retour

Les "marcheurs" de l'hôpital

"Même si on est dans l'ombre, on sait qu'on a une part de responsabilité." Transporteur, agente de liaison, éboueur… Toute la journée, Thibault, Christiane et Florian parcourent les couloirs de l'hôpital de Villeneuve-Saint-Georges. Leur quotidien, c'est ça.

Métiers oubliés de l’hôpital : agents de liaison, agents de salubrité et transporteurs

Brut a rencontré Christiane, Thibault et Florian, qui nous expliquent leur métier, indispensable au bon fonctionnement de l’hôpital.

Christiane est agente de liaison. Au quotidien, elle vient chercher les bilans médicaux et les dépose en laboratoire. Florian est agent de salubrité. C’est lui qui s’occupe des déchets infectieux, hautement dangereux. Thibault, enfin, est transporteur. À l’hôpital, il amène les équipements indispensables aux soignants : blouses, charlottes… Sans eux, aucun établissement ne pourrait fonctionner correctement. Pour Brut, ils racontent leur métier.

Christiane Shakespeare, agente de liaison

« Je suis agente de liaison, je dois récupérer les bilans. Les bilans, c’est tout ce qui est prise de sang, qu’on emmène au labo et puis je vais en pharmacie aussi, récupérer des médicaments qui sont contenus au frigo », résume Christiane. Son métier, elle le fait pour le patient avant tout : plus vite elle récupèrera le bilan, plus vite le patient aura les résultats.

Après avoir récupéré les bilans à l’hôpital, Christiane les amène au laboratoire, où elle « dispatche les différents examens », puis se rend à la pharmacie pour ramener ma pochette. Depuis la crise du Covid-19, l’agente de liaison constate une plus grande reconnaissance de la part des Français. « Maintenant, on nous prend plus en compassion. On a l’impression d’être plus soutenus. Alors qu’au quotidien, tous les jours, on fait la même chose », note-t-elle.

Christiane espère que cette reconnaissance perdurera au-delà de l’épidémie de Covid-19. « Les patients se rendent compte du métier qu’on fait. Peut-être que maintenant, il y aura moins de bobologie. Peut-être aussi qu’on sera plus valorisés dans la mesure où les gens se diront : “Heureusement qu’ils sont là pour nettoyer, pour nous emmener nos bilans, etc.” »

Florian Biron, agent de salubrité

Sans Florian, l’environnement de l’hôpital serait hautement pathogène. Et pour cause : c’est lui qui se débarrasse des déchets infectieux. Surtout en cette période. « Avec le Covid-19, ce qui a changé, c’est la production de déchets. On était à 10 tonnes au mois de mars, au mois d’avril, on est à quasiment 20 tonnes. »

« Avant, les déchets infectieux pouvaient rester 48 heures dans les poubelles jaunes. Aujourd’hui, on les change tous les jours pour éviter la surfinfection », ajoute l’agent de salubrité. Après avoir vidé les poubelles, Florian les désinfecte pour éviter que les soignants et les patients attrapent le virus.

Florian admet être un peu plus anxieux que d’ordinaire en cette période d’épidémie. « Il y a quand même un petit stress. Mais comme on est tous les jours en contact des déchets infectieux, on prend quand même l’habitude », relativise le jeune homme. Un stress partagé par sa famille et ses proches. « Ma grand-mère m’appelle quasiment tous les deux jours, histoire de savoir si je ne suis pas malade, si tout va bien, si j’ai de quoi me protéger. »

Thibault Celestin, transporteur

Les charlottes, les blouses, les tabliers de protection ou les masques FFP2, c’est Thibault qui les achemine vers les soignants. « Si on ne leur livrait pas tout le matériel, il faudrait qu’ils descendent, et ils seraient moins auprès des patients pour sauver des vies. » Thibault laisse matériel dans des postes accessibles aux soignants ou dans les bureaux des cadres, fermés à clé.

Depuis le début de l’épidémie, le métier de Thibault est encore plus difficile que d’habitude. Dès que les soignants rentrent dans la chambre d’un patient Covid-19, ils doivent changer la blouse pour éviter toute contamination. Ils doivent également jeter leur masque une fois qu’ils l’ont enlevé, et ils mettent plus de gants.

« On le voit aux infos mais quand on le voit en vrai, qu’on sait qu’il y a tant de personnes qui arrivent, qu’on voit les services se remplir de Covid-19, c’est compliqué. Moi, ça ne m’a pas spécialement stressé, mais c’est plus pour mes proches, ou quoi. De l’attraper à l’hôpital et le ramener à la maison… », confie Thibault.

19/05/2020 06:31
  • 731.6K
  • 233

196 commentaires

  • Sylvie V.
    15/11/2020 20:07

    Penses pour cette jeune femme qui transporte les examens j'aimerais faire Cie elle et les équipes logistiques des hôpitaux ❤️❤️❤️

  • Sylvie A.
    28/10/2020 12:19

    Bravo à vous aussi courageux. 💗💗

  • Carmen M.
    15/10/2020 16:46

    Bravo a tous

  • Nad L.
    15/10/2020 10:52

    ces dommage que les primes soit pas divisé par tous ceux qui travail dans un hôpital, sans eux l'hôpital fonctionnerait pas 😔

  • Suzanne P.
    14/10/2020 04:24

    L'hopital est comme une ruche il y a pas mal de metiers mais tous sont indispensables a la chaine des soins. Ces travailleurs la sont de tres grands sportifs leurs fitnes quotidien souvent a rythme assez soutenu 10 a 12 km de marche...ils sont firmidables tous et toutes Merci et bravo . C'est du travail et au moins il n'y a pas trop de chomage dans les metiers lies a la sante (il n'y a pas de sots metiers il n'y a que de sotes gens)

  • Mariam J.
    09/10/2020 07:36

    Bravo👌👏👏

  • Christel A.
    08/10/2020 05:00

    Arrêtez de mentir !! Les chiffres que donnent les virologues sont ceux d'une simple grippe !! Ça suffit maintenant le scénario de la peur de mourir vous étes tous démasqués !!

  • Jean R.
    05/10/2020 15:17

    Manu est de formation banquier. L'objectif d'un banquier est de faire du chiffre. Il faut se débarraser de ce qui n'est pas rentable. Les hôpitaux coûtent de l'argent à l'état, ça demande trop d'investissement pour être rentable. Le gouvernement préfère céder les hôpitaux aux fonds de pensions ou des investisseurs privés. Ce fut le cas pour les autoroutes. Pour éviter de grosses dépenses à l'entretien, l'état a préféré céder la gestion à Vinci, Eiffage et Abertis. Il le regrette amèrement. C'est aussi le cas pour l'entretien du réseau ferroviaire, aéroports, électricité, etc....

  • Manu D.
    28/09/2020 23:13

    Dire à macron de venire travaille tout les jour comme ça et pas reste dans un palais ce fils de ...

  • Christiane F.
    27/09/2020 20:40

    Bravo à tous ces un vrai travail d'équipe

  • Meh M.
    27/09/2020 06:05

    Le mec pousse les poubelle remplies de déchets infectieux avec un simple masque chirurgicale sur le nez ...... Pauvre homme

  • Ghislaine C.
    23/09/2020 08:28

    voilà ce qu'on parler hier

  • Sébastien L.
    19/09/2020 10:10

    Bravo pour leur travail. 👏👏👏

  • Damien T.
    18/09/2020 07:52

    c’est où tu travail

  • Tahina L.
    16/09/2020 04:44

    Travailleur de l’ombre , car ont parle toujours des médecins et infirmières mais vous jamais

  • Florian C.
    13/09/2020 16:04

    ca vaut oas la croix rousse niveau orga 😂😉

  • Jeanluc V.
    13/09/2020 06:16

    Je suis très fier de voir ces personnes qui font leur travail avec plaisir

  • Rach R.
    11/09/2020 12:26

    Respect ✌️👍

  • Lilia C.
    08/09/2020 15:48

    Je tiens personnellement à les remercier, car ils travaillent vraiment dans l'ombre, mais je sais que sans eux tout ne marchera pas normalement. Merci à vous de donner tout votre coeur.

  • Maryse M.
    08/09/2020 11:46

    Extraordinaire bravo a tous

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.