À Achères, des fruits et légumes au pied de la ville

Des fraises, des choux, des plantes pour les tisanes… Cette ferme urbaine cultive des fruits et légumes au pied de la ville.

À Achères, une ferme urbaine cultive des fruits et légumes

Le terrain fait sept hectares et compte une quinzaine de bénévoles.

« Je me rappelle quand j’étais petit, j’habitais juste en face l’épicerie et du tabac. Il y avait des champs. Les gens parlaient de leurs jardins, mais je ne pensais pas que c’était aussi grand que ça, qu’il y avait toutes sortes de fruits, de légumes », constate avec surprise Aymerick, habitant d’Achères. Dans cette ville des Yvelines, une ferme urbaine cultive des fruits et légumes.

Integraterre a accueilli de nouveaux bénévoles pendant le confinement

« On les vend pour une association, mais à terme, ce sera aussi pour vous. On pense aussi faire un jardin cueillette », développe Alline, cheffe de projet d'Integraterre, l’organisation qui gère la ferme. Le terrain fait sept hectares au total, et une quinzaine de bénévoles y travaillent au moins une fois par semaine. La plupart viennent d’Achères, mais Integraterre a accueilli de nouveaux bénévoles pendant le confinement.

« Cette envie de jardinage, on l’a sentie pendant le confinement. Il y a eu un énorme élan et une énorme envie de jardinage. Le Covid-19, ça a fait émerger ça. Ce besoin d’aller mettre les mains dans la terre et d’observer la croissance de sa graine », constate Anouk, présidente de l'association française de cultures urbaines professionnelles.

Integraterre récupère 100 kg de déchets organiques chaque semaine

Pour ses plantations, Integraterre récupère 100 kg de déchets organiques chaque semaine. « On collecte dans plus de sept structures différentes qui restent à Achères. Vu qu’on est à vélo, il ne faut pas trop que ce soit trop éloigné. On a aussi quelques bureaux d'entreprise et des restaurants. Pour l'instant, on est à peu plus de 100 kg par semaine qu’on collecte et qu’on va composter », détaille Elsa, cheffe de projet à Integraterre.

Les déchets sont ensuite utilisés comme sols pour les différentes cultures. Si elle vise rarement l'autosuffisance, l'agriculture urbaine veut rapprocher les habitants de la nature qui les nourrit.

avatar
Brut.