retour

La réalité des Ehpad à l'heure du coronavirus

Les résidents en Ehpad représentent près de la moitié des morts du Covid-19 d’après le ministère de la Santé.

Covid-19 : surmortalité dans les Ehpad

Les résidents en Ehpad représentent près de la moitié des morts du Covid-19 d’après le ministère de la Santé.

« On doit se débrouiller avec nos résidents quand ils sont décédés. On doit « prendre » notre résident – il n’y a plus de toilette mortuaire – et le mettre directement dans un sac, dans une housse mortuaire. On ferme, et on note le nom du résident au marqueur sur le sac. Si on a un lit réfrigéré, on en a trois dans tout l’Ehpad. Si on en n’a pas, on doit mettre le résident en attente que le funérarium vienne. On a eu des fois jusqu’à quatre jours d’attente pour que le funérarium vienne récupérer un résident », témoigne Anissa Amini, aide-soignante en Ehpad et représentante du personnel au syndicat Sud santé.

« On n’arrive plus à dormir la nuit »

Comme elle, les autres employés des Ehpad sont encore plus surmenés que d’habitude depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Et pour cause : les résidents en Ehpad représentent près de la moitié des morts du coronavirus d’après le ministère de la Santé. 45 % des maisons de retraite ont signalé au moins un cas dans leur établissement.

« On n’arrive même plus à dormir la nuit. D’habitude, on installe la personne, la famille vient, on met une ambiance dans la chambre. On va présenter nos condoléances à la famille. On pleure avec eux, parfois. Sur une année, on doit avoir une dizaine de décès. Depuis le début du mois de mars, nous en sommes à 23 décès », constate avec effroi Anissa Amini.

« Il aurait vraiment fallu pouvoir ériger les Ehpad en forteresses »

Pascal Meyvaert, membre de la Fédération française des associations de médecins coordonnateurs en Ehpad, déplore qu’on n’ait rien fait en amont pour protéger les plus âgés. « Une fois que le virus est dans l’Ehpad, c’est trop tard. Il aurait vraiment fallu pouvoir ériger les Ehpad en forteresses et tout faire pour éviter que le virus ne rentre. La plupart du temps, on avait une bonne bataille de retard. »

Dans les régions sous tension, l’hospitalisation des résidents n’est pas prioritaire…. voire impossible. C’est le cas en Alsace. « Au début de la crise, les 15 premiers jours ou les trois premières semaines, nous nous sommes retrouvés avec une situation extrêmement complexe. Le problème, ce n’était pas seulement la réanimation. On refusait tout simplement l’hospitalisation, qu’il y ait besoin ou non d’hospitalisation », se souvient Pascal Meyvaert.

« Vous véhiculez le virus dans tout l’établissement »

Les personnels ont donc réalisé bien vite qu’ils ne recevraient aucune aide pour gérer la crise : « Sans les hôpitaux, sans possibilité d’hospitalisation, avec des difficultés en matériel donc souvent sans oxygène, sans médicaments. » L’Ehpad dans lequel travaille Pascal Meyvaert a par ailleurs très vite été confronté à une pénurie de sédatifs. Sans compter le manque de personnel. « Les Ehpad sont déjà en sous-effectif chronique et on s’est retrouvés avec un personnel malade, en arrêt maladie, à un moment où on en avait le plus besoin. »

Manque de masques, absence de tests, pas de communication en interne… Dans de nombreux Ehpad, le personnel a propagé le virus malgré lui. « Quand vous n’avez qu’une sur blouse par poste, et que vous allez d’une chambre à une autre, forcément, vous véhiculez le virus dans tout l’établissement. Les zones contaminées vont contaminer les zones saines », résume Pascal Meyvaert.

« On a eu le sentiment, pendant le démarrage de la crise, qu’on était laissés de côté »

Des entreprises privées sont critiquées pour leur gestion de la crise et leur manque de transparence. Et les aides-soignantes qui s’occupent des résidents au quotidien sont en première ligne : deux d’entre elles sont déjà décédées du Covid-19.

« Je pense qu’on a mis du temps à se préoccuper de la situation qu’il allait y avoir dans les Ehpad, alors qu’on sait qu’on a un public fragile. On a eu le sentiment, pendant le démarrage de la crise, qu’on était laissés de côté alors qu’on avait le public qui risquait d’être le plus touché par la maladie », affirme Ève Guillaume, directrice d’un Ehpad à Saint-Ouen.

« Ils arrêtent de manger, de boire »

« Une de mes collègues, à qui je pense énormément, a eu un décès en nuit. Elle s’est confiée à moi… elle a l’image de cette personne, le regard de cette personne. Elle l’a au quotidien devant elle… Les yeux de la peur. Un regard de peur parce que la résidente savait qu’elle allait partir », décrit Catherine Drui, aide-soignante en Ehpad.

Car en plus du Covid-19, le confinement et l’isolement fragilisent les personnes âgées. « C’est compliqué de pouvoir s’occuper des résidents comme on le fait d’habitude. C’est surtout la présence des soignants qui manquent aux résidents. Concrètement, ils arrêtent de manger, de boire. On est obligés de les faire boire avec des subterfuges, comme de l’eau gélifiée, ou des seringues », poursuit Catherine Drui. Pour lutter contre cet isolement, le ministre de la Santé a annoncé la mise en place d’un droit de visite.

22/04/2020 17:32
  • 5.2M
  • 4.7K
Brut - Le livre

2194 commentaires

  • Marie D.
    26/08/2020 18:29

    Respect madame et courage

  • Jacqueline L.
    02/08/2020 07:10

    Pourris Veran.. Tu n'est qu'un monstre vis à vis des personnes âgées et ton macron.. C'est une honte 🤮🤮🤮🤮🤮

  • Aurelie T.
    31/07/2020 16:36

    Un seule mot (honte) a ce gouvernement

  • Jaennette B.
    28/07/2020 18:56

    comme un animal comment pardonner ça. ? a cause de qui des saloperies pareilles ,?0n ne pourra jamais pardonner !

  • Nuria A.
    26/07/2020 23:26

    L euthanasie des personnes âgés faudra construire un memoriale avec les noms ages et ceux qui ont été tués par des délinquants et ceux qui ont été tués en mission puis ceux du Bataclan et ebdos Charlie etc....

  • Margarette D.
    21/07/2020 17:28

    Honteux au gouvernement. Soutien au personnelles soignants dans les Ehpad ❤❤

  • Murielle M.
    17/07/2020 18:55

    C’est tellement tellement ça... plus JAMAIS ces horreurs de guerre... 🤢😈😭😭😭

  • Yassmina D.
    10/07/2020 09:15

    Mais quelle honte à tous les gouvernants qui ont raconté d'odieux mensonges....en osant montrer leur têtes ( et je reste polie )tous les jours pour TENTER de rassurer .....🤮🤮🤮🤮🤮 les familles tout en sachant la vérité !!!!! Mais comment oser ????? Lorsque l'irrémédiable est déjà commis ???? Ça n'est pas parceque certains citoyens sont considérés comme n'étant RIEN ...qu'ils sont forcément des idiots ... De plus , il semblerait que les séjours dans ces établissements "coûtent un pognon de dingue " aux familles??????????? Pas de ségrégation pour encaisser ?? Cependant.......tous mes respects aux soignants et personnels de tous niveaux qui eux n'ont pû malheureusement que subir 😰😰😰😰 ces directives impardonnables

  • Viviane L.
    20/06/2020 06:25

    Oui et à ce jour de fin juin toujours pas de possibilité de voir nos parents qu'une demi heure par mois Qu''attend on alors que tout le monde reprend une vie à peu près normale Des paroles et toujours pas d'acte Il y a le covid on nous dit qu'il va falloir vivre avec mais les anciens si on attend un vaccin, ils ont le temps de mourir sans leur proche et nous sans les revoir Pourquoi les directeurs d'ehpad n'écoutent pas le gouvernement je sais il y a manque de personnel ils ont peur pour leur établissement mais les anciens n'y sont pour rien et ils paient cher le manque d'humanité et leur famille aussi. Ll'amour le vrai pas dans le déni covid devrait faire parti du, protocole des ehpad_'

  • Colette B.
    19/06/2020 11:42

    Oh la affreux. Honneur à vous

  • Jean M.
    18/06/2020 21:39

    La 6e puissance mondiale à des respecter ses mort la 6e puissance mondiale mettra un genou à terre un jour ou l'autre on ne des respecte pas ses mort faire des économies sur nos morts pour le donner à des oligarques voici la dernière moral de la France en marche j'espère que dans ma famille plus personne ne votera Macron

  • Marianne M.
    17/06/2020 17:52

    Bref , ont les a laissé mourir .

  • Denise F.
    15/06/2020 09:39

    Vous méritez une médaille et plus merci je vous admire

  • Odette B.
    13/06/2020 12:43

    Ne jamais oublier....

  • Julie J.
    13/06/2020 08:26

    Et personne ne rendra des comptes sur le manque de masque, surblouse, médoc, .... Que ce soit les dirigeants voleurs de ces structures privées ou du gouvernement. Et le refus d'hospitaliser, messieurs dames les ministres en toc, c'est cruel, inhumain, même pas pour soulager ces pauvres gens. Comme ils ne se plaignent pas, ils sont oubliés, ils manifestent pas, ils lancent pas des œufs sur la boutique Hermès des champs elysees, alors on les écoute pas.

  • Claudine L.
    07/06/2020 15:35

    je m'adresse pas aux personnels mais aux dirigeants les gros patrons !!!

  • Fee T.
    06/06/2020 13:11

    Génocide, des vieux morts de toute maladie qui pouvaient étre sauvés mais que la médecins ont laissé mourir après qu'ils aient payé une secu, des impôts toute leur vie pour mourir abandonnée d'une société et génération féroces.

  • Yanick J.
    06/06/2020 12:05

    Savez vous qu il existe un moyen simple et amusant de gagnez en pouvoir d achat à moyen court termes ? Il y a un vieux proverbes qui dit : Tu ne feras jamais seul ceux que les autres font ensemble. https://www.facebook.com/groups/547819452629552/

  • Marylou D.
    05/06/2020 18:59

    ,onts a laissé mourrir nos vieux la voilà la vérité.

  • Hamada S.
    05/06/2020 11:31

    F

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.