/2019 18:50

    tiens tiens tiens

  • Vavou P.
    17/03/2019 08:53

    tu connais?

  • Christian C.
    17/03/2019 06:55

    Et oui, et en plus le bar ou se fait le change est celui ou je prend mon café

  • Lion L.
    16/03/2019 09:16

    Félix

  • Julie E.
    15/03/2019 21:46

    merci les petits basques 🙏😉

  • Quentin D.
    15/03/2019 07:22

    ahah 😂

  • Yvon R.
    14/03/2019 21:26

    Popeye Toncairn !

  • Edouard L.
    14/03/2019 19:04

    ?

  • Emie K.
    14/03/2019 16:47

    franchement il aurait pu accepter d’être dans notre reportage

  • Alexandre D.
    14/03/2019 12:13

    regarde a 13 seconde mdr

  • Sébastien P.
    14/03/2019 11:29

    La monnaie locale, c'est surtout "emprisonner" le consommateur dans un circuit commercial "fermé", "hermétique". La notion de "liberté de choisir" s'efface complètement ⚠️

  • Mahel A.
    14/03/2019 08:32

    Bon, je vais tenter un commentaire sérieux... Qui n'aura a priori rien à voir avec le sujet. En gros et pour résumer, voilà maintenant 15 ans que l'on fait la promotion des régionalismes. Et je me demande pourquoi. Alors, reprenons. La France, pendant 200 ans, avait trois étage administratifs, qui étaient la Commune, héritées des paroisses d'ancien régime, et qui assuraient la gestion et l'administration des sujets, puis des citoyens, au plus près possible. Puis le département, relai local de l'état, hérité de la Révolution, et qui avait pour mérite de gommer les régionalismes, donc les inégalités territoriales. Et enfin l'Etat, fruit de 1500 ans de construction centralisée, par les Capétiens surtout, puis par la République. Notre état est social, (ou censé l'être) c'est écrit dans la constitution, et c'est l'uinique rampart suffisament solide pour pouvoir s'opposer à un capitalisme débridé et un libéralisme écrasant. Nous avons nos trois "étages", ils ont une histoire, et une raison d'être. En 1940, puis en 1983, Pétain d'abord, puis Mitterrand, font fi de tout cela, et réinstaurent les Régions. La déconcentration de 83 réintroduit d'ailleurs les inégalités entre les territoires, puisque les départements tirent leurs revenus en partie de l'impôt, qui n'est pas fixe, forcément, mais dépendant du foncier bâti. Inutile de vous dire, vous le savez déjà, que le foncier bâti n'est pas le même en Alsace qu'en Lozère, pour ne prendre que cet exemple. Première entaille dans la cohérence nationale. Il se trouve que, depuis 20 ans maintenant, l'Europe, la seconde couche "nouvelle", c'est-à-dire en fait la 5eme, fait la promotion systématique des régions. Il y a d'ailleurs à ce sujet un projet très concret d'Euro-Régions, explicité sur les sites européens... Et pourquoi l'Europe fait-elle aussi souvent la promotion des régionalismes ? Une seule explication possible : la promotion des régions oeuvre en faveur de l'UE. Et le but de l'UE est de devenir l'étage supérieur de l'édifice, donc il s'agit en fait de la promotion de l'europe fédérale. Et les régions, elles, ont vocation, dans l'esprit des européistes, à devenir l'interlocuteur de l'Europe, se passant du même coup de l'Etat. Logique, puisqu'il est voué à disparaître, dans ce projet. Pour parachever l'ensemble, les directives européennes nous incitent à créer des communautés de communes, et à fusionner les plus petites d'entre elles, afin de déraciner la population, et d'en faire des consommateurs sans attache, sans valeurs, sans autre but que celui "d'avoir", et non plus "d'être". Si l'on pousse un peu la réflexion, cela explique, en partie en tous cas, le retour en force des intégrismes religieux : il s'agit avant tout de palier une perte d'identité. Le but est donc d'arriver à un triptique différent du triptique historique, et donc de passer de [Commune - Département - Etat] à [Disctrict - Région - Europe]. Comme je l'ai dit, l'Etat est le seul rampart au libéralisme forcé (Pas en ce moment, nous n'avons que des européistes acharnés à la tête de l'état depuis 20 ans). Il est donc urgent, pour les européistes, qui sont les chantres de la mondialisation consummériste, de gommer les Nations. Mais il faut ajouter à cela que l'état, c'est aussi le seul garant de la Démocratie. (En ce sens qu'il n'y a pas de "peuple" européen) Regardez l'UE actuelle... Les commissaires européens, élus par personne, dirigent, et l'assemblée n'a qu'un avis consultatif dans la plupart des cas... Elle n'est même pas maîtresse de son ordre du jour. Donc, attention, à chaque fois que l'on promeut le régionalisme, on oeuvre en fait pour l'Europe, directement ou non, et contre la France. Et le rapport, très concrètement, avec le sujet qui nous occupe aujourd'hui, c'est qu'une monnaie régionale, qui en effet peut servir à promouvoir le local, n'a finalement comme effet concret que de promouvoir l'UE, puisqu'implicitement, elle dit qu'on peut se passer de l'Etat. Je suis donc extrêmement méfiant envers ce type d'initiatives, qui, pour si bien intentionnées qu'elles soient, ont potentiellement des implications très nocives. Pardon pour le pavé, mais c'est assez complexe à expliquer :)

  • Lou V.
    14/03/2019 08:31

    jte laisse apprécier l'accent et le monosourcil ahaha

  • Gabrielle M.
    14/03/2019 07:56

    il a l'air chouette ton terter

  • Malika P.
    14/03/2019 06:45

    Ne comprend pas trop !

  • Theo A.
    14/03/2019 06:43

    j’espère que notre fille n’aura pas ce mono sourcil 😱😂😂

  • Perrine S.
    14/03/2019 00:14

    marlène mandret

  • Lisa D.
    13/03/2019 23:41

    est ce que on comprend mieux mnt ?? 🤔🧐

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.