Qui sont les Proud Boys ?

Anti-féministes, anti-immigrés, composé à 100 % d'hommes… Voici les Proud Boys, le groupe d'extrême droite invité par Donald Trump à "se tenir prêt".

Les « Proud Boys » : qui sont-ils ?

Classé comme « groupe extrémiste » par le FBI, les Proud Boys constituent un groupe d’hommes pro-Trump, mais pas seulement. Ils sont aussi contre les féministes, les immigrés ou les manifestations Black Lives Matter.

Ils sont anti-féministes, anti-immigrés et pro-Trump : ce sont les Proud Boys, et ils sont reconnaissables à leurs polos Fred Perry noirs et jaunes. Le groupe est créé en 2006 à New York par un certain Gavin McInnes, l’ancien rédacteur en chef du magazine Vice. Il a co-fondé ce groupe en réponse à un sentiment « anti-occidental et anti-hommes ». Les Proud Boys sont aussi en faveur de la violence de rue contre les manifestants de gauche, voire l’encouragent.

Des hommes fiers

Joe Biggs, membre des Proud Boys résume ainsi l’esprit du groupe : « Nous sommes fiers d'être des chauvins occidentaux. Nous sommes fiers d'avoir créé le monde moderne, nous donnons du pouvoir à l'entrepreneur, nous vénérons la femme au foyer. Nous sommes très attachés au 1er amendement et nous voulons que chacun puisse dire ce qu'il veut, peu importe si c'est un peu fou. »

L’adhérent explique que leur mission principale était d’attirer l’attention nationale. Maintenant que ce niveau est atteint, ils sont fiers que l’on parle d’eux au niveau international. Sur Facebook, les groupes associés aux Proud Boys comptent plus de 6.000 membres aux États-Unis.

Suprémacistes et anti BLM

En 2017, Jason Kessier, membre du groupe, participe à l’organisation de Unite the Right, un rassemblement de suprémacistes blancs à Charlottesville, en Virginie. Il est « expulsé» du groupe après la mort de la manifestante Heather Heyer, survenue pendant l’événement.

En 2018, dix Proud Boys sont arrêtés à New York. Ils sont à l’origine d’une bagarre avec des manifestants de gauche devant un club républicain. En 2020, ils organisent plusieurs rassemblements contre les manifestations de Black Lives Matter. Ils en organisent notamment à Portland, où des manifestants anti-policiers et antiracistes défilent depuis la mort de George Floyd.

La réaction de Donald Trump

En septembre 2020, la marque britannique Fred Perry annonce l’arrêt de sa distribution de polos noirs et jaunes aux États-Unis et au Canada. À la fin de ce même mois, le Président Donald Trump prononce leur nom lors du premier débat présidentiel. Lorsqu’on lui demande s’il compte dénoncer les groupes de suprématie blanche, dont ce groupe, il répond : « Je ne sais pas qui sont les Proud Boys. Vous devrez me donner une définition, car je ne sais vraiment pas qui ils sont. Je peux seulement dire qu'ils doivent se retirer, laisser les forces de l'ordre faire leur travail. » Ces mots suffisent à faire la joie du groupe. Il s'en félicite d'ailleurs sur les réseaux sociaux.

avatar
Brut.