Réfugiée en Pologne, une mère ukrainienne témoigne

"On a eu cette occasion de partir et on a décidé de la saisir." Oksana a fui l'Ukraine pour la Pologne avec ses enfants, laissant sa famille derrière elle. Pour Brut, elle témoigne.

“C’est un tel choc que je n’ai pas de plan”

“Je suis Oksana. On est arrivés de Lviv. C'était long, et la route était dure” raconte la jeune femme rencontrée à la frontière avec la Pologne, où elle a été accueillie “chaleureusement” : “je suis stupéfaite”.

Oksana voyage avec ses enfants, âgés de 11 et 13 ans pour fuir la guerre en Ukraine : “Mon mari est resté à la maison. Même si on vient de Lviv, on est aussi menacés. On a eu cette occasion de partir et on a décidé de la saisir.” Lviv est une ville ukrainienne, située à 70 km de la frontière avec la Pologne.

Le reste de sa famille est resté en Ukraine : “Sont restés sur place mon mari, ma mère, mon père et mon frère qui est à Kyiv, où la situation est pire, et malheureusement, il ne peut pas venir à la maison à Lviv. Ma mère et mon père ont décidé de rester, ils ne veulent pas partir pour ne pas laisser mon frère.”

“Nous espérons que tout ceci finisse bientôt”

“Pour être honnête, c'est un tel choc que je n'ai pas de plan. On a quelques amis à la frontière avec l'Allemagne. (…) En réalité, vraiment, je veux juste dormir un peu. On n'a pas dormi depuis deux jours et, avant ça, on a eu une journée difficile aussi. C'était aussi dur de partir. J'ai envie de me reposer et demain, l'esprit plus clair, de réfléchir à la suite.”

“Mes enfants sont assez grands, ils ont compris la situation. On leur en a beaucoup parlé à l'école. (…) Ils ont été préparés. Même avant ça, on avait été un peu préparés. C'est bien sûr difficile parce qu'il y a leurs amis là-bas et que tout le monde part vers différents endroits. Nous espérons que tout ceci finisse bientôt, parce que vraiment, c'est difficile à accepter.”

A Kiev, Pierre, Français d’origine ukrainienne, a passé la nuit dans une station de métro transformée en abris anti-bombardements. Il témoigne pour Brut. Il justifie l’invasion russe de l’Ukraine par “un génocide” qui aurait été perpétré en Ukraine “sur les populations russophones” et présente les soldats russes comme des “libérateurs” : voici comment Vladimir Poutine utilise la rhétorique pour justifier l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Déclaration officielle de guerre par Vladimir Poutine, réponses du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, manifestations anti-guerre en Europe, notamment en France et en Allemagne, sanctions économiques et financières, retour sur ce qu’il s’est passé le premier jour de l’invasion russe en Ukraine.

avatar
Brut.
27 février 2022 19:17