Les chaussettes orphelines, un an après

Il y a un an, Márcia de Carvahlo présentait sur Brut son concept de recyclage de chaussettes orphelines pour faire de nouvelles chaussettes, des pulls, des chapeaux… Depuis, beaucoup de choses ont changé. Voilà où elle en est.

Les Chaussettes orphelines : un an après

Il y a un an, Marcia de Carvahlo présentait en vidéo son concept de recyclage de chaussettes orphelines pour faire de nouvelles chaussettes, des pulls, des chapeaux… Brut l’a retrouvée.

« Depuis l’année dernière, on a multiplié par deux les collectes des chaussettes. On était à une tonne, on est à deux tonnes. Et ça, c’est beaucoup grâce à la vidéo de Brut. Les gens ont eu envie de nous envoyer des chaussettes, mais aussi de consommer les nouvelles chaussettes », se réjouit Marcia de Carvahlo. Il y a un an, cette entrepreneuse présentait en vidéo son concept de recyclage de chaussettes orphelines pour faire de nouvelles chaussettes, des pulls, des chapeaux… Brut l’a retrouvée

Un tissu fait avec les chaussettes recyclées

Depuis, beaucoup de choses ont changé. « Nous avons le bonheur de travailler avec des artisans et des couturiers du quartier. C’est génial, parce que l’année dernière, on travaillait avec ces artisans dans un tout petit atelier. Regardez la taille de cette coopérative immense, avec beaucoup de matériel, avec beaucoup de personnes, dont une partie travaille avec des contrats d’insertion professionnelle », s’exclame Marcia de Carvahlo.

Au début de l’aventure, l’atelier fabriquait uniquement de la maille, du tricot. Aujourd’hui, les employés sont en mesure avec de transformer les chaussettes en fil et de tisser. « Nous avons un tissu fait avec les chaussettes recyclées. Avec ce tissu, on peut faire un beau sac », explique Marcia de Carvahlo. Une technique très peu polluante.

« Nous commençons à travailler avec des personnes en situation de handicap »

Et les changements ne s’arrêtent pas là ! Marcia développe en effet d’autres projets. « L’année dernière, on travaillait déjà avec des personnes en insertion professionnelle. Maintenant, nous commençons à travailler avec des personnes en situation de handicap. On va aller faire une formation avec eux », indique fièrement l’entrepreneuse.

Chaussettes orphelines a par ailleurs, en quelque sorte, bénéficié de la crise sanitaire. « Pendant le Covid-19, c’était assez touchant parce qu’on voyait que les gens voulaient soutenir. Ils étaient touchés par tout ce qu’on peut faire dans le quotidien et pour changer la donne. Les gens ont acheté en ligne. On a lancé quelques appels pour qu’on nous soutienne. Et on a eu comme réponse favorable, plus d’achat. »

avatar
Brut.