La République démocratique du Congo face au Covid-19

Alors qu'elle lutte déjà contre des épidémies de malaria, de polio et de rougeole, la RDC doit désormais faire face au coronavirus. Unicef France et Médecins sans frontières alertent sur cette situation dramatique.

En RDC, on affronte le Covid-19 en même temps que la rougeole, la malaria et le choléra

L’apparition du Covid-19 risque de désorganiser totalement les centres de santé, alertent les autorités sanitaires sur place.

« Nous avons fait face à Ebola et nous avons vaincu Ebola, mais dès que cela s’est terminé, le Covid-19 est entré en jeu. Ce n'est pas bon. Nous, les Congolais, nous avons peur de cette maladie et de la mort », confie Donatien Bokonda, habitant de Kinshasa. Depuis l’apparition de l’épidémie de Covid-19, le système de santé de son pays, la République démocratique du Congo (RDC), est saturé.

La rougeole a tué plus de 6.000 enfants en une année, la malaria 17.000

La RDC lutte en effet contre plusieurs épidémies en même temps et contre des pics de maladies saisonnières, comme le paludisme et le choléra. « On a beaucoup de cas de choléra puisque les conditions d’hygiène ne sont pas bonnes », témoigne Mathieu Boaz Luvamuabo, infirmier.

Édouard Beigbeder, représentant de l’Unicef en RDC, confirme. « D’un côté, on a la très, très bonne nouvelle de la fin d’Ebola. Et en même temps, on a l’apparition du Covid-19 qui va s’ajouter à d’autres épidémies, dont une épidémie de rougeole qui a tué plus de 6.000 enfants en une année, une épidémie de malaria avec plus de 17.000 enfants morts au cours de l’année, et une épidémie de polio. C’est une situation dramatique dans le sens où le Covid-19 risque de désorganiser totalement les centres de santé. »

Depuis le 10 mars, 183 cas de Covid-19 notifiés et 18 personnes décédées

Pour des raisons sanitaires et géographiques, mais aussi en raison des conflits qui ont fait près d’un million de déplacés dans des camps, la RDC est l’un des pays les plus exposés aux maladies mortelles. Et si l’État est en train de gagner son combat contre Ebola, les cas de Covid-19 se multiplient. Officiellement, 183 cas ont été notifiés et 18 personnes en sont mortes depuis le 10 mars.

« 5 provinces sur les 26 que compte le territoire sont actuellement touchées. Les autorités sont en train de réactiver les mécanismes de gestion d’épidémie d’Ebola », détaille Bérengère Guais, coordinatrice d'urgence de Médecins sans frontières en RDC. Toutefois, cela risque de ne pas suffire, prévient la coordinatrice : « Ces structures n’ont pas l’équipement nécessaire pour permettre une prise en charge des cas sévères et critiques, à savoir les équipements biomédicaux qui peuvent délivrer de l’oxygène ou mettre en place une ventilation invasive. »

Peu de matériel et de personnel formé

À titre d’exemple, dans la ville de Goma, qui compte deux millions d’habitants dont trois quarts ont été testés positifs au Covid-19, seuls cinq respirateurs sont disponibles, et très peu de soignants sont formés en anesthésie et en réanimation.

De plus, en RDC, le confinement général n’a pas été décrété. Une telle mesure semble en effet peu envisageable, car la grande majorité des habitants vivent d’activités journalières. Par ailleurs, les autorités sont dans l’incapacité de créer des stocks de nourriture pour plusieurs semaines. Enfin, la promiscuité dans les grandes villes urbaines comme Goma ou Kinshasa, ou celle des camps de déplacés, rend l’application des mesures de distanciation sociale et des gestes barrières très compliquée.

avatar
Brut.
9 avril 2020 21:13