Brut a testé le slam au Hellfest

Se faire porter par la foule pendant un concert, ça s'appelle un slam. Et à l'occasion du Hellfest, il y en a eu beaucoup. Retour sur le slam et ses origines.

“Comment on fait un slam ? Tu prends le copain, tu le portes, et c’est parti !”

L’histoire raconte que le premier slam aurait eu lieu en 1964 pendant un concert des Rolling Stones à Amsterdam. Il aurait ensuite été popularisé dans les années 70 par des chanteurs comme Iggy Pop. Aujourd’hui, le “slam” est une pratique fréquemment utilisée lors de festivals ou de fêtes. Il consiste à se laisser porter au-dessus de la foule par le public, et ce, en restant allongé. “Le truc du slam c’est que tu as une foule de gens qui pogotent, qui font la fête ensemble et il y a un moment où tu te jettes dans la foule et… c’est la perte de contrôle en fait. C’est les gens qui décident où est-ce que tu vas arriver, combien de temps tu vas mettre pour y arriver”, explique un festivalier. Les meilleurs looks du Hellfest

“Quand tu fais un slam, tu as une superbe vue sur toute la foule. Tu as la meilleure vue possible sur la scène. Je conseille à tout le monde de faire des slams. Tu te sens porté par tout le monde, c’est hyper doux, c’est hyper tranquille.” Au Hellfest, le slam est devenu une vraie tradition avec laquelle les festivaliers s’amusent chaque année. “Ils vont te porter et tu finis dans les bras du vigile. Et tu as l’impression de te sentir un petit peu unique tu vois parce qu’à un moment il y a toi au dessus de la foule et voilà ça marche comme ça.“ Une nuit au camping du Hellfest

avatar
Brut.