Un garçon de 10 ans perdu à la frontière entre les États-Unis et le Mexique

Ce garçon de 10 ans a été retrouvé marchant seul à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Les cas de mineurs isolés se multiplient dans cette région, où plus de 22 000 enfants ont été placés en rétention ces 6 derniers mois…

Un garçon de 10 ans perdu à la frontière entre les États-Unis et le Mexique

Ce garçon de 10 ans a été retrouvé marchant seul à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Les cas de mineurs isolés se multiplient dans cette région, où plus de 22 000 enfants ont été placés en rétention ces 6 derniers mois…

Un phénomène de plus en plus courant

Un jeune migrant de 10 ans, qui errait seul dans un champ près de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, a été repéré par un agent de la patrouille frontalière qui n'était pas en service. Il témoigne : “J'étais avec un groupe pour me rendre auprès de vous, et ils m'ont laissé derrière.” L'enfant se rendait aux États-Unis avec un groupe d'environ 180 personnes. Bien que les circonstances entourant l'incident soient encore inconnues, le phénomène des familles qui se séparent des leurs ou qui envoient leurs enfants seuls pour traverser la frontière est devenu de plus en plus courant.

“Ce qu'ils veulent, c'est être en mesure de trouver une meilleure vie pour l'enfant.”

Pour Adriana Cadena, Coordinatrice nationale de l'Alliance pour la réforme de l'immigration au Texas (RITA), cette situation s’inscrit dans un contexte marqué par l’instabilité politique, économique et sociale de leur pays d’origine, le Mexique. “Ce qu'ils veulent, c'est être en mesure de trouver une meilleure vie pour l'enfant”, ajoute-elle. Plus de 22 000 enfants ont été placés en détention depuis octobre 2020.

“S'ils se retrouvent perdus dans ces zones reculées, c'est parce que nous, aux États-Unis, nous n'avons pas le système pour les accueillir.”

Les militants des droits de l'immigration accusent l'administration de Donald Trump d'avoir aggravé la situation en mettant fin aux politiques précédentes. Ces dernières permettaient aux familles de demander l'asile dans leur pays d'origine. “S'ils se retrouvent dans ces zones reculées, et s'ils se retrouvent perdus, c'est parce que nous, aux États-Unis, n'avons pas le système pour les accueillir, pour les gérer d'une manière organisée”, explique Adriana Cadena. L'administration de Joe Biden, quant à elle, s'appuie toujours sur la règle du "Title 42" de l'ère Trump, qui permet aux fonctionnaires fédéraux d'expulser des migrants en raison de la pandémie, mais fait une exception pour les enfants.

avatar
Brut.
8 avril 2021 13:30