Que se passe-t-il dans le cerveau quand on tombe amoureux ?

L'amour est une drogue, il rend aveugle, il dure 3 ans… Mais concrètement, comment ça se passe dans notre cerveau ?

Trois faits sur l’amour expliqués par Raphaël Blareau

Le sentiment de l’amour est encore un grand mystère pour les scientifiques. Néanmoins, certains phénomènes sont explicables. Raphaël Blareau, scientifique, explique trois faits bien connus sur les effets de l’amour.

L’amour est une drogue

L’amour active une zone cérébrale spécifique : le circuit de la récompense. Raphaël Blareau, professeur et vulgarisateur scientifique, explique que ce « circuit de la récompense » n’est pas spécifique à l’amour. En fait, c’est un effet que l’on peut ressentir dans plusieurs situations de la vie quotidienne : lorsqu’on mange, boit ou dort. Les drogues et l’alcool peuvent faire dysfonctionner ce circuit.

« D’ailleurs, même dans la relation amoureuse, lorsque la passion est beaucoup trop forte et que parfois, on n'a pas le change avec le partenaire, ce circuit de la récompense peut dysfonctionner et nous amener à un comportement addictif vis-à-vis de l'autre, voire destructeur », explique le spécialiste.

L’amour rend aveugle

En effet, l’amour désactive des zones cérébrales qui influencent nos choix, notamment le cortex préfrontal. C’est celui qui sert à la prise de décision rationnelle. Il y aussi l’amygdale cérébrale, qui joue un rôle sur le ressenti de la peur, parfois sur les émotions négatives et le jugement. « Autrement dit, votre cerveau est devenu aveugle. Il est ivre quelque part et on ne voit plus les défauts de l'être qu'on aime. En fait, on les verra plus tard. »

Par ailleurs, l’amour produit un mélange d’hormones modulant les émotions. Il y a la dopamine, la sérotonine, les endorphines et l’ocytocine. La dopamine est l'hormone de la motivation et du désir. « C'est une hormone qui va nous aider à passer l'action si on veut conquérir un être convoité et qui va aussi augmenter la sensation de plaisir ressenti », indique Raphaël Blareau. La sérotonine apporte de la sérénité. « * Généralement au début de la relation, on manque un peu de sérotonine, ce qui peut faire que le début d'une relation s'accompagne d'une fragilité émotionnelle* », développe l’expert.

Les endorphines produisent des morphines pour le corps. Elles ont un effet euphorisant et antidouleur : c’est l’euphorie du début de la relation. Enfin, il y a l’ocytocine, aussi appelée l’hormone de l’amour, à tort selon Raphaël Blareau. D’après lui, elle n’intervient pas seulement dans les relations amoureuses, mais aussi dans les interactions sociales. « C’est aussi l'hormone de l'empathie, donc de la générosité. Elle va prendre de plus en plus d'importance dans la relation amoureuse. En gros, l'ocytocine, c'est un peu le ciment de la relation durable », assure-t-il.

L’amour dure trois ans

« C’est vrai, mais c'est faux, en fait ça dépend de vous », note Raphaël Blareau. Si une relation est prise dans le piège de la routine, alors le circuit de la récompense se désactive. « On dit souvent qu'il faut entretenir la flamme. En réalité, "entretenir la flamme”, c'est avoir des petites attentions, des petites surprises du quotidien avec l'être aimé. Elles vont permettre d'entretenir les sécrétions répétées d'ocytocine et de dopamine, ce qui va permettre d'entretenir le circuit de la récompense de votre partenaire et le vôtre », indique le spécialiste.

Malgré les avancées scientifiques, l’amour reste un sentiment complexe que chacun ressent à sa manière. Personne ne décide de tomber amoureux, c’est un sentiment incontrôlable en provenance du cerveau. « Ce qui est fantastique dans l'espèce humaine, c'est qu'on a la capacité d'intellectualiser, de faire évoluer cette manière d'aimer. On l'observe aussi quand on voit toute la diversité de sexualités qui existent dans l'espèce humaine. Finalement, le mystère de l'amour est encore entier », conclut Raphaël Blareau.

avatar
Brut.
17 November 2020 17:03