retour

Livreur, il aurait préféré être confiné : Hamza témoigne

"On n'a pas le choix. Si demain on va pas travailler, on n'aura pas d'argent pour nourrir notre famille."

Covid-19 : le quotidien d’un livreur Deliveroo pendant le confinement

Par crainte de n’être indemnisé ni par Deliveroo, ni par l’État, Hamza a décidé de poursuivre son activité.

« J’aurais aimé écouter le président de la République et être confiné avec ma femme, qui est enceinte. Malheureusement, je ne peux pas. Bien sûr qu’on est en première ligne, mais personne ne parle de nous. On est des livreurs, de pauvres livreurs qui se font exploiter depuis fin juillet. » Hamza est livreur Deliveroo. Depuis le début du confinement dû à la pandémie de Covid-19, il continue le service. Mais ce n’est pas par choix.

« Dans une période de confinement, personne ne devrait être dehors »

« J’ai envie de te dire, on a l’habitude de se faire exploiter. Dans une période de confinement comme celle-là, personne ne devrait être dehors. Mais nous, on n’a pas le choix. Si demain, on ne va pas travailler, on ne va rien manger du tout. Ça veut dire qu’on n’aura pas d’argent pour nourrir notre famille », poursuit Hamza.

En effet, les entreprises de livraison n’indemnisent pas les livreurs qui souhaitent suspendre leur activité. Certaines entreprises comme UberEats indemnisent uniquement les personnes contaminées par le Covid-19.

« C’est pour le loisir, le plaisir des gens »

Par crainte de n’être indemnisé ni par Deliveroo, ni par l’État, Hamza a décidé de poursuivre son activité. « Je ne vais pas vous mentir, c’est un service récréatif. Ça veut dire que tu n’es pas dans la nécessité d’avoir un burger ou une pizza livrée par des livreurs, par nous, les pauvres livreurs de Deliveroo ou de chez Uber. C’est pour le loisir, le plaisir des gens, pour qu’ils vivent mieux leur confinement. Nous, on est là pour eux. »

Depuis juillet 2019, les livreurs dénoncent un changement de tarification et une baisse de leurs revenus. Hamza acquiesce : « Cette commande-là, à l’époque, elle était payée minimum 10 euros. Là, tu vas juste à Rue d’Anjou pour 7,35 euros. Ils cassent les prix ! On reste positif. On n’a pas le choix.

21/03/2020 09:59
  • 7M
  • 2.9K

5 commentaires

  • Isadora Guriec
    23/03/2020 14:06

    C’est triste le pauvre

  • Zuper Hans
    23/03/2020 13:55

    Un autre abruti d'égoïste comme j'en croise tous les jours en tant que coursier à "vélo" : 1/ ce coursier a-t-il l'autorisation de livrer en scooter ? 99% des livreurs n'ont pas payé pour obtenir la licence. C'est de la concurrence déloyale envers ceux qui sont à vélo et se fatigue chaque jour pour quelques miettes restante. 2/ il critique les restaurants et les mesures prise mais lui-même ne respecte "absolument pas" ces mesures d'hygiène. À savoir que Über nous rembourse jusqu'à 25€ pour acheter du matériel...bref Ne😡😡😡

  • Rayan Tiguert
    23/03/2020 11:26

    utilisez ecosia https://www.ecosia.org

  • David Less cerisier
    23/03/2020 11:04

    Oui il veut une médaille an dy ! Il prend des risque pour des gens comme toi ! Imbéciles

  • Qtn R
    21/03/2020 18:25

    Je travaille dans un hypermarché, on doit faire deux fois plus de travail, la direction nous en demande toujours plus. Les clients ne sont pas mieux quand ils ne viennent juste pour une baguette de pain ou du charbon ou te hurlent dessus parce qu'il y a plus de Nutella. J'aimerais moi aussi être en vacances forcées et payé à 100%...

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.