retour

Wingsuit : un des sports les plus extrêmes (avec Ludo du Tatou et les Soul Flyers)

Souvent décrit comme l'un des sports les plus dangereux au monde, derrière les sensations fortes se cachent des sportifs de haut niveau... Comment fonctionne cette discipline ? Qui la pratique ? Brut & Le Tatou sont partis à la rencontre des Soul Flyers, des professionnels du vol en Wingsuit.

Sport : Les Soul Flyers expliquent le fonctionnement d’un vol en Wingsuit

Souvent décrit comme l'un des sports les plus dangereux au monde, derrière les sensations fortes se cachent des sportifs de haut niveau… Comment fonctionne cette discipline ? Qui la pratique ? Brut & Le Tatou sont partis à la rencontre des Soul Flyers, des professionnels du vol en Wingsuit.

Les Soul Flyers sont des sportifs de l’extrême. En effet, Fred Fugen et Vince Reffet pratiquent l’un des sports les plus dangereux au monde : le vol en Wingsuit. Le Wingsuit permet de voler grâce à une combinaison et un pilotage avec les épaules et le buste. Le Wingsuit permet de voler car constitué de trois parties : les deux bras et les jambes. Lors du vol, ces trois parties vont se gonfler puis se rigidifier.

Il existe une taille de Wingsuit en fonction du vol à effectuer. Le vol peut être effectué d’un avion ou en BASE jump, c’est-à-dire d’une montagne, d’un immeuble…. Plus la combinaison est petite, plus elle est maniable et permet de faire des figures. En revanche, une grande combinaison est utilisée dans le cadre d’un saut en BASE jump car elle est plus facile à stabiliser.

Un vol en Wingsuit demande beaucoup de préparation : « On a un plan et on le respecte » affirme Fred Fugen, l’un des Soul Flyers. Pour préparer un saut en BASE jump, il est impératif d’adapter le vol en fonction du terrain, du placement des montagnes et de la pente. De plus, regarder les prévisions météorologiques est crucial afin d’assurer un vol en toute sécurité.

Les Soul Flyers insistent sur le fait que voler en Wingsuit demande des années de travail : « Il faut que le grand public puisse réussir à distinguer les gens qui font n’importe quoi et puis ceux qui essaient de rester en vie, de montrer une image positive de notre sport », conclut Vince Reffet.

15/09/2019 00:43mise à jour : 16/09/2019 07:53
  • 66.2k
  • 116

0 commentaire