En Iran, une athlète en danger pour ne pas avoir porté le voile

L’athlète iranienne Elnaz Rekabi a disputé la finale des championnats d’escalade à Séoul ce dimanche 16 octobre, sans hijab. En ne portant pas le voile, elle désobéit aux lois islamiques imposées par le régime iranien aux femmes. Un acte qui fait écho à l'histoire de Mahsa Amini.

Elle risque la prison pour ne pas avoir porté le hijab


La championne d’escalade de 33 ans, Elnaz Rekabi, disputait la finale des championnats d’Asie à Séoul ce dimanche 16 octobre, sans hijab. En ne portant pas le voile lors de la compétition, elle désobéit aux lois islamiques imposées par le régime iranien. Depuis l’instauration de la République islamique en 1979, les femmes doivent se couvrir les cheveux en Iran, mais aussi lorsqu’elles représentent officiellement le pays à l’étranger. Ce geste d’Elnaz Rekab intervient alors que l’Iran vit l’une des crises les plus importantes de son histoire, suite à la mort de Mahsa Amini. Arrêtée par la police des mœurs pour “port de vêtements inappropriés”, la jeune femme décède quelques jours plus tard. Depuis, les manifestations ne faiblissent pas dans le pays, où elles sont violemment réprimées par le régime. Pour ce signe de protestation, la sportive pourrait alors être rudement sanctionnée.
Le voile en Iran des années 1950 à aujourd’hui


Lundi soir, le média Iran International English assurait que les autorités iraniennes avaient confisqué son passeport. La BBC ajoutait que son téléphone lui avait aussi été retiré à son hôtel. Ses proches n’auraient plus eu de contact avec elle depuis lundi. Et alors qu’elle devait rentrer ce mercredi 19 octobre en Iran, l’ambassade iranienne affirme dans un communiqué qu’elle est repartie à Téhéran en avion, un jour plus tôt, mardi. La jeune femme a finalement posté une story ce matin sur Instagram, déclarant que le "problème" avec son hijab lors de la compétition d'escalade est arrivé "involontairement" et à cause d'un "timing inapproprié". La sportive s'est également excusée d'avoir inquiété le peuple iranien, et qu'elle retournait en Iran avec l’équipe. Mais malgré ses messages rassurants, le sort de la sportive inquiète.
Quand une actrice dénonce le traitement des iraniennes


avatar
Brut.