Comment les femmes se protègent en rentrant le soir

À travers le globe, les femmes partagent leurs précautions pour rester en sécurité et réagir en cas d'agression.

“Si quelque chose arrive, je peux l’utiliser”

Certaines n’ont pas encore eu besoin de se protéger. D’autres, si. Dans tous les pays du monde, les femmes sont victimes de harcèlement de rue. Elles peuvent se retrouver dans des situations d’agressions verbales, voire sexuelles. Pour les éviter, certaines prennent des précautions afin de se prémunir d’éventuelles attaques. Entre la bombe au poivre, le couteau suisse, les airs de “mec dur”, ou encore les numéros d’urgence déjà composés, tout est bon pour se rassurer, en rentrant chez soi le soir. 5 conseils en cas de harcèlement : la règle des “5D”

Bhavya, Indienne, fait partie de celles qui ont une bombe au poivre sur elle. Tout comme Mariana, au Mexique. Rocío, qui vit en Espagne, s’est achetée un tout autre accessoire. “J’ai un porte-clés, le fameux chat aux oreilles pointues.” Elle s’était déjà fait agresser plusieurs fois la nuit. “Dans ces cas-là, je mettais mes clés entre mes doigts, au cas où je devrais frapper quelqu'un pour me défendre.” D’autres tiennent informés leurs proches. “En général, j'envoie un message à ma mère parce que j'habite encore chez mes parents et on a une espèce de code. Si je ne lui réponds pas ce code-là, elle peut s'inquiéter en se disant que ce n'est pas moi qui ai le téléphone”, détaille Nassima, en France. Ce compte Instagram recense les témoignages de femmes victimes de harcèlement de rue

avatar
Brut.