Les violences faites aux Ouïghours en 5 points

Camps, stérilisation, viols, surveillance de masse, Raphaël Glucksmann revient sur la violence faite aux Ouïghours en 5 points.

1/ Les femmes ouïghoures stérilisées de force

Raphaël Glucksmann : "La stérilisation en masse des femmes ouïghours, c'est ce qui va pousser un peuple à disparaître. Les naissances sont contrôlées et limitées pour que les Ouïghours deviennent ultra-minoritaires sur leurs propres terres. Cela va conduire à diluer le peuple ouïghour qui finira par être effacé au sein de la grande nation chinoise."

Cette stérilisation, réalisée de façon systématique, c’est le résultat de la politique d'assimilation forcée et d'effacement de l'identité des Ouïghours.

En 2017, Human Right Watch avait publié un rapport accablant sur les Ouïghours. Selon l’organisation, 18 millions d’échantillons ADN, comprenant des scans d’iris et d’empreintes digitales, auraient été collectés par les autorités chinoises entre juillet et novembre 2017.

2/ Déportation et camps de concentration

Depuis 2016, plus de trois millions de Ouïghours ont été déportés et internés dans des camps de concentration. Cette politique de répression, on la ressent fortement dans une cérémonie qui a lieu tous les matins dans les camps.

"Rassemblés, les déportés ouïghours sont forcés d'abandonner leur foi, leur langue et leur identité. Tous les matins, durant cette cérémonie, ils doivent aussi affirmer qu’ils sont fidèles au Parti communiste chinois, à l’idéologie et au leader Xi Jinping. Toute personne récalcitrante sera éliminée, tuée."

Dans les camps, ce sont des femmes comme Gulbahar, rescapée ouïghoure qui témoigne après 15 mois d’incarcération, Munire, ouïghoure en exil en Turquie, au sujet de laquelle un documentaire BrutX est disponible.

3/ Les “cousins”, ces émissaires du parti envoyés à domicile

"Les cousins, ce sont des émissaires du PC envoyés chez les familles ouïghoures. Ils s'installent dans leurs maisons et partagent le quotidien des familles. L’objectif, c’est de surveiller et de contrôler les familles ouïghours."

"Quand l'homme ouïghour de la famille est absent, soit parce qu'il est soit en camp, soit parce qu'il est sur une unité de production loin de sa région, l'émissaire du PC peut aller jusqu’à s'imposer dans le lit même de la femme."

“On y voit toute la perversité de l'oppression car votre bourreau, celui qui est chez vous pour vous persécuter, vous harceler, vous violer même, vous êtes obligé de l'appeler "cousin", comme si c'était un proche, comme si c'était un membre de la famille.”

4/ Les Ouïghours, réduits en esclaves

"Ce sont des centaines de milliers d'êtres humains ouïghours qui sont aujourd’hui réduits en esclavage. Ces esclaves, on les retrouve sur les chaînes de production des plus grandes marques, celles qui structurent notre quotidien, qui pénètrent nos armoires ou nos garages. Ces travailleurs forcés sont corvéables à merci et permettent à des entreprises proches du gouvernement chinois de s'enrichir de manière démentielle."

"La recherche du coût de production le plus bas conduit des marques prestigieuses à bénéficier de la réduction en esclavage d'un peuple et c'est ce contre quoi on se bat, notamment en promouvant la loi sur le devoir de vigilance des entreprises à l'échelle européenne. L'idée, c'est que si Zara bénéficie de l'esclavage des Ouïghours sur sa chaîne de production, Zara doit devoir en répondre devant la justice."

Dans la région du Xinjiang, où vit la majorité des Ouïghours, sont produits 20% du coton mondial. Les Ouïghours travaillent plusieurs mois par an à la récolte du coton. Découvrez comment le travail forcé ouïghour alimente le commerce mondial du textile.

5/ Surveillance de masse et QR codes

"Apposés sur les maisons des Ouïghours, vous avez des QR codes, des codes-barres qui fournissent en un scan à la police chinoise toutes les informations concernant les gestes quotidiens qui structurent la vie des familles ouïghoures."

"La surveillance de masse qui s'applique aux Ouïghours fait du Xinjiang une sorte de laboratoire dystopique de ce que pourrait être le monde de demain. C'est l'ensemble des techniques de surveillance les plus modernes qui sont mises au service du projet d'effacement et de suppression d'un peuple."

"Vous avez des entreprises technologiques comme Huawei, par exemple, qui sont partie intégrante du système de répression, avec des logiciels de reconnaissance faciale qui permettent d'identifier les Ouïghours dans une foule et de les suivre et, peut-être, de les arrêter. C'est l'inversion du monde démocratique."

"Vous avez un monde dans lequel la vie des simples citoyennes et citoyens est totalement transparente quand le gouvernement, lui, reste absolument opaque. Et donc j'espère, j'espère que nous ne tendrons pas et que nous resterons un monde dans lequel la transparence s'applique à celui qui a le pouvoir plus qu'à celui sur lequel il s'exerce."

Retrouvez le discours “J’accuse” de Raphaël Glucksmann devant le Parlement européen pour sonner l’alarme sur la situation dramatique de la communauté ouïghoure, et la déclaration du président français Emmanuel Macron sur les Ouïghours. De nombreux pays du monde se sont exprimés au sujet des Ouïghours, dont les Etats-Unis, à travers Antony Blinken, secrétaire d’Etat américain.

Le Xinjiang est une région autonome de la République populaire de Chine qui est peuplée à 45% par les Ouïghours, minorité turcophone et musulmane, taxée de terroriste par la Chine. Depuis 2013, la Chine a lancé une répression sanglante envers la communauté. Située sur la “Route de la soie” prévue par la Chine, la province du Xinjiang est une zone militarisée, à laquelle il est difficile d’accéder.

avatar
Brut.
22 de enero de 2022 10:24