retour

Le quotidien de Guénaëlle, agent des services hospitaliers

Guénaëlle s'occupe de l'entretien et de l'hygiène de l'hôpital d'Antony. Elle n'est pas soignante mais, chaque jour, elle aide à combattre l'épidémie. Elle raconte…

Guénaëlle, agente d’entretien à l’hôpital, raconte son quotidien

Les soignants ne sont pas les seuls à être directement concernés par le Covid-19. Les professionnels de l’hygiène, qui nettoient derrière eux, sont également très affectés.

Guénaëlle s’occupe de l’hygiène à l’hôpital d’Anthony : elle est agente d’entretien. Avec la crise du Covid-19, ses journées sont rallongées, et sa santé menacée. Tout comme les soignants. Mais à l’inverse du personnel médical, Guénaëlle n’a pas d’hommage tous les soirs à 20h. pour Brut, elle raconte.

« On nous met à côté »

« Au début, c’était un petit peu difficile de s’habituer avec l’organisation. Les gens, comment s’habiller… Mais maintenant, on a pris l’habitude », affirme Guénaëlle. Malgré ses efforts considérables, elle se sent quelque peu oubliée. « On nous met à côté. Moi, c’est ce que je ressens personnellement. Mes collègues aussi. Nous sommes invisibilisés », déplore l’agente d’entretien.

Le travail quotidien de Guénaëlle est physiquement et mentalement éreintant. « Il faut s’accrocher. C’est un travail super dur, comme le boulot d’infirmière et d’aide-soignante », assure-t-elle. Et pour cause : avec les mesures barrières, les procédures d’hygiène, sont beaucoup plus lourdes, et les tâches beaucoup plus nombreuses. « Il faut changer les poubelles, faire les poignées de portes, tout nettoyer, même les rampes. Tout ce qu’on touche, tout le temps. Il faut désinfecter. »

« S’il n’y a pas d’hygiène, le monde part en vrille »

À cela s’ajoute la crainte d’être contaminée par le Covid-19, et de transmettre le virus à sa famille. « On est en plein dedans. On a peur de l’avoir. Pour la famille aussi, parce qu’on a des enfants, des maris aussi. C’est la crainte de ramener le virus à la maison et que ça ne s’arrête jamais, de contaminer d’autres personnes parce qu’on prend les transports… » développe Guénaëlle.

Pourtant, elle le rappelle, elle ne peut pas s’arrêter de travailler, puisque son métier est essentiel à la société. « S’il n’y a pas d’hygiène sur cette Terre, comment sera le monde ? », se demande Guénaëlle. « S’il n’y a pas d’hygiène, le monde part en vrille. Voilà. »

20/04/2020 06:31
  • 1.1M
  • 1.9K

0 commentaire