"J'ai avorté et je vais bien merci, mais..."

"J'ai avorté et je vais bien merci, mais..."

J'ai avorté et je vais bien merci. C'est une phrase que je peux dire aujourd'hui, mais ça n'a pas toujours été le cas. Quand je suis tombée enceinte et que j'ai décidé d'avorter, Pauline Harmange Autrice de Avortée, Une histoire intime de l'IVG j'ai cherché des témoignages sur Internet pour me connecter Casur Internet pour me connecter à d'autres personnes et me sentir un peu moins seule, et j'ai pas du tout trouvé de témoignages qui faisaient écho à ce que, moi, j'étais en train de vivre. Moi, je suis tombée sur d'un côté les sites horribles anti-avortement où tous les témoignages sont à base de “l'avortement a détruit ma vie”, “ma famille m'a rejetée de "l'avortement a détruit et maintenant je suis seule et malheureuse", et, d'un autre côté, les témoignages pro-avortement qui sont hyper importants, mais qui sont tous à base de “moi, j'ai avorté et je vais bien maintenant", ce qui est hyper important à mon sens, mais qui cache un petit peu le fait que quand petit peu le fait que quand l'avortement, on peut l'avoir fait pour n'importe quelle raison et, en fait, que ce soit quand même un moment un peu douloureux, Pauline Harmange AVORTÉE Une histoire intime de l'IVG Encore aujourd'hui, personne ne veut entendre les avortées. Ce qui se passe dans nos ventres et dans nos têtes quand on choisit de ne plus être enceintes, c'est encore et trop honteux. trop sale, trop glauque Il faudrait qu'on se taise à jamais. Mais ce n'est plus très tendance de dire aux nos tetes quand on femmes de la fermer. tạise à jamais. Mais ce Je l'ai conscientisé après, en travaillant sur ce livre, que même si moi, je n'avais jamais considéré que c'était une honte d'avorter, en fait, finalement, sans le vouloir, on m'a collé des étiquettes, on m'a fait prendre conscience que l'avortement, c'était beaucoup plus tabou que ce que moi, j'imaginais encore et que c'était vraiment : une femme qui avorte, c'est forcément une femme qui a fauté quelque part, qui n'a pas fait attention, qui n'est pas responsable, qui est trop légère, qui est trop futile. Je me suis rendu compte que la stigmatisation de la femme qui tombe enceinte alors qu'elle n'a pas envie, elle va extrêmement loin, parce qu'effectivement, moi, j'étais, du coup, sousstérilet, sous stérilet, donc je me disais que si je tombais enceinte, ce n'était pas du tout de ma faute, puisque j'avais tout fait pour que ça n'arrive pas, et ça n'a pas empêché la personne qui a fait mon échographie pendant le parcours d'IVG de me dire que je n'avais pas fait vérifier mon stérilet assez souvent et que du coup, il ne fallait pas que je m'étonne s'il avait bougé et que gnagnagna… Et ça, ça m'a vraiment surprise, parce que je me disais que moi, j'étais vraiment hors de… on ne pouvait vraiment rien me reprocher et en fait, quand même, on m'a quand même reproché de ne pas avoir fait assez attention, même si médicalement, ça n'avait aucun sens, comme reproche. Et ça m'a vraiment fait prendre conscience que, en fait, reprocher à une femme quand elle n'en a pas envie, ça n'a vraiment… c'est un jugement moral qui ne tient sur rien. C'est un titre important pour moi parce que “avortée", comme un substantif, pour moi, c'est parce que cet avortement m'a traversée, m'a marquée et fait vraiment partie de mon histoire en tant que femme, en tant qu'écrivaine, tant que personne humaine et c'est pas du tout une injonction à ce que toutes AVORTEE les personnes qui avortent ressentent le besoin d'en faire une facette de leur identité, mais pour moi, c'était hyper important que ce soit acté que l'avortement fait partie de mon parcours. Les gens qui vont voir la vidéo, ils vont voir ton ventre. Et du coup, il y a une question que je voudrais te poser. C'est que dans les clichés qui sont véhiculés par les anti-avortement, il y a le fait que avorter rend parfois stérile, est-ce que tu es la preuve vivante que ce n'est pas vrai ? vivante que ce n'est pas vrai? Oui, je suis la preuve vivante que c'est pas vrai. Je suis aussi la preuve qu'avorter, ça ne veut pas dire qu'on ne veut jamais d'enfant. Ce timing-là, c'est la preuve que ce qui est important, c'est de pouvoir choisir le moment où on a envie d'avoir un enfant. Rédaction Montage Antoine Peigney

avatar
Brut.