Le témoignage d'une urgentiste en grève

"On ne peut pas s'occuper des gens comme on le voudrait." Manque de moyens, manque de personnel, toujours plus de patients… Cette médecin urgentiste raconte les raisons de la grève illimitée que traversent depuis plusieurs semaines les services d'urgences des hôpitaux.

Une urgentiste dénonce les conditions de travail à l'AP-HP

*Les services d'accueil des urgences des hopitaux parisiens (AP-HP) sont en grève depuis plusieurs semaines pour dénoncer leurs conditions de travail. Ils étaient nombreux dans la rue ce 4 mai dernier à Paris. Une urgentiste explique devant la caméra de Brut pourquoi c'était important pour elle de manifester. *

Des milliers de personnes manifestaient dans les rues de Paris ce samedi 4 mai dernier. Parmi elles, une jeune urgentiste. Elle travaille aux urgences depuis 9 ans. La jeune femme a raconté à Brut la grève illimitée que traverse l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP)…

Le manque de moyens et le manque de personnel dans des hôpitaux qui doivent accueillir de plus en plus de patients est au cœur des revendications des urgentistes. La jeune médecin exprime sa frustration : "On ne peut pas s'occuper des gens comme on le voudrait et si on fait ce travail-là, c'est parce qu'on aime les gens. Peut-être encore plus aux urgences.". La dureté des conditions de travail au sein des AP-HP est aussi décrite par l'urgentiste : "On se fait cracher dessus, on se fait jetter de l'urine". Les burn-out et même les suicides sont nombreux au sein des services d'urgences parisiens (AP-HP). À l'hôpital Tenon, ou travaille la jeune femme, il y en a eu plusieurs : "On a tous eu des collègues qui ont été touchés par ça".

Plus de moyens pour plus de sécurité, ainsi qu'une rémunération plus juste au vu de ces conditions de travail particulièrement éprouvantes, c'est ce que demande cette médecin pour tous les employés des services d'accueil des urgences des hopitaux parisiens (AP-HP) afin de pouvoir traiter les patients de manière directe et digne.

avatar
Brut.
7 mai 2019 17:27