L'interview du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse Pap Ndiaye

De la santé mentale des jeunes à l’éducation sexuelle des étudiants, voici comment Pap Ndiaye imagine la rentrée.

Nous devons faire beaucoup mieux. Ça, je m'y engage

Je vais le dire d'une manière un peu brutale: on peut dire que l'école se débrouille mal avec les pauvres. Et qu'elle est injuste avec les pauvres.” Brut a rencontré Pap Ndiaye, Ministre de l’Education Nationale et de la Jeunesse pour parler des priorités de son ministère. “La santé physique et psychique des jeunes est l'une de nos préoccupations car la crise sanitaire a laissé des traces importantes qui ne vont pas se résorber d'un coup de baguette magique. Il y a des efforts particuliers à faire pour le bien-être des élèves, également pour leur suivi psychologique, voire psychiatrique, en dehors de l'école.” Changer l'éducation des garçons pour lutter contre les inégalités

Pour Pap Ndiaye, offrir une meilleure éducation sexuelle aux élèves est aussi une priorité. “Nous devons réactiver très fortement l'éducation à la sexualité. Pour plein de raisons: des raisons d'épanouissement personnel bien sûr, mais aussi des raisons liées à la prévention et à la lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Une bonne éducation à la sexualité est un bon moyen de prévenir ces formes de violence.” Malgré l’importance des cours d’éducation sexuelle, le ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse explique la difficulté de mettre de tels programmes en place. “Ce sont des questions sensibles. Ça veut dire qu'il faut insister là-dessus, il faut une volonté politique forte, il faut des instructions.” Un livre d'éducation sexuelle pour parler de consentement aux enfants

avatar
Brut.