Qui est Giorgia Meloni, leader d’extrême droite italienne ?

Retour sur le parcours de Giorgia Meloni, présidente du parti Fratelli d’Italia, qui vient de remporter les législatives en Italie.

Elle cofonde Fratelli d’Italia, un parti d’extrême droite qualifié de post-fasciste

Elle a derrière elle 45 ans d’extrême-droite quand elle remporte les élections législatives en Italie. Voici l’histoire de Giorgia Meloni. Elle a grandi dans un quartier populaire de Rome. Sa mère milite à l’extrême droite, son père est sympathisant communiste. Pendant son adolescence, ses parents se séparent, son père quitte le foyer familial. A 15 ans, elle milite au sein de l’Alliance nationale, qui succède au Mouvement social italien (MSI), un parti fondé par des partisans du dictateur fasciste Benito Mussolini dont le logo a inspiré le Front national. Elle 1996, elle a déclaré à la télévision : “Mussolini, c’était un bon politicien”. A 31 ans, Giorgia Meloni intègre le gouvernement de Silvio Berlusconi et devient ainsi la plus jeune ministre de l’histoire italienne. 2017 vs 2022 : Emmanuel Macron remercie ceux qui ont fait barrage à l'extrême droite

En 2012, elle cofonde Fratelli d’Italia, un parti d’extrême droite qui renoue avec l’héritage néofasciste. Elle est contre l’immigration, le mariage gay et veut limiter le droit à l’avortement. En 2021, elle refuse d’intégrer le gouvernement de coalition de Mario Draghi. Alors que son parti n’enregistre que 1,9% des voix en 2013, elle devient en quelques années la première force d’opposition. A l’international, elle condamne l’invasion de l’Ukraine et tente de rassurer les partenaires européens. Grâce à l’alliance de la droite, formée avec la ligue de Matteo Salvini et Forza Italia de Silvio Berlusconi, elle est donnée favorite pour remporter les élections générales et devenir la première femme à diriger l’Italie en tant que Première ministre. Après la Suède, l’Italie est le second pays d’Europe où l’extrême droite fait une percée historique. Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, et Mateusz Morawiecki, son homologue polonais, ont salué la victoire de Giorgia Meloni. L'Argentine légalise l'avortement, une décision historique en Amérique latine

avatar
Brut.