Un mystérieux nouveau virus en Chine

Trois personnes sont déjà mortes, plus de 200 sont contaminées, et un pneumologue chinois vient de le confirmer : le virus se transmet d'humain à humain.

Chine : un nouveau virus qui s’apparente au Sras

Il aurait déjà fait trois morts et entre 200 et 1.700 contaminations. Les experts craignent une épidémie mondiale.

Un marché de fruits de mer pourrait être le foyer d’un nouveau virus qui a fait trois morts et déjà contaminé plus de 200 personnes selon les autorités chinoises - environ 1.700 selon une estimation rendue publique par des scientifiques londoniens. « Les enquêtes ont révélé que certains des cas étaient des travailleurs, des manutentionnaires ou des visiteurs fréquents d’un marché à Wuhan [centre de la Chine], où des animaux vivants sont vendus », explique Tarik Jasarevic, porte-parole de l’OMS.

Une épidémie menaçante au niveau mondial

Les grilles de ce marché sont fermées depuis le 1er janvier, et ses allées sont en cours de décontamination. Toutes les personnes contaminées s’étaient rendues dans cette ville de 11 millions d’habitants ces dernières semaines. Ces derniers jours, les autorités ont signalé des cas à Pékin, à Shenzen, mais aussi au Japon, en Thaïlande et en Corée du Sud. Les patients ont été placés en quarantaine et sont actuellement traités pour une forme de pneumonie. « Nous nous joindrons à toutes les parties pour lutter contre cette épidémie et maintenir la sécurité sanitaire régionale et mondiale », a affirmé Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Un pneumologue chinois, Zhong Nanshan, a déjà confirmé que des cas de transmission du virus d’une personne à l’autre existaient bel et bien. Si en France, les voyageurs arrivant de Wuhan ne sont pas encore filtrés dans les aéroports, aux États-Unis, des dépistages contre le virus chinois sont effectués.

« Ce virus semble très proche du Stras »

Selon Vincent Enouf, virologue à l’Institut Pasteur : « On attend d’avoir des souches pour pouvoir l’expertiser. Ce que l’on sait, c’est que c’est un virus respiratoire qui fait partie des coronavirus. Aujourd’hui, on connaît six coronavirus, dont quatre qui provoquent des maladies communes et deux qui provoquent des maladies plus sévères, comme le Sras et le Mers. Ce virus fera peut-être partie des quatre communs, ou alors des deux autres ».

« Ce virus semble très proche du Stras, mais beaucoup moins sévère pour l’instant, d’après les informations que l’on possède. Les précautions à prendre si l’on va à Wuhan, c’est déjà d’éviter les marchés. Le marché est l’épicentre de la diffusion. Porter un masque serait une bonne chose, si l’on se sent malade, pour protéger les autres, mais aussi pour se protéger soi-même. Et puis, il faut utiliser tous les moyens qui nous permettent de nous protéger des maladies de l’hiver : se laver les mains et éviter de se retrouver dans des lieux trop concentrés. »

Chez les humains, les coronavirus entraînent des symptômes bénins, comme des rhumes. Mais deux épidémies mortelles sont déjà survenues au XXIème siècle. Elles étaient hébergées par des animaux et ont été transmises à l’Homme : le Mers (syndrome respiratoire du Moyen-Orient) et le Sras (syndrome respiratoire aigu sévère). « Quand j’étais en soins intensifs, j’étais terrifié. Je ne pouvais pasrespirer, je n’avais jamais ressenti ça de ma vie », se souvient Simon Tse, survivant du Sras.

Aucun vaccin n’a encore été trouvé

Le Sras s’était répandu partout dans le monde en 2002 et 2003. La contamination venait des civettes, de petits animaux sauvages consommés en Chine. Plus de 80.000 personnes avaient été infectées dans une trentaine de pays, et 774 en étaient mortes. Le Mers est quant à lui apparu en Arabie saoudite en 2012. C’est le dromadaire qui serait la source de l’introduction du virus chez l’Homme. En cause : son lait, consommé au Moyen-Orient. Depuis, 2019 cas ont été détectés, provoquant 449 morts jusqu’en 2015.

Ces infections peuvent rapidement se propager d’un endroit à l’autre en moins de 24 heures en raison des déplacements aériens. Si aucun vaccin n’a encore été trouvé, ces maladies se sont toutefois enrayées.

avatar
Brut.