Sophie Pétronin est toujours retenue en otage au Mali

La septuagénaire est otage depuis 1.130 jours. Elle est la dernière otage française dans le monde.

La Française Sophie Pétronin est toujours retenue en otage au Mali

Elle a plus de 74 ans, et les preuves de vie se font de plus en plus rares. Sa famille en appelle au président de le République.

Sophie Pétronin est la dernière otage française dans le monde. Elle a 74 ans, et elle est médecin. Elle dirigeait une ONG depuis une vingtaine d’années à Gao, au Mali. C’est là qu’elle a été enlevée le 24 décembre 2016 par un groupe djihadiste proche d’Al-Qaïda. Pour justifier l’enlèvement, ses ravisseurs l’ont accusée de « prosélytisme religieux ». « Monsieur Macron, on vous le demande du fond du coeur : sortez-la de cet enfer », demande son neveu, Lionel Granouillac, dans une vidéo pour Brut.

« On peut penser qu’elle est vivante »

Depuis plus de trois ans, sa famille se bat pour alerter le gouvernement et l’opinion publique. « Par les actions qu’elle a menées, on peut penser qu’elle est vivante. Mais nous n’avons aucune confirmation », indique Lionel Granouillac. La dernière preuve de vie de Sophie Pétronin remonte à juin 2018. Dans cette vidéo de propagande, l’otage française s’adresse directement au gouvernement. « Je me dis que vous m’avez oubliée. C’est pas très grave. Mais d’otage oubliée, je vais basculer à otage sacrifiée. »

« On sait aujourd’hui que tous les services de l’État sont mobilisés depuis très longtemps, qu’on travaille, mais nous n’avons aucune information. Le fait que ce soit le seul président de la Ve République qui n’ait pas reçu une famille d’otages peut engendrer un sentiment de mépris et d’indifférence. La dernière fois qu’il a parlé d’elle, c’était à l’hommage aux Invalides concernant les militaires morts dans l’opération au Burkina Faso. En disant que la nation n’oubliait pas ses enfants… Bah, qu’il nous le prouve ! On peut tout imaginer, même le pire. Mais on a confiance en la vie, et on a confiance en elle pour qu’elle tienne le coup », assure Lionel Granouillac.

Elle venait en aide aux orphelins

Sophie Pétronin venait en aide aux enfants orphelins souffrant de malnutrition avec son ONG « Association d’aide à Gao » et vivait au Mali depuis 2001. En 2012, elle avait échappé de justesse à une tentative d’enlèvement par des djihadistes. Elle avait alors fui la ville de Gao et s’était réfugiée au Consulat d’Algérie. Surnommée « la miraculée de Gao », elle avait reprise ses activités humanitaires. Depuis son enlèvement, le gouvernement affirme faire le nécessaire pour libérer Sophie Pétronin

avatar
Brut.
28 janvier 2020 19:41