Retour sur les 24 heures qui ont déstabilisé la Tunisie

En pleine crise sanitaire et après une journée de manifestation dans tout le pays, le président tunisien Kaïs Saïed a décidé de suspendre le Parlement et de limoger son Premier ministre. Retour sur les 24 heures qui ont fait vaciller le pouvoir en Tunisie...

Retour sur les 24 heures qui ont déstabilisé la Tunisie

En pleine crise sanitaire et après une journée de manifestation dans tout le pays, le président tunisien Kaïs Saïed a décidé de suspendre le Parlement et de limoger son Premier ministre. Retour sur les 24 heures qui ont fait vaciller le pouvoir en Tunisie…

Aux origines du soulèvement, un fort mécontentement social

Le 25 juillet dernier, jour de commémoration de la l’instauration de la République, les appels à manifester se multiplient sur les réseaux sociaux. Malgré les restrictions liées au Covid-19, des rassemblements réunissent des milliers de personnes dans l’ensemble des grandes villes du pays. Les manifestants dénoncent la mauvaise gestion des crises sanitaires et économiques par le gouvernement. En effet, la Tunisie connaît un des pires taux de mortalité due au Covid-19 dans le monde. En parallèle, le pays traverse de multiples crises : économique, sociale et politique.

Des événements qualifiés par le Président du Parlement de “coup d’État”

Dans la soirée, le Président active l’article 80 de la Constitution qui lui permet de s’octroyer le pouvoir exécutif, puis des célébrations spontanées éclatent un peu partout dans le pays. Le Président du Parlement et chef du parti islammiste Ennahdha se rend devant le Parlement mais trouve porte close. Il dénonce un coup d’État.

avatar
Brut.
26 juillet 2021 20:11