À Shanghai, la population excédée par un confinement interminable

Face au Covid, à Shanghai, les 25 millions d’habitants sont toujours confinés. Florent et Thomas qui vivent là-bas témoignent de la situation.

“Des comités de quartiers soudent les portes d’entrée, des choses qui sont interdites”

“Au bout du 40ème jour, au niveau du moral, c’est difficile de tenir” explique Florent.

De son côté, Thomas indique : “J’ai fêté mon anniversaire tout seul il y a quelques jours, c’est déprimant”.

Florent et Thomas sont deux Français qui habitent en Chine. Ils avaient raconté à Brut le début de leur confinement à Shanghai. Voilà où ils en sont un mois plus tard.

Face au Covid, comme les 25 millions d’habitants de la ville, les deux jeunes hommes sont toujours enfermés chez eux.

Les mesures se sont encore renforcées : “Maintenant, on n’a plus le droit d’aller dans la rue pour se faire tester. Ils ont posé des grilles sur les portes des résidences” décrit Florent.

“Il y a des comités de quartiers qui sont vraiment fous et qui bloquent les portes, qui les soudent, qui mettent des cadenas, des choses qui sont interdites, mais ce sont des décisions qui sont prises au niveau hyper local en fait” ajoute Thomas.

Redécouvrez en vidéo quand on parlait pour la première fois du Covid dans le monde en janvier 2020.

“Même si je suis négatif mais qu’un voisin est positif, je vais être emmené en hôtel d’isolement”

“Depuis 10 jours, ils ont une grande lubie, c’est de mettre du spray de javel partout pour désinfecter, et on ne sait pas sur quoi ça se base. Ils n’arrivent pas à contrôler le virus, nous on est confinés depuis 60 jours et il y a encore des cas” déclare Thomas.

La plus grande crainte des Français d’être emmenés en centre de quarantaine ou en hôtel d’isolement. “Maintenant, même si je suis négatif mais qu’un de mes voisins est positif, je vais être emmené en hôtel d’isolement pour une durée indéterminée” explique Florent.

Au retour du centre de quarantaine, certains habitants sont de nouveau isolés par leur comité de quartier avant de pouvoir rejoindre finalement leur logement, raconte Thomas.

Shanghai déplore plus de 500 morts du Covid en quelques semaines. Officiellement, la Chine en déclare 5000 depuis le début de la pandémie en novembre 2019. Malgré la baisse actuelle du nombre de contaminations, le gouvernement applique des mesures de plus en plus strictes.

La parosmie, ce symptôme du Covid qui donne à la nourriture une odeur de poubelles. Voici comment les scientifiques l’expliquent.

Une stratégie zéro covid jugée “insoutenable et excessive” par l’OMS

Les restrictions touchent également l'alimentation. “Là dernièrement, on n’a plus le droit de commander. On a juste le droit de se débrouiller avec ce que le gouvernement nous envoie” explique Florent.

Toutes ces restrictions débutées fin mars commencent à exaspérer les habitants. Confinés 24 heures sur 24 depuis plus d'un mois dans leur usine, certains employés ont forcé les barrages et se sont enfuis par centaines.

Le 10 mai dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a rappelé la Chine à l’ordre. Elle estime sa stratégie zéro covid “insoutenable et excessive”.

Thomas, qui habite depuis 12 ans à Shanghaï, a décidé de prendre son mal en patience : “Je ne me vois pas rentrer, les billets d’avion sont hors de prix, un déménagement me coûterait entre 5000 et 10 000 euros. Ça fait 12 ans que je suis là, je ne vais pas tout remettre en question pour 2 mois, mais c’est vrai que… c’est long”.

De son côté, Florent s’est porté volontaire pour la résidence, ce qui lui permet “de s’occuper un peu l’esprit et le temps parce que ça devient très très long” : “tout ce que j’attends maintenant, c’est l’autorisation de mon employeur pour télétravailler depuis la France”.

L'hôpital public français : avant le Covid, pendant… et demain ? Brut a rencontré la cheffe du service diabétologie à la Pitié-Salpêtrière, Agnès Harteman.

avatar
Brut.
May 12, 2022 6:31 PM