retour

La Tanzanie combat le Covid avec des prières et refuse les vaccins

Le gouvernement de ce pays affirme avoir éliminé le Covid grâce aux prières et refuse les vaccins. Pendant ce temps-là, en Tanzanie…

En Tanzanie, prier plutôt que vacciner pour guérir du Covid-19

Dans ce pays d’Afrique australe aux 56 millions d’habitants, le gouvernement affirme avoir éliminé le Covid-19 grâce aux prières et refuse les vaccins. Une stratégie qui est loin de faire consensus tant dans le pays qu’à l’international.

“Je ne vois pas une seule personne porter un masque, parce que Dieu a travaillé.”

Par la manière qu’elle a de gérer la crise sanitaire, la Tanzanie fait figure d’exception parmi les États du continent africain. Son président, John Magufuli, affirme que le Covid-19 n’existe plus dans son pays. Il explique : “Je ne vois pas une seule personne porter un masque, parce que Dieu a travaillé.” Au lieu d’organiser une campagne de tests et de vaccination, le gouvernement préconise à sa population d’effectuer des thérapies à la vapeur, en plus des prières.

Des chiffres de contaminations gardés secrets

Depuis avril 2020 et après trois journées nationales de prières, le gouvernement a pris la décision de ne plus communiquer les statistiques sur les contaminations au Covid-19. À ce jour, aucune campagne de dépistage n’a été réalisée dans le pays. De plus, aucun médecin n’a souhaité répondre aux questions de Brut.

“Vous savez, c’est une pneumonie… quelque chose n’est pas normal.”

Par ailleurs, ce choix politique n’est pas sans conséquences. Farida Saidi, blogueuse d’origine tanzanienne, a récemment perdu plusieurs de ses proches. Comme Farida, l'Église catholique ainsi que l’Ordre des avocats réclament au gouvernement qu’il prenne des mesures contre la propagation du virus. Une stratégie vivement critiquée à l’internationale

L’Organisation Mondiale de la Santé a demandé à plusieurs reprises aux autorités tanzaniennes de prendre des mesures de santé publique contre le Covid-19 et à se préparer à la vaccination. Mais la Tanzanie a refusé d’adhérer à son dispositif “Covax”, visant à donner accès aux vaccins pour les pays les plus démunis. Le Centre africain de Contrôle et de Prévention des Maladies a également appelé le Président de la Tanzanie à agir.

03/03/2021 19:51
  • 660K
  • 984

778 commentaires

  • Thierry C.
    29/07/2021 23:37

    Trop sympa le covid 😁😁😁

  • Quadir v.
    28/07/2021 20:18

    Putains mais vous en avez pas marre de rabâcher qu'il faut se vacciner !!! On n'eut veut pas d'injecter cette merde ! Et vous en avez pas marre de rabaisser toutes les autres solutions !!! À non ses vrais vous êtes des bon petits toutou à la bottes des laboratoires pharmaceutique !

  • Tobias W.
    08/07/2021 17:02

    bien ca

  • Bernard S.
    28/06/2021 13:55

    ??????????????

  • Salama K.
    25/03/2021 21:37

    Et Oui pauvre pays , by by Magufuri 😀

  • Nurse F.
    18/03/2021 17:40

    Fle

  • BigRed R.
    18/03/2021 17:24

    LA TANZANIE À BIEN RAISON DE NE PAS ACCEPTER LEUR VACCIN ET DE TROUVER D'AUTRES MOYEN DE CE SOIGNER! QUAND ON VOIT DANS LE PASSÉ LES EXPÉRIENCES QU'ILS ONT FAIT EN AFRIQUE AVEC LE SIDA, C'EST PARFAITEMENT COMPRÉHENSIBLE!

  • Idir M.
    18/03/2021 01:22

    lol https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20210317-le-pr%C3%A9sident-de-la-tanzanie-john-magufuli-est-mort-%C3%A0-l-%C3%A2ge-de-61-ans-t%C3%A9l%C3%A9vision-d-%C3%A9tat

  • Arthur P.
    15/03/2021 17:20

    ⚠️

  • Zozo L.
    11/03/2021 03:12

    En attendant ils ne portent pas de masque, vivent normalement et n'en meurt pas ?? La grippe parisienne fait la laisser aux Parisiens d'ailleurs ils viennent beaucoup y prendre un bol d'air pour se recharger et font la fête sans modération...

  • Wilfried C.
    10/03/2021 19:57

    Nous n'avons aucune leçon à leur donner !

  • Marche V.
    10/03/2021 19:30

    Bravo à ce pays qui tient tête au nouvel ordre mondial 💪

  • Sani L.
    10/03/2021 13:20

    Europe est envoi de 5G l'Afrique est déjà sur 20G large difference💪✌️

  • Chris V.
    10/03/2021 11:42

    Je suis athée, mais ils n'ont pas privé leur peuple de liberté et de contacts sociaux...👍👍👍

  • Zokou J.
    10/03/2021 02:50

    Arrêtez de prendre les africains pour des idiots . Cest la vidéo d'un entraînement militaire a la résistance au gaz lacrymogène .

  • Petrescu F.
    09/03/2021 21:32

    C'est beau la prière, mais faut agir🤣

  • Yvette L.
    09/03/2021 17:39

    Voilà un vrais président de la republique, bravoooo!!!!👏👏👏👏

  • O'Rice M.
    09/03/2021 17:05

    Pov colonisés...triste

  • Hans K.
    09/03/2021 16:43

    Il me semble qu'en début de la pandemie, ce président avait comme tous ces collègues fermer ses frontières et appliquer les recommandations de l'OMS. Puis pendant la campagne de Test, il affirmé avoir fait testé des échantillons de papayes et d'autres fruit. Surprise !!! Les résultats sont revenus positifs. LA PAPAYE QUI CONTRACTE LA COVID... C'est certainement cette anomalie qui l'a conduit à mener cette politique. Mais ça bien sûr BRUT à omis de le mentionner. Si vous connaissez des Tanzaniens, taggez-les. La COVID c'est réel c'est sûr mais les événements qui se sont déroulés dans son pays sont bizarres.

  • Julia D.
    09/03/2021 14:09

    Le PDG de Pfizer admet qu’Israël est le laboratoire du monde Publié le : lundi 1er mars 2021 Auteur(s) : Gilad Atzmon Mots-clés : Israël; Politique; Santé; Science; Sécurité Source : plumenclume.org Si les Israéliens sont perturbés par le fait que leur gouvernement les traite comme des animaux de laboratoire, s’ils se demandent pourquoi leur liberté de voyager, de se socialiser ou même de gagner leur vie s’est évaporée, le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a donné hier une véritable réponse. Dans une interview sur NBC, Bourla a déclaré : « Je crois qu’Israël est devenu le laboratoire du monde en ce moment parce qu’ils n’utilisent que notre vaccin dans cet État et qu’ils ont vacciné une très grande partie de leur population, de sorte que nous pouvons étudier à la fois les indices économiques et sanitaires. » Je n’ai aucun problème avec les expériences médicales impliquant des humains si les participants sont pleinement conscients de toutes les circonstances et considérations possibles liées à leur consentement. Ce n’est pas ce qu’il s’est passé en Israël. Au moyen de « passeports verts », le gouvernement menace pratiquement de pénaliser toute personne réticente à participer à une expérience de « laboratoire » pour une société pharmaceutique géante dont le bilan est très problématique. Les résultats de cette expérience Pfizer-Israël ne sont pas nécessairement encourageants. Bien qu’il soit possible, comme le suggèrent certaines études, que la plupart des personnes vaccinées bénéficient au moins d’une protection à court terme contre le Covid-19, personne ne peut nier le fait étonnant qu’en seulement 8 semaines de vaccination de masse, le nombre total de décès dus au Covid-19 dans l’État juif a presque doublé par rapport au nombre accumulé au cours des dix mois précédents. Depuis qu’Israël s’est transformé en une nation de cobayes, un virus qui s’attaquait autrefois aux personnes âgées et à celles souffrant de graves problèmes de santé a maintenant complètement changé de nature. Après seulement deux mois d’une campagne de vaccination de masse « réussie », 76 % des nouveaux cas de Covid-19 ont moins de 39 ans. Seuls 5,5 % ont plus de 60 ans. 40 % des patients en phase critique ont moins de 60 ans. Le pays a également détecté une forte augmentation des cas de Covid-19 chez les femmes enceintes, dont plus de quelques-unes sont dans un état critique. Au cours des dernières semaines, le nombre de nouveaux-nés atteints de Covid-19 a connu une forte hausse de 1300 % (de 400 cas chez les enfants de moins de deux ans le 20 novembre à 5800 en février 2021). Les données recueillies en Israël indiquent une étroite corrélation entre la vaccination de masse, les cas et les décès. Cette corrélation indique la possibilité que ce soient les vaccinés qui aient effectivement propagé le virus ou même une série de mutants qui sont responsables du changement radical des symptômes ci-dessus. Lorsque le PDG de NBC a demandé à Bourla si l’on pouvait infecter d’autres personnes après avoir reçu deux doses du vaccin, Bourla a admis : « C’est quelque chose qui doit être confirmé, et les données du monde réel que nous recevons d’Israël et d’autres études nous aideront à mieux comprendre cela. » Si le PDG Bourla n’est pas sûr que son « vaccin » empêche la propagation de la maladie, pourquoi le vend-il dans le monde entier ? Pourquoi un gouvernement devrait-il autoriser l’utilisation de cette substance tant que toutes les précautions nécessaires n’ont pas été prises ? En outre, à la lumière de la crainte croissante que les personnes vaccinées puissent propager la maladie (ce que le PDG Bourla ne nie pas), que signifie le « passeport vert » ? Je suppose qu’un tel document pourrait facilement être remplacé par un « certificat de crédulité » délivré à ceux qui ont été assez stupides pour capituler. Mais Bourla n’a pas à attendre longtemps les « résultats » de son « laboratoire ». Je peux lui fournir les chiffres les plus pertinents en supposant que lui-même ou toute autre personne de Pfizer puisse lire les graphiques de base. Chaque pays qui est tombé dans le piège de la vaccination de masse a connu un pic similaire sans précédent de cas et de décès. Les graphiques suivants mettent en évidence la corrélation indéniable entre la vaccination de masse et une augmentation exponentielle du nombre de cas et de décès liés à la maladie de Covid-19. Le pic de cas est souvent détecté seulement 2 à 3 jours après le lancement de la campagne de vaccination de masse. Au moment où Israël s’est fait vacciner, il assistait à une forte augmentation exponentielle de la morbidité et de la mortalité. La Palestine, qui est pourtant littéralement le même pays, a vu son nombre de cas et de décès chuter. Bourla et le Premier ministre Netanyahou devraient faire un effort intellectuel et nous expliquer comment il est possible qu’à Gaza, une prison à ciel ouvert et l’un des territoires les plus densément peuplés de la planète, le nombre de cas de Covid-19 soit minime, et ce sans « vaccin ». Mais la Palestine n’est pas seule, car la situation en Jordanie est similaire. Alors qu’Israël a vu ses chiffres de décès de Covid-19 crever le plafond, les décès de Covid-19 en Jordanie à partir de la mi-novembre ressemblent à une pente glissante. La Grande-Bretagne a vécu une expérience tragique similaire, sinon identique. Elle a lancé une campagne de vaccination de masse le 7 décembre, juste pour voir son nombre de cas et de décès de Covid-19 augmenter comme jamais auparavant. À l’époque, la Grande-Bretagne a vu son NHS s’effondrer, tandis que les voisins du royaume, qui tardaient à prendre une décision en matière de vaccination, voyaient leur nombre de cas de Covid-19 chuter rapidement. Diminution des cas et des décès dans la même période (Belgique, Pays-Bas, France) : Je ne suis évidemment pas le seul à constater que quelque chose a dramatiquement mal tourné en Israël. Un groupe de chercheurs dissidents, qui ont examiné les chiffres impliqués dans l’expérience israélienne actuelle de Pfizer a publié une étude détaillée il y a deux semaines. « Nous concluons, ont-ils écrit, que les vaccins Pfizer, pour les personnes âgées, ont tué pendant la période de vaccination de 5 semaines environ 40 fois plus de personnes que la maladie elle-même n’aurait tuées, et environ 260 fois plus de personnes que la maladie parmi la classe d’âge plus jeune. » En me basant sur l’expérience de « laboratoire » Pfizer-Israël, j’ai tiré la conclusion sarcastique suivante : si vous attrapez un coronavirus, vous pouvez mourir, mais si vous suivez la voie de Pfizer, non seulement vous avez 95 % de chances de survivre en plus des 99,98 % fournis par le Covid-19, mais vous pouvez aussi tuer d’autres personnes en cours de route. Gilad Atzmon

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.