À quoi sert la présidente du Parlement européen ?

Roberta Metsola est la plus jeune présidente du Parlement européen à 43 ans. Voilà ses missions principales.

Qui est Roberta Metsola ?

Après les Françaises Simone Veil et Nicole Fontaine, l’eurodéputée maltaise, Roberta Metsola, est devenue la troisième femme présidente du Parlement européen. A 43 ans, c’est aussi la plus jeune élue de l’histoire à la tête de l’institution basée à Strasbourg.

Le 18 janvier 2022, Roberta Metsola succède au social-démocrate italien David Sassoli, mort une semaine plus tôt. La jeune femme appartient au groupe PPE, le parti conservateur du Parlement européen, première force politique de l’organisation, devant le groupe socialiste et démocrate S&D.

Quelles sont les missions de la présidente du Parlement européen ?

Si la présidente du Parlement européen a un rôle assez honorifique, trois missions principales lui sont confiées. Tout d’abord, elle dirige les travaux et les débats du Parlement.

Elle représente aussi le Parlement européen auprès des institutions et à l'international. Enfin, elle signe les lois votées au Parlement. Sa signature rend exécutoire le budget de l'Union Européenne (UE).

En France, découvrez les fonctions du président de l’Assemblée nationale, qui ne fait pas que rappeler à l’ordre les députés dissipés le mercredi après-midi. C’est le quatrième personnage de l’Etat.

A quoi sert le Parlement européen ?

Le Parlement européen, c’est l’institution qui représente l’ensemble des citoyens de l’UE.

Il a un triple rôle: voter le budget de l'Union européenne, débattre et voter les lois que lui proposent la Commission européenne et enfin, contrôler les autres institutions de l'UE.

Au total, 705 eurodéputés composent le Parlement européen. Ils sont élus au suffrage universel direct dans les 27 pays membres.

En 2022, le chef d’Etat Emmanuel Macron s’est exprimé devant l’institution dans le contexte de la présidence française de l’UE. Devant les membres élus européens, il a exposé sa vision de l’Europe.

C’est face aux élus des Etats au Parlement européen que la militante climatique Greta Thunberg avait défendu le durcissement de la législation européenne sur le climat en 2019.

Fin 2020, l'eurodéputé français Raphaël Glucksmann a délivré un discours poignant sur la situation des Ouïghours, devant le Parlement européen. "Un footballeur comme Griezmann ou des milliers de jeunes sur les réseaux sociaux ont plus fait en un an pour les Ouïghours que tous nos dirigeants réunis. […] L'histoire les jugera" avait déclaré le député, accusant les dirigeants du Parti communiste chinois de commettre “le pire crime contre l’humanité du XXIe siècle”. Retrouvez cinq autres coups de gueule qui ont marqué le Parlement européen.

Roberta Metsola opposée à l’IVG

L'élection de Roberta Metsola a été le résultat de négociations entre les partis majoritaires au Parlement, qui se sont accordés sur des priorités communes. La jeune femme a été élue pour un mandat renouvelable de deux ans et demi, succédant à David Sassoli.

Si elle a été élue dès le premier tour avec une très large majorité des voix, l’arrivée à la présidence de cette femme politique maltaise n’a pas fait l’unanimité. En cause: son opposition au droit à l’avortement.

“Je suis une chrétienne démocrate et je suis fière d'être une femme de l'Europe du Sud. Je respecte les traditions ainsi que nos valeurs”, a déclaré Roberta Metsola, mère de quatre enfants. Malte est le seul pays de l’UE où l’IVG est encore illégale.

Cette opposition à l'IVG a été collectivement très critiquée et a conduit l'accord de mi-mandat à mentionner “l’harmonisation par le haut de tous les droits des femmes en Europe" comme une priorité de la nouvelle présidence.

Actuellement, le droit à l’IVG reste encore difficile dans certains pays du monde. Tour d’horizon de l’accès à l’avortement dans le monde.

avatar
Brut.
January 18, 2022 7:56 PM